Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Accidentologie » Odeur de gaz non perçue = danger

Odeur de gaz non perçue = danger

Cette page constitue une synthèse de la littérature américaine disponible sur Internet sur le phénomène de l’atténuation de l’odeur du propane (en réalité l’odeur de son odorant) , ou  de l’atténuation de sa perceptibilité par l’odorat humain. Un sujet abondamment  exploré aux USA mais dont on ne trouve aucune  trace sur les sites Internet en Europe et particulièrement en France.  Les propaniers européens font très peu de bruit autour de cette affaire, car elle pourrait engager leur responsabilité légale.

C’est pourquoi vous ne trouverez les informations qui suivent nulle part sur l’internet francophone, en dépit de leur importance pour la sécurité des personnes et des biens. Explication : il  a toujours existé  des « niches »  linguistiques en matière d’information intéressant les consommateurs. Par exemple l’information sur le caractère cancérigène de l’amiante a circulé de manière non confidentielle au Canada  depuis les années 70, notamment parmi les syndicats des travailleurs de l’amiante (le Canada compte de nombreuses mines d’amiante),  vingt ans  avant que ces débats ne soient reconnus comme dignes d’intérêt par les médias français. Plus l’information dérange d’intérêts établis, plus la barrière linguistique est efficace pour empêcher sa circulation. C’était le cas avant Internet. C’est toujours le cas aujourd’hui, quoique les choses se soient sensiblement améliorées dans tous les domaines.

Il s’agit  de vous expliquer ici ce que la plupart des gens ignorent, à savoir que la non perception de l’odeur du gaz par CERTAINES personnes , ou dans CERTAINES conditions,  peut représenter  un réel problème de sécurité publique ou domestique. La question  que les propaniers européens  n’abordent jamais est la suivante  :  les propaniers ne devraient-ils pas être obligés de tester notre capacité à détecter l’odeur du propane AVANT d’installer une citerne de gaz ou AVANT  de nous vendre une bouteille de gaz.  Car c’est  lorsque vous n’êtes  plus capable de  percevoir  l’odeur du  gaz  que ça commence,   paradoxalement, à « sentir le gaz » pour votre sécurité. Alors, êtes vous sûr et certain que votre nez est toujours capable de vous révéler l’existence d’une fuite de gaz à votre domicile  ?

On peut classer les raisons susceptibles de vous en empêcher en 5 catégories.

Atténuation de l’odeur du gaz par effet chimique d’adsorption

La quantité d’odorant (ethyl mercaptan) mélangée au  propane et au  butane peut diminuer drastiquement dans certaines conditions, ce qui causera un estompage,  voire une disparition complète de l’odeur du gaz. Les archives du site (février 2013) contiennent une série d’articles sur  ce sujet.  Voilà ce qui peut se produire :

1)  L’odorant peut être adsorbé  ( = collé ;  et non absorbé ) sur la face intérieure des citernes et des tuyauteries en métal. Ce phénomène se produit systématiquement  lorsque le métal est neuf. Une longue conduite en cuivre entre la citerne et la maison a un pouvoir d’adsorption important. D’autant plus important que le tuyau aura une surface importante (gros diamètre).  Mais ce phénomène se produit aussi dans les réservoirs et la tuyauterie qui ont été exposés à l’air ambiant  lorsque la citerne de gaz est restée complètement vide plusieurs semaines. C’est pourquoi le fait de fermer le robinet de la citerne dès que celle-ci est  vide  protège la paroi intérieure de la citerne et empêche le redémarrage éventuel du phénomène d’adsorption.

2) La présence de rouille ( oxyde ferrique) à l’intérieur d’une citerne ou d’une tuyauterie, peut provoquer le phénomène d’adsorption. La rouille a le pouvoir d’oxyder le mercaptan dans des composés soufrés ayant une odeur différente et une intensité moindre. Ce phénomène  diminue l’odeur de gaz à l’intérieur du réservoir. L’oxygène de l’air, en principe  chassé lors des tests de mise en service de la citerne, s’il parvient à nouveau à l’intérieur de la citerne, peut augmenter le risque d’oxydation et induire la formation d’une couche de rouille. Plus il y aura de rouille dans le réservoir, et plus le phénomène d’atténuation de l’odeur du gaz sera important.

3) Si la fuite de gaz se produit dans la partie enterrée  de votre citerne ou de votre conduite de gaz, il est probable que vous ne sentirez pas l’odeur de gaz car si le gaz a  été filtré par  le sol avant de parvenir à vos narines, il ne sortira de terre que des molécules de gaz parfaitement  inodores. Plusieurs accidents auraient été causés aux USA par ce phénomène indétectable.

4) L’odorant peut être adsorbé sur les surfaces de votre maison, notamment par la maçonnerie de parpaings non recouverte de plâtre (un sous sol, un garage), par le bois, la pierre, le béton, les rideaux, les meubles et les moquettes. Ce type d’adsorption peut enlever un peu d’odorant du propane, mais généralement une fuite de gaz continue reste perceptible à l’odorat.

Le fait de remplir,  vider  et remplir à nouveau la citerne avec du gaz contenant du mercaptan  dans un court laps de temps suffit à enrayer  le phénomène d’adsorption. C’est ce que font les fabricants de citerne lors de l’opération de  passivation des réservoirs.

Atténuation de l’odeur du gaz par effet physique de  stratification

Dans des conditions normales  l’odeur de l’odorant se répand naturellement à travers toute la pièce en cas de fuite. Il faut cependant  savoir que le propane étant plus lourd que l’air, c’est au ras du sol qu’il faut aller renifler  l’odeur de l’odorant en cas de doute, car c’est là que l’odeur se concentrera en premier lieu….voire en dernier lieu… car malheureusement  très peu de propane suffit à une explosion. Ceci est particulièrement important à garder à l’esprit  quand la fuite est susceptible de se produire en sous-sol (par exemple lorsque  le tuyau d’arrivée de la citerne pénètre par les murs du sous sol). Si vous descendez  dans le sous-sol par le RDC de votre maison,   vous pouvez donc  ne pas sentir du tout l’odeur du gaz confinée au raz du sol de votre sous-sol …. et allumer la lumière sans vous douter de  ce qui va  vous arriver …….. Inversement si vous percevez  l’odeur de l’odorant dès les premières marches  de l’escalier, il y a des chances que la pièce contienne déjà une quantité appréciable de gaz. Il est plus que conseillé  de sortir de la maison illico sans allumer la lumière….

Rappelez vous : pour évaluer le danger,  soyez conscient que la concentration de gaz  la plus importante ne sera jamais au niveau de votre nez, mais toujours au niveau de vos pieds. Il en est de même pour le propane (1.5 fois plus lourd que l’air) comme pour le butane ( deux fois plus lourd que l’air)

Atténuation de l’odeur du gaz par  vieillissement ou dégénerescence olfactive

En dépit du caractère pénétrant de l’odorant du gaz, certaines personnes ne sont pas à même de percevoir cette odeur . C’est notamment le cas des  personnes âgées dont l’odorat s’est émoussé au fil du temps.   Il existe des cartes à gratter  permettant de savoir  si vous êtes capable de percevoir l’odeur du gaz en cas de fuite.

Les recherches entreprises dans les années 1980 par le chimiste Amos Turk et le psychologue William Cain du John B Pierce Laboratory (affilié à Yale University)  confirment que les fuites de propane sont tout particulièrement dangereuses pour les personnes âgées. Turk et Cain ont trouvé que le seuil moyen de détectabilité des personnes qui ont 70 ans et plus, pour la détection de l’ethyl mercaptan,  est 10 fois supérieur à celui d’un jeune adulte de 18 ans.

En 1986 le magazine  « National Geographic » et le Monell Chemical Senses Center de Philadelphie, PA. ont conduit ensemble la plus large recherche sur l’odorat jamais menée dans le monde. Le National Geographic avait réalisé un encart à destination de ses lecteurs avec 6 bandelettes odorantes à gratter. Les chercheurs de Monell ont analysé  les questionnaires retournés par 1,5 million de lecteurs ! Ils ont découvert que l’anosmie spécifique au mercaptan ( = incapacité de détecter l’odeur ) n’est pas rare et que celle -ci croit en proportion directe de l’âge. Plus de la moitié des lecteurs de plus de 60 ans qui ont répondu n’ont pas réussi à reconnaître l’odeur du gaz. « Nous avons été très surpris de voir la chute importante de perception du stimulus de danger par les personnes âgées. Ce sont ces personnes qui présentent le plus grand risque pour le GPL et on constate statistiquement que ce sont celles qui ont effectivement le plus d’accident au gaz. »

Sur la question connexe de la dégénerescence de l’odorat comme marqueur d’une vieillesse avancée, voir ici :

http://www.slate.fr/story/92861/reconnaitre-odeurs-mortalite-personnes-agees

Les gens qui , en « testant » l’odeur du gaz, se découvrent  une déficience olfactive au mercaptan,  devraient s’équiper de détecteur de gaz butane/ propane (on en trouve différents modèles chez les revendeurs de matériel électrique  y compris dans les grandes surfaces de bricolage).

On trouve des exemples d’accidents au gaz sur Internet  parmi les personnes âgées :

Ici, une explosion qui serait survenue après une réparation hasardeuse d’un câble électrique par un plombier non compétent. La fuite n’aurait pas été repérée du fait que l’occupant des lieux était anosmique  :

http://www.manchestereveningnews.co.uk/news/greater-manchester-news/gas-fitter-walks-free-over-6357146

et là  : http://www.khou.com/news/texas-news/Investigators-confident-about-cause-of-fatal-Grandview-blast-234219921.html

Et ici près de Nantes, une explosion au butane au domicile d’une personne âgée en 2015, qui ressemble bigrement soit  à un cas d’anosmie partielle soit à une accoutumance physiologique ( voir explications  ci dessous)  :

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/sa-maison-explose-elle-en-sort-indemne-1442503273

Atténuation de l’odeur du gaz par l’effet d’une pathologie

Les cas où l’odorat d’une personne est considérablement diminué incluent : congestion des sinus, rhinite, allergies, grippe. Un fumeur régulier peut ne pas détecter consciemment  le mercaptan. Un buveur d’alcool pourra être dans la même situation, mais seulement s’il vient de boire. Certains médicaments diminuent aussi l’odorat.

1 % de la population n’a pas d’odorat. Des milliers de personnes peuvent ne plus sentir du tout certaines odeurs, et présentent ce qu’on appelle des « anosmies spécifiques » . Ils sont physiquement incapables de sentir certaines odeurs, un caractère qui est souvent transmis génétiquement. L’anosmie générale quant à elle,  est un trouble de l’odorat qui se traduit par une perte ou une diminution forte de la sensibilité à l’ensemble des odeurs. Ce handicap  est fréquemment causé par l’altération du nerf olfactif situé sous le lobe olfactif qui se trouve au-dessus de la racine du nez. C’est une lésion fréquente fréquente dans les traumatismes crâniens avec ou sans sectionnement du nerf olfactif. L’anosmie peut aussi être d’origine pathologique. 

«Le plus souvent, l’anosmie peut être due à une polypose naso-sinusienne (PNS), maladie inflammatoire affectant les sinus: la muqueuse s’épaissit, un spasme va empêcher le nerf olfactif (celui qui lie votre cerveau aux fosses nasales) d’être irrigué et donc le nerf va mourir.» Le docteur Claude Timsit complète: «Si vous agissez très vite c’est récupérable, si le nerf manque d’irrigation trop longtemps il meurt –plus de connexion entre le nez et le cerveau»: l’odorat meurt avec.

Dans des cas plus rares encore, il est possible de naître anosmique.

Comme il n’y a jamais eu en France  de procès en recherche de responsabilité des propaniers intenté  par une victime d’une fuite de gaz , il est  normal de constater que les propaniers français  ne cherchent pas à savoir  si les consommateurs équipés  de citernes de propane arrivent ou non à percevoir  l’odeur de l’odorant.

Atténuation de l’odeur du gaz par effet physiologique

Il s’agit de phénomènes normaux non liés à une  pathologie ou au vieillissement, et imputables  aux interactions naturelles du système nerveux central avec notre environnement :  phénomène de masquage d’une odeur par une autre, d’accoutumance consciente ou inconsciente et de flash olfactif.

a) les conditions environnementales influent sur votre capacité à détecter l’odeur du gaz. Ainsi on sait que certaines odeurs et particulièrement les odeurs de cuisine peuvent masquer l’odeur du mercaptan. C’est en tout cas l’explication qui a été donnée dans le cas d’explosions survenues dans des restaurants pendant l’heure du déjeuner suite à une fuite de gaz propane non détectée en cuisine : difficile en effet  d’imaginer que tous les employés présents dans la  cuisine au moment de l’explosion présentaient une anosmie spécifique au mercaptan. Les scientifiques  ont ainsi mis en évidence qu’une odeur peut  en cacher une autre, un peu à la manière des trains : une odeur musquée peut  effacer l’odeur du  gaz comme par exemple l’odeur d’humidité qu’on trouve dans les sous-sols.

b) phénomène d’accoutumance : les fleuristes savent qu’une personne reniflant une odeur pendant quelques minutes peut s’accoutumer à cette odeur  au point de ne plus la percevoir consciemment. Chacun en a fait l’expérience au moins une fois  dans sa vie  : l’odeur d’un bouquet de fleur n’est jamais aussi évidente qu’au moment où on entre pour la première fois dans la pièce où se trouve le bouquet.   Le risque dans le cas d’une  fuite de gaz  est  qu’une personne ayant cru percevoir une odeur de gaz  finisse par croire qu’elle vient  d’être l’objet d’une hallucination olfactive, faute d’être capable de la percevoir de nouveau. Une odeur à laquelle on s’accoutume diminue en effet  en intensité jusqu’à ce que la personne ne la détecte plus. Il convient alors sortir de la maison se rincer  les narines dehors  et re-rentrer dans la pièce où on a cru détecter une odeur de gaz, pour se mettre en capacité de percevoir à nouveau l’odeur du gaz . La conclusion est très claire : si vous avez senti comme une très  légère odeur de gaz et que vous ne la sentez plus, il est bon de sortir dehors pour désaccoutumer vos cellules olfactives, avant de revenir renifler à nouveau  dans la pièce où vous avez perçu l’odeur de gaz, pour en avoir le coeur net.

Ce phénomène d’accoutumance  n’est pas  connu uniquement des responsables de la sécurité des installations de gaz. Il a été mis en évidence depuis longtemps par les physiologistes qui étudient la perception des odeurs et des goûts des  aliments sous le nom d’alliesthésie (littéralement « modification de la perception »). S’il est fortement déconseillé d’utiliser le gaz ou le mercaptan pour expérimenter le phénomène d’alliesthésie olfactive,  l’expérience suivante est facile à réaliser et sans aucun risque : elle nécessite d’avoir une  pièce où vous conservez des fruits au frais (cellier, cave, remise ) et d’être à jeun depuis plusieurs heures : en entrant  dans la pièce où vous stockez des fruits mûrs , l’odeur de ces fruits emplit immédiatement vos  narines. Vous croquez alors dans une des  pommes  ou des poires mûres. Dès que vous avez avalé   la première bouchée,  l’odeur a disparu : vous ne percevez plus   l’odeur du fruit que vous êtes en train de goûter. Et cependant la pièce  dans laquelle  vous vous trouvez est  toujours remplie de la  même odeur. Si vous  ressortez   de la pièce après cette unique  bouchée, donc  en restant sur votre faim,  et que vous attendez quelques minutes  avant de retourner dans le cellier,  vous constaterez que vous serez à nouveau capable de sentir  l’odeur de la pomme ou  de la poire, mais de manière  plus atténuée  ou moins agréable  que lors de votre première visite. Vous pouvez répéter cette expérience autant de fois que vous voulez : tant que vous n’aurez pas atteint l’état de  satiété pour les fruits mûrs se trouvant  dans votre cellier, vous continuerez de percevoir leur odeur de manière distincte.  S’il y a plusieurs espèces  de fruits mûrs  présents simultanément dans votre cellier et que vous  n’avez goûté qu’un seul fruit,   vous ne percevrez bientôt plus  que l’odeur des   fruits auxquels vous n’avez pas encore goûtés. C’est le signe que votre instinct vous commande de varier les plaisirs.  L’intérêt de se nourrir en suivant instinctivement les variations des plaisirs  olfacto-gustatifs  pour les seuls aliments bruts ou naturels a servi d’argument  aux  philosophes  catholiques aux  XVIIe pour justifier de rester à l’écoute du  Dieu vivant en nous (on dirait aujourd’hui « à l’écoute de son corps »), avant d’être popularisé  en Europe au XIXe  et  XXeme siècle par un courant hygiéniste hétérodoxe inquiet de l’oubli des principes d’alimentation naturelle par la médecine officielle.

c)  cette accoutumance  peut se produire  de manière consciente ou inconsciente :  c’est à dire  au-delà du seuil de perception d’une odeur comme dans les exemples plus haut;  ou  en-deça de ce seuil de perception, c’est à dire  sans que vous ne puissiez vous en rendre  compte. De sorte qu’il est tout à fait possible qu’une minuscule fuite de gaz   puisse passer inaperçue sans que vous ne puissiez la détecter consciemment. La morale de l’histoire est que si  vous devez avoir une fuite de gaz chez vous un jour, il est préférable pour vous  qu’elle soit « suffisamment importante » pour que le phénomène d’accoutumance naturelle ne puisse pas se produire  en deça de votre  seuil de perception.

d) à l’inverse une concentration trop importante peut aussi « aveugler » momentanément votre sens de l’odorat (effet dit de « flash olfactif ») , en diminuant votre  capacité à percevoir consciemment  l’odeur du gaz.

Largement méconnu, l’odorat humain est assurément le plus complexe de tous les sens et il est préférable de savoir quand on peut s’y fier,  et quand il est préférable de s’en défier.

Un rapport en anglais sur la question, écrit en 2010 par deux universitaires  américains « Human factors considerations on the detection of gas leaks » ( Faculté de psychologie, NCSU, Raleigh)

http://www.safetyhumanfactors.org/wp-content/uploads/2011/12/315WogalterLaughery2010.pdf

=============================================================

Les scientifiques disposent de  suffisamment d’éléments pour déterminer que les personnes âgées présentent un risque plus important de ne pas  être en mesure de détecter l’odeur du gaz en cas de fuite. Cette difficulté à détecter  l’odeur du gaz peut être aggravée  si le gaz a stagné longtemps dans sa citerne  sans être soutiré, comme c’est le cas dans les locations de vacances  ou les résidences secondaires  utilisées seulement certains mois de l’année.

Il conviendrait donc de voir si les statistiques d’accident domestique au butane/propane corroborent les résultats expérimentaux sur la perceptibilité de l’odorant du gaz. Mais où sont donc les études financées par le richissime  cartel du gaz propane sur la question ? Ah non ! Suis je bête ! C’est à  l’Etat de  financer  la recherche sur les dangers potentiels liés à l’anosmie ou à l’hyposmie.

Tandis que  ce sont  les multinationales du gaz  qui doivent pouvoir profiter librement des résultats de la recherche financée par nos impôts….

Mise à jour du 26 Mai 2015 . Mr Joel Pedessac, ci-devant président du CFBP, interrogé par mes soins,  apporte les précisions utiles suivantes  :

QUOTE

« La règlementation française (arrêté du 13/7/2000) impose que «  Le gaz distribué doit posséder une odeur suffisamment caractéristique pour que les fuites soient perceptibles à l’odorat » (art.17).

Elle précise aussi dans le cahier des charges AFG RSDG 10, document à portée réglementaire pour les exploitants de réseaux de gaz, que cette odeur doit être ressentie par un échantillon représentatif de la population au plus tard quand la concentration du gaz atteint 20% de la limite inférieure d’explosivité (LIE). Les analyses prennent donc en compte la diversité des perceptions olfactives d’une population et une marge de sécurité est également considérée.

En matière de sécurité du gaz, il s’agit de la réglementation la plus récente qui complète la réglementation antérieure applicable aux autres modes de distribution de GPL (bouteilles, citernes et GPLc).

Les distributeurs de gaz s’en tiennent donc à la stricte application de cette réglementation.  »

UNQUOTE

Soit. Les propaniers raisonnent donc en statistiques et « en masse », exactement comme la médecine qui  admet très officiellement  qu’il y a  chaque année en France des accidents post-vaccinaux  « inévitables » et   trouve normal de ne rien proposer pour essayer de  prévenir lesdits accidents. De la même manière qu’il existe des tests pour anticiper une réaction immunologique indésirable à un  vaccin (tests que vous ne trouverez nulle part en France), il  existe aussi des tests pour détecter une éventuelle anosmie au propane. Tests jamais proposés en France.Ces tests sont pourtant recommandés aux Etats-Unis notamment auprès des personnes âgées.

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :