Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » 2016 » mai

Monthly Archives: mai 2016

Primagaz offre des grosses gâteries à ses clients infidèles pour qu’ils rentrent à la maison

 

Et vive la concurrence ! Gaz Liberté  ayant  «oublié»  d’ajuster ses tarifs  à la baisse ces derniers mois,  il est normal que  Primagaz essaye  d’en profiter pour tenter de récupérer les clients partis voir ailleurs si l’herbe y est plus tendre. Un client infidèle, ça se reconnait facilement  : c’est un consommateur  qui ne commande plus de gaz  depuis au moins  3 ans, et dont la citerne affiche une jauge pas franchement  dans le rouge lors de  la dernière visite de contrôle.

Depuis le temps que des centaines de  familles de la région parisienne sont passées à la concurrence en refusant de passer par la case « changer de citerne », on aurait pu croire que  les grands propaniers allaient finir par  réagir. Pourtant aucun d’entre eux ne s’est  avisé de  demander des comptes à leurs clients infidèles : pas une lettre recommandée pour réclamer une seule citerne en six années de fonctionnement du Groupement !  Pas un seul huissier à la porte. Pas une convocation au tribunal.  Contrairement à ce que les propaniers laissent entendre dans leur contrat, ils n’ont  aucun moyen de rétorsion contre  un consommateur qui ne respecte pas la fameuse clause d’exclusivité d’approvisionnement.

Jusqu’à présent, les propaniers du cartel n’avaient pas non plus pris d’autre initiative, pour tenter d’amadouer leurs  clients égarés, que de leur  proposer  d’autres  contrats aussi exclusifs et aussi foireux que les précédents.

C’est donc Primagaz qui décroche la palme de la réactivité  :  des adhérents du Groupement en région parisienne disposant d’une citerne Primagaz  « inutilisée » reçoivent actuellement deux types d’offres promotionnelles  particulièrement alléchantes   :  une proposition pour un plein à 690 € TTC  la tonne de gaz (  histoire de leur  dire « on a merdé avec vous par le passé et on s’excuse  » ) ;  ou  une proposition pour un plein à 690 € TTC,  assortie d’un contrat pour 3 ans avec un prix fixe de  990 € TTC  (voir pièce jointe ci-dessous ).

Scan lettre primagaz

N’étant pas client de Primagaz à titre personnel (pas encore), j’ai  été rapidement mis au parfum de cette initiative par les membres du Groupement qui ont sollicité mon avis sur ces propositions qui leur semblaient un peu  trop belles pour être vraies.  Je leur ai répondu qu’il ne servait à rien d’avoir des scrupules,   et qu’ils devaient  profiter de cette aubaine  aussi longtemps qu’ils le pouvaient. Le Groupement Propane Libre n’a certainement pas été mis en place pour constituer une rente pour Gaz Liberté,  ni pour rendre les consommateurs dépendants d’un nouveau propanier, mais bien pour engager  une baisse substantielle des prix du gaz en citerne  en renforçant la concurrence ….et accessoirement pour déblayer le terrain juridique  en attendant l’arrivée de nouveaux distributeurs indépendants.

Il faut noter un point commun à tous les clients Primagaz qui ont reçu un  courrier ou un SMS racoleur ces derniers jours  : ils ont tous  arrêté   de commander  chez  Primagaz depuis plusieurs années. Et tant pis pour les quelques  clients  qui commandent du gaz « tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre »  afin de  ne pas « éveiller les soupçons » :  leur historique  client  ne présentant  aucune anomalie flagrante, sinon un ralentissement du rythme de commande,  ils  n’auront probablement pas la chance de recevoir un  courrier  ou un SMS de Primagaz leur indiquant qu’ils ont gagné un joli cadeau.  Ce n’est pas pourtant faute de  l’avoir dit et redit aux membres du Groupement Propane Libre :  plus vous êtes intransigeant avec les propaniers,  plus ils vous respectent, et plus ils sont aux petits soins avec vous.  Il est donc contre-productif  de tenter de dissimuler vos infidélités en commandant de temps à autre chez votre ancien fournisseur. Soyez entier : allez au bout de vos idées !

Je soumets à  la suite mon « interprétation libre »  des derniers  tarifs domestiques offerts par Primagaz (si vous avez reçu d’autres tarifs intéressants différents des tarifs publics, n’hésitez pas à nous les communiquer)  :

Tarif  spot  pour les clients  Primagaz   infidèles à  Primagaz  :  690 €  TTC (tarif exceptionnel super promo)

Tarif des nouveaux clients  Primagaz débauchés chez les concurrents : 830 € TTC  la première année ( années 2 & 3 : tarif public ou tarif négocié) . Tarif promotionnel réservé.

Tarif des clients Primagaz se réengageant chez Primagaz pour 3 ans : 990 € TTC (prix fixe 3 ans). Tarif promotionnel général.

Tarif public PRIMACONFIANCE  (mai 2016 ) des clients Primagaz  qui n’ont ni la possibilité de changer de fournisseur,  ni la possibilité de se réengager  : 1350 € TTC  (hors abonnement). Tarif normal  « non promotionnel »

Prix moyen du propane domestique en France en mars 2016  (tous propaniers confondus) : 1549 € TTC  (base Pégase, Ministère de l’Ecologie – Données mensuelles)

A comparer  avec le prix maximum légal du propane vrac en Belgique en mars 2016 applicable à TOUS les consommateurs belges quel que soit leur fournisseur : 890 € TTC

Chacun tentera comme il peut de s’y retrouver dans cette échelle de prix  démesurément étirée.  Une échelle  reflétant une considération du propanier envers ses clients  indexée  sur la capacité de ces derniers à  changer  rapidement de fournisseur.  La concomitance de tarifs dits  « publics » et de tarifs réservés à une poignée de clients  ( » tarifs exceptionnels », « tarifs promotionnels spéciaux »…),  montre le caractère discrétionnaire des tarifs pratiqués par les propaniers.  Ces tarifs discrétionnaires devraient en principe donner le tournis aux services de la Répression des Fraudes…. à moins qu’ils ne démontrent leur inefficacité à solutionner la question de l’absence de concurrence sur ce marché.

On peut sans crainte avancer un diagnostic sur le fonctionnement du marché du propane vrac en France :  soit les consommateurs  français de propane  ne se rendent pas   compte  de l’énorme injustice tarifaire qui règne sur ce marché, soit ils sont empêchés d’agir contre cette situation inique. Dans un cas comme dans l’autre, la responsabilité de l’Etat  est engagée dans son incapacité à réguler le marché au bénéfice des consommateurs.

Pour ce qui nous concerne, nous retiendrons qu’être infidèle à son  propanier est très avantageux : vous diminuez votre prix d’achat une première fois lorsque vous quittez votre propanier pour vous approvisionner ailleurs; et vous diminuez  une seconde fois en le retrouvant !  Et ainsi de suite…..Cette histoire est bien la preuve que la seule manière de faire baisser le prix du propane dans les conditions actuelles du marché,  est de donner les moyens aux consommateurs de pouvoir être toujours infidèle. C’est pour cette raison qu’a été créé  le Groupement Propane Libre.

 Que vous soyez ou non clients de Primagaz,  n’hésitez pas à réclamer, vous aussi,  du propane à 690 € TTC la tonne auprès de votre fournisseur habituel. Et si Gaz Liberté veut  désormais garder ses clients, il va falloir qu’il baisse aussi ses prix.

La concurrence vous dis-je  ! La vraie !

 

 

Publicités

Bécassine chez les Rockefellers. Histoire du débarquement du gaz de schiste américain en France

 

A entendre Ségolène Royal parler du gaz de schiste américain dont elle souhaite  interdire l’entrée sur le territoire français, on ne peut qu’hésiter entre  rigolitude et navritude.  On ne s’étendra pas sur l’impossibilité technique, largement commentée dans la presse,  d’assurer la traçabilité des  gaz non conventionnels durant leur transport  sur terre ou  sur mer. On rappellera juste que  des cargaisons entières  de GNL et de GPL sont communément transbordées en pleine mer à chaque extrémité du canal de Panama afin de permettre la traversée du canal par des bateaux de moindre tonnage. Dans pareil  cas la destination finale -ou le point de départ- de la cargaison est  officiellement indiquée comme  la zone de transfert de Panama*, ce qui permet toutes les manipulations possibles quand à la provenance réelle  du gaz. Si notre ministre avait la moindre expérience du monde des affaires, elle saurait que les traders ne sont JAMAIS à court de combines pour maquiller des transactions irrégulières.

Personne ne semble avoir  relevé en revanche,  au Ministère de l’écologie,   que le gaz de schiste américain, sous la forme de propane de schiste,  inonde DEJA le marché français et les marchés voisins depuis plusieurs années  !  Les citernes  du nord de l’Europe et au nord de la Loire,  approvisionnées depuis les ports belges et néerlandais,  regorgent toutes de propane de schiste américain.

Rappelons pour commencer que les Etats Unis n’ont jamais exporté de propane (sauf de manière anecdotique auprès de ses voisins canadiens et mexicains)  AVANT  de commencer à exploiter  le gaz de schiste. Ce qui signifie que  le GPL exporté depuis 2011 en quantité toujours plus importantes (les USA sont aujourd’hui le premier exportateur mondial de GPL devant l’Arabie Saoudite) provient exclusivement du gaz de schiste dont il constitue un sous-produit (le propane et le butane font partie de la famille des « liquides de gaz naturel » associés au gaz naturel dans les gisements de schiste ). Par comparaison le gaz naturel liquéfié objet des contrats Engie et EDF ne proviendrait qu’à 40 % de gaz de schiste.  Rappelons  aussi que la France est, en volume consommé, de loin le premier marché pour le  GPL en Europe du Nord. Et donc le premier marché  pour le GPL provenant du  gaz de schiste américain.  On en déduit  qu’une partie importante des arrivages américains de GPL en Europe du nord atterrit depuis longtemps dans les dépôts des grossistes et détaillants français. Il serait donc temps que notre ministre se réveille………

Au cas où certains journalistes aimeraient avoir des idées plus claires sur la question, voilà ce qu’on peut trouver dans la presse spécialisée sur les arrivages de GPL américain en Europe du nord ce mois-ci (mai 2016).  Le texte qui suit est extrait du site « Hellenic Shipping News»  en libre accès sur Internet  ( traduit de l’anglais) :

«  Un autre facteur poussant actuellement les prix du spot à la baisse est le nombre de cargos de propane qui doivent arriver en Europe en provenance des Etats Unis ce mois-ci. Selon des sources autorisées, les VLGCs ( ndlr : les plus gros parmi les cargos de gaz liquéfiés) en instance sont le BW Sakura , le Corsair, le BW Energy et le G Paragon »

( ndlr : à eux  4, ces cargos représentent environ  250 000 m3 de GPL issu du gaz de schiste américain,  rien que pour le joli mois de mai…….).

Toujours selon cette source «  Il y a un volume substantiel de propane qui arrive des Etats Unis en mai et cela couvrira les besoins du marché d’Europe du nord. A court terme  le marché est suffisamment approvisionné »

« Selon Platts cFlow, le logiciel de suivi des échanges, le BW Sakura est arrivé dans la province de Zélande des Pays Bas mercredi  4 mai 2016 en provenance de la Gulf Coast (Texas), alors que le Corsair a quitté Houston le 25 Avril et doit arriver vers Anvers autour du 9 mai.  La destination finale des deux autres vaisseaux n’a pas été dévoilée »

Toutes ces informations sont en libre accès. Si les journalistes avaient un tant soit peu consulté Internet avant de recopier bêtement les communiqués du Ministère, ils auraient découvert eux mêmes le pot aux roses.

En résumé, si l’on comprend bien notre ministre, les membres du cartel français du propane  devraient immédiatement cesser d’acheter de propane sur le marché ARA, puisque celui-ci est inondé par le  gaz de schiste américain, au point que les derniers arrivages suffisent à approvisionner toute l’Europe du nord.

J’attends avec impatience de voir les directives du gouvernement français interdisant dès demain à Primagaz France (filiale du plus important acheteur sur le marché d’Europe du Nord), à  Butagaz,  à  Antargaz  ainsi qu’à Vitogaz d’acheter du propane issu du gaz de schiste américain débarqué en Europe du Nord !

A moins,  évidement, que tout ceci ne soit pas un nouvel épisode de Bécassine,  mais une pure opération de communication politique, sur l’air de  :

« Couvrez ce gaz que je ne saurais voir.

Remplissez-en  vos réservoirs.

Par de pareils objets les âmes sont blessées.

Et cela fait venir de coupables pensées. »

Dans un cas comme dans l’autre, que nous ayons affaire à Bécassine ou à  Tartuffe, la suite n’est guère rassurante pour les consommateurs français.

Ceci étant dit, et sur le fond, on ne peut  pas donner tort à Ségolène Royal de s’intéresser,   et de tenter d’intéresser les multinationales  et les consommateurs,  aux conditions de production des biens et denrées  importés et consommés chaque jour.  L’effondrement du Rana Plaza dans la capitale du Bengladesh,  nous  rappelle  que la transparence et l’information du consommateur est une condition essentielle de l’amélioration des conditions de production. Entre appel au boycott, diplomatie économique,  limitation et taxation des importations, le champ d’intervention possible des ONG et des  gouvernements est suffisamment large pour entraver ou tenter d’entraver  les nombreuses dérives de la mondialisation.  Encore faudrait-il que nos gouvernants arrêtent d’infantiliser les entreprises et  les citoyens en prônant brutalement  n’importe quelle interdiction  au nom d’un principe supérieur, fut-il écologiquement  justifié.

Cela s’appelle le pragmatisme et c’est ce qui fait le plus défaut dans notre pays, et pas uniquement chez nos gouvernants…. Le fait que le pragmatisme soit une idée anglo-saxonne et singulièrement américaine (**), ne doit pas nous interdire , là encore, d’en faire un usage modéré et à bon escient.

(*) Sur les opérations de transbordement du gaz liquéfié aux abords de Panama, lire l’article « Panama Canal lock size affects tracking of US propane export data ». Où il apparaît que même  les statisticiens de l’EIA  chargé de suivre et comptabiliser les exportations américaines de GPL, n’arrivent plus à suivre la  flotte américaine …Imaginez alors les personnes chargées de faire la même chose en France……

(**) Voir l’oeuvre des philosophes américains Charles Sanders Peirce, William James et  John Dewey

Les consommateurs doivent pouvoir acheter les citernes de gaz, selon la Commission de la Concurrence d’Afrique du Sud

La Commission de la Concurrence  d’Afrique du Sud (Competition Commission) vient de terminer une enquête de deux ans sur le fonctionnement du marché du GPL en Afrique du Sud. Aucune surprise dans ses recommandations préliminaires qui doivent être examinées par les parties prenantes avant le 7 Juin prochain : selon la Commission, le marché sud africain du GPL doit tendre vers la dérégulation à travers des  mesures principalement  destinées à aiguillonner la concurrence.

« Il y a des obstacles structurels à la concurrence qui sont susceptibles de gêner la croissance de l’industrie du GPL » selon le communiqué de la Commission de la Concurrence d’Afrique du Sud. « On constate des goulots d’étranglement significatifs dans l’environnement réglementaire qui réduisent les possibilités d’une concurrence nouvelle »

L’Afrique du Sud fabrique 300 000 tonnes de GPL par an, pour des ventes totalisant 1,5 milliards de rands. En 2015, la Commission a fait des enquêtes et des saisies dans les bureaux de African Oxygen, Oryx Oil South Africa, Easigas, LPG Safety Association, KayaGas, et Totalgaz Southern Africa.

La Commission a trouvé que certains contrats de fourniture de GPL  à long terme ont été renouvelés auprès des mêmes grossistes pendant plus de 25 ans, et peuvent contenir des clauses de renouvellement illimité. Elle propose de réduire la durée des contrats d’approvisionnement en gros, d’annuler la pratique des renouvellements automatique, et  d’introduire un mécanisme d’allocation où tous les grossistes sud africains pourraient enchérir sur  le GPL importé. Elle préconise en outre d’allouer un pourcentage minimum des volumes importés à des petits grossistes en GPL afin de permettre l’entrée de nouveaux concurrents sur le marché.

Cape-Town-South-Africa-2-wpcki

Ceci n’est pas la capitale de l’Afrique du Sud……

Le GPL fait partie des combustibles dont le prix est fixé par le Central Energy Fund du Département d’Etat de l’Energie le dernier vendredi de chaque mois, pour prendre effet le premier mercredi de chaque mois.

Dans le cas du GPL, le gouvernement fixe un prix maximum de vente au détail ( ndlr : comme la Belgique et le Luxembourg) , au contraire de l’essence ( où il détermine un prix fixe basé sur le taux d’octane et la région géographique) ou le diesel, où il fixe le prix de gros mais permet aux stations service de se  concurrencer sur le taux de marge.

« La Commission propose de mettre en oeuvre progressivement les mesures permettant d’aller vers un marché du GPL dont les prix sont déterminés par le marché, et de créer un environnement économique favorable à la concurrence »

Une autre recommandation est de permettre aux consommateurs de devenir propriétaire de leur citerne. Le système où les fournisseurs de gaz gardent la propriété des citernes donnait lieu à des abus généralisés, selon la Commission.  Allez,  on se la refait une seconde  fois et en anglais  pour le plaisir. « The incumbent system of gas suppliers owning the cylinders was open to widespread abuse » (apparemment un « cylinder » doit  désigner  une citerne en Afrique du Sud – alors que le terme est réservé aux bouteilles de gaz en Amérique du Nord).

Quoi ? Des abus généralisés envers les consommateurs de  GPL ? Pas possible !!! ??? Heureusement pour les consommateurs français, de tels abus généralisés sont impossibles en France : nul doute que la DGCCRF  mettrait immédiatement le holà si les propaniers s’avisaient de vendre le propane à des prix abusifs  en profitant lâchement de leur droit de propriété sur les réservoirs….Et si la DGCCRF continue à faire juste « semblant » de vouloir résoudre le problème,  grâce à Nuit Debout, dorénavant,  nous allons  pouvoir dénoncer publiquement  les marques qui ne sont pas gentilles avec les consommateurs. Na !  Il suffira de rajouter le nom de Vitogaz sur la liste des méchantes marques pour  désigner à la vindicte populaire ce propanier comme un escroc, à peine plus recommandable que  Caca-Cola ou  Mc Donaz. Et hop, le problème sera résolu….On appelle cela la « pensée magique »  : il suffit de tous le vouloir  très fort,   et les choses s’accomplissent d’elles-même comme par miracle…..

Quand la foudre frappe près d’une conduite de gaz enterrée…….

 

La presse locale américaine du 16 mai 2016 (merci Google Actualités !) nous apprend ces jours-ci une nouvelle pour le moins surprenante. En plein coeur  du Wisconsin, cet état du nord des Etats Unis  autrefois colonisé par les français  comme en atteste encore des noms de  villes bien de chez nous  (Eau claire, La Crosse, Nicolet, Vaudreuil …), un éclair a frappé un arbre situé  à côté d’une citerne aérienne de propane alimentant un chalet ou bungalow, mettant le feu à la conduite de gaz…..

Ce sont les pompiers de Black River Falls, alertés par un appel téléphonique,  qui se sont rendus dans la petite ville d’Adams dans le Comté de Jackson. Leur enquête a révélé qu’un arbre près d’une citerne de gaz avait été frappé par un éclair, ce qui avait provoqué une  rupture de la canalisation de propane en cuivre enterrée, courant depuis la citerne jusqu’au chalet. Le gaz était en feu lorsque les pompiers sont arrivés mais il n’y avait pas d’incendie à proprement parler. Le feu a été arrêté simplement en tournant la vanne d’arrêt de la citerne.

En inspectant la maison , les pompiers se sont rendus compte que la canalisation de gaz avait aussi commencé à mettre discrètement  le  feu dans le vide sanitaire  à l’endroit où la conduite de gaz pénètre  dans la maison, ainsi qu’aux  solives de soutien du plancher du rez de chaussée. Il a fallu que les pompiers découpent  un trou dans le plancher pour aller éteindre le feu dans le vide sanitaire.

On savait déjà que les arbres représentaient un danger en cas de chute de branche sur la conduite de gaz aérienne, voilà maintenant que les arbres et leurs racines représentent un danger en cas de foudre pour les conduites de gaz enterrées…….Conclusion : il n’est pas recommandé de laisser pousser en hauteur les arbres qui se trouvent dans le voisinage de votre citerne, au risque qu’ils se transforment en paratonnerre…

Source :

http://www.leadertelegram.com/News/Daily-Updates/2016/05/04/Lightning-strike-fire-causes-30-000-in-home-damage.html

%d blogueurs aiment cette page :