Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Cartels Autres Pays » Impact des cartels sur les populations pauvres : le cartel coréen du GPL à l’honneur dans un rapport des Nations Unies

Impact des cartels sur les populations pauvres : le cartel coréen du GPL à l’honneur dans un rapport des Nations Unies

 

Les cartels du GPL à travers le monde  mériteraient  beaucoup plus d’attention qu’un simple paragraphe dans un rapport de la Commission des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (UNCTAD) sobrement intitulé  « The impact of cartels on the poor » (*). Un journaliste d’investigation pourrait facilement leur consacrer un gros ouvrage  destiné à expliquer comment  les entreprises les plus riches de la planète s’arrangent  pour faire les poches  les populations les plus pauvres.

Pour ma part, n’ayant pas le temps de traduire tout ce qui me tombe sous la main, je n’ai publié  jusqu’à présent qu’une partie des informations glanées ci et là  en matière de scandales liés à la distribution du GPL dans le monde.  Je n’ai pas encore abordé par exemple   la situation du GPL en Amérique du Sud qui, si l’on en croit une certaine presse sud américaine,  semble marquée par les stratégies expansionnistes impulsées par le cartel mexicain. Je n’ai pas non plus abordé  la situation explosive,  au sens propre comme au sens figuré, de l’Inde (et de ses voisins  Népal,  Pakistan…), où le prix du GPL est surveillé comme le lait sur le feu par les dirigeants politiques du fait de son importance dans l’économie domestique. Et je n’ai pas non plus raconté la guerre ouverte  entre le cartel kenyan du GPL et les remplisseurs illégaux de bouteilles de gaz volées,  sur fond de corruption et d’inaction de la police.

Partout dans le monde, un même constat : les prix et les pratiques  abusives des distributeurs de GPL  encouragent  la corruption parmi les dirigeants et suscitent colère, indignation, détournement, trafic  et violence parmi les populations abusées.   Figurez- vous que je viens de découvrir  qu’en 2016 des manifestations ont eu lieu dans les rues aux îles Caïmans contre les hausses de prix du GPL imposées par……. notre multinationale 100% française  Rubis –Vitogaz,  tristement célèbre dans l’hexagone pour ses arnaques au prix du propane ciblant particulièrement les personnes les plus démunies.  N’est- il pas ironique de voir que sur ce minuscule  territoire d’outre-mer appartenant à la Couronne d’Angleterre,  45 000 caïmanais donnent des leçons de résistance aux consommateurs français ? On y reviendra dans un prochain article.

Que dit donc ce rapport des Nations Unis au sujet de l’impact des cartels sur les populations les plus pauvres ? Voici la traduction partielle de l’ «Executive summary »  de ce rapport.

« Les cartels ont un effet délétère sur les consommateurs mais les pauvres  souffrent de manière disproportionnée des effets de collusion dans le commerce et les achats publics. Les prix élevés, particulièrement dans les biens et services essentiels, forcent les pauvres à consommer moins ou à ne plus consommer ces biens et services. De plus, lorsque ce sont des petits entrepreneurs, les pauvres peuvent se voir interdire l’accès à certains marchés, ou être sujets à des stratégies  d’exploitation de la part des cartels. Ce rapport liste un certain nombre de  cartels dans  des secteurs d’activité qui sont particulièrement susceptibles d’affecter les pauvres.  Il identifie les points communs à ces cartels et les défis rencontrés par les jeunes agences nationales de la concurrence (ndlr : dans les pays récemment industrialisés)  à les détecter et à les  poursuivre. Ils représentent  les défis les plus difficiles rencontrés par ces agences dans un secteur où la mise en application des lois existantes est pourtant le plus souhaitable…. »  « Les secteurs économiques affectés par les cartels  les plus susceptibles de nuire aux foyers les plus pauvres sont ceux qui fournissent les biens essentiels comme l’alimentation, la médecine, les combustibles et les carburants, ainsi que  les transports ».

Amusant comme ce rapport de l’UNCTAD  récapitule  en une seule phrase  les «combats»  qui ont été successivement  les miens :  pour une alimentation saine et sans pesticides;   contre les mensonges d’une médecine embourgeoisée et ( pour cette raison même)   vautrée dans les conflits d’intérêt avec les industriels de la santé;  et contre le cartel du GPL. Je dois avoir ce travers de ne m’intéresser qu’à ce que l’avidité corrompt avec le moins d’égard pour l’être humain.

Ce que nous dit le rapport de l’UNCTAD, c’est que les lois contre les cartels existent bien partout  mais les moyens pour les appliquer font partout  défaut.  Dans ces conditions la belle prose des économistes sur les soi-disant mérites de l’économie de marché,  n’est qu’un vulgaire travestissement d’une réalité économique jamais démasquée.  Suit une liste interminable de procès intentés par les agences nationales de lutte contre les cartels  : Brésil, cartel de récidivistes dans les gaz industriels et médicaux et cartel de l’essence ; Chili, cartel de la viande de poulet ( encore un coup de « Los Pollos Hermanos » ! ) ; Indonésie , cartel de l’huile de palme pour la cuisson ; Pérou, cartel de l’oxygène médical ; République de Corée : cartel du Gpl, cartel du sucre ; Russie : cartel de l’eau de javel ; Afrique du Sud : cartel du pain et de la farine…..N’en jetez plus !

Au sujet du cartel du GPL en Corée du Sud, déjà signalé dans l’article du site de l’ADECOPRO intitulé  « Des cartels à gogo… »,  on peut lire cette information intéressante dans le rapport de l’UNCTAD :

«  La Commission de la Concurrence de la République de Corée (Korea Fair Trade Commission ou KFTC)  a pu observer que les prix du GPL sur le marché domestique sont restés à un niveau très élevé après janvier 2008 quand les prix internationaux se sont stabilisés.  Elle a commencé son enquête en avril 2008.  Il a été mis en évidence le fait que les prix élevés du GPL étaient dû à des manipulations de prix  de la part des fournisseurs de GPL. La Commission a imposé une amende record de 600 millions de dollars à 7 fournisseurs de GPL pour avoir fixé les prix de gros du GPL  entre 2003 et 2008.  Dans son communiqué de presse, la Commission a insisté  sur le fait que le GPL est une nécessité quotidienne pour les taxi, les conducteurs handicapés et les familles dans les régions pauvres où le gaz naturel n’est pas accessible …..  Suite à la décision du KFTC, une association de chauffeurs de taxi et une association d’aide aux personnes handicapées, a  déposé une plainte contre les membres du cartel.  La plainte a été déposée au nom de plus de 30 000 chauffeurs de taxi   et personnes  handicapées, ce qui en fait l’une des plaintes pour dommages civils les plus importantes. »

Le rapport ne dit pas ce que cette plainte est devenue…….

Bah, on comprend mieux la timidité de l’Autorité française de la Concurrence à traîner les rapaces français du GPL devant les tribunaux. Des fois que les consommateurs en profiteraient pour en remettre une couche devant les tribunaux.

(*) Note by the UNCTAD Secretariat, 24 July 2013 ( en ligne sur Internet)

PS  Could our dear Korean readers explain in their comments  why « disabled drivers » are   pointed out and  concerned by the wrongdoings of the Korean LPG cartel ? I can’t figure it out.

PS 2   En écho à ce papier, un article très récent paru dans la presse indienne à propos de l’action de la Competition Commission of India (12 /09/2017 ) : Competition law interventions can acts as tools of social inclusion


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :