Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Rupture d’approvisionnement

Category Archives: Rupture d’approvisionnement

Publicités

En cas d’urgence, l’Etat de New York veut rendre les consommateurs libres de choisir leur fournisseur de propane

NewYorkAssemblyChamber

Le nord des Etats Unis vient de vivre deux  mois de décembre et janvier épouvantables avec des températures « wind chill » en dessous de moins 20 ° pendant plusieurs jours d’affilée, et des températures globalement négatives pendant plusieurs semaines. Cette  vague de froid a mis à mal la distribution de propane dans l’état de New York. Lequel compte à lui seul 200 000 citernes pour 20 millions d’habitants. En effet contrairement à ce qu’on pourrait croire,  l’Etat de New York, qui inclus la ville de New York (8 millions d’habitants), est essentiellement rural. Les  territoires du nord ( « the North Country » ),  quasi sauvage avec de nombreux lacs et  la fameuse chaîne des Adirondacks, partagent une très longue frontière avec le Canada.  Ce qu’on appelle l’ « Upstate New York »  comprend toute cette partie rurale de l’Etat,  au nord et à l’Ouest de la capitale Albany.

Aux USA, chaque Etat instruit  et  vote ses  propres lois grâce à un système bicaméral : chaque état possède donc  son assemblée de députés et son sénat. Pour qu’une loi soit adoptée, elle doit l’être par les deux chambres (  = State Legislature) puis contresignée par le Gouverneur qui dispose d’un pouvoir considérable à travers son droit de veto. L’Assemblée de l’Etat de New York est largement dominée par les Démocrates tandis que le Sénat appartient aux Républicains.

Les démocrates viennent donc de faire passer un projet de loi à l’Assemblée qui hérisse le poil des propaniers et qui va devoir être examiné dans les prochains jours par un Sénat à majorité républicaine. On sait combien les républicains sont proches des milieux pétroliers et gaziers.

Ce projet de loi permet  aux consommateurs qui louent leur citerne et n’en sont  donc pas propriétaires (*) de choisir parmi tous les fournisseurs possibles pour obtenir un remplissage  de leur citerne  en période d’urgence. Pour la représentante démocrate du « North Country » Addie A E Jenne, confrontée à des centaines  de plaintes de citoyens enervés de ne pas pouvoir obtenir de gaz de leur fournisseur habituel,  cette démarche coule de source.

 » Notre territoire a connu les plus basses températures de tout le pays ces dernières semaines.  Il est vital que nos résidents puissent avoir accès à du propane de manière à pouvoir chauffer leur maison et que leur famille soit à l’abri au chaud »

L’Etat de New York ne manque pas de distributeurs de propane, ni même de gaz. Le problème vient de la défaillance d’un des grands propaniers américains Ferellgas qui dispose de 10 dépôts à travers l’Etat de New York. Contrairement aux propaniers français, les   propaniers américains gèrent leur propre flotte logistique. Les   propaniers locaux disposeraient bien  des moyens en camions et  chauffeurs pour secourir les clients de Ferellgas en rupture. Mais les contrats d’approvisionnement signés avec Ferellgas interdisent comme de bien entendu le remplissage par un autre propanier.

Ce genre de gros incident logistique n’arrive pas que dans les pays où sévit le blizzard.  Ainsi en France durant un épisode hivernal particulièrement intense ( c’était l’hiver 2008 ou 2009), Butagaz a laissé des milliers de consommateurs sur le carreau pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines. Les dirigeants du propanier indépendant SAPS se rappellent avoir été contactés  par Butagaz leur demandant de livrer les clients que Butagaz n’arrivait plus à livrer. D’après un ancien cadre de Butagaz, resté quelques mois  chez Logigaz à Amiens, le système de livraison est  géré de manière tellement tendue, que si les températures deviennent très froides pendant plus d’une semaine sur une large portion de l’hexagone,  les choses partent rapidement à vau l’eau. Ce manager était estomaqué de voir  les transporteurs  incapables de suivre les consignes de Logigaz, se mettre à organiser leurs tournées  à leur guise sans tenir compte des directives de leur donneur d’ordre ( ceci explique pourquoi dans de telles circonstances,  les  services clients ne sont plus capables de dire aux consommateurs quand ils seront livrés). Il n’a pas supporté de devoir arbitrer jour après jour entre des couvées de milliers de poussins qu’il faut impérativement maintenir à température  sous peine de mort immédiate,  et des familles  grelottant dans leur maison sans chauffage.

Revenons dans l’Etat de New York.  » Cette loi permet aux consommateurs qui n’arrivent pas à joindre au téléphone leur propanier habituel ( ça vous rappelle quelque chose ? ) ou qui ne peuvent être livrés, d’obtenir du combustible sans avoir à se soucier des clauses de leur contrat exclusif » avance Addie Jenne.

Selon les termes du projet de loi présenté par le parlementaire Angelo Santabarbara, un propanier qui n’est pas propriétaire d’une citerne peut néanmoins la remplir (et la re-remplir)   dès lors que la citerne a été inspectée et certifiée, si :

  • un consommateur sous contrat a agit de bonne foi pour obtenir une livraison du propanier propriétaire de la citerne, sans avoir être livré dans un temps « raisonnable » ; ou
  • un état d’urgence au niveau fédéral, au niveau de l’Etat, ou au niveau local a été déclaré, ou des conditions climatiques sévères ou d’autres circonstances, pourraient mettre les résidents en danger de mort ou les menacer de dommages corporels, ou pourraient endommager les structures des bâtiments  (ndlr : les maisons sont presque toutes en bois en milieu rural…)

De plus le projet de loi interdit le propanier livreur de faire payer des frais additionnels ou des pénalités pour le remplissage, et interdit au propanier propriétaire de la citerne d’exiger des pénalités pour non respect du contrat.

Jenne explique que les consommateurs sont à la merci des fournisseurs et font face à des problèmes graves dans leur maison s’ils viennent à manquer de gaz lorsque les températures plongent en dessous de 0°.

Jenne ajoute que le consommateur qui n’a plus de gaz dans sa citerne n’a que très peu de  solutions pour s’en sortir.  En outre la  législation actuelle n’a pas été prévue pour punir  les propaniers qui ne respectent pas leurs obligations de livraison.

« Au cours d’événements climatiques anormaux, il est normal qu’il y ait des moments où les distributeurs n’ont plus soit les chauffeurs, soit les camions pour répondre à la demande. Ce projet de loi pourrait en fait très bien bénéficier aux propaniers.  Si la loi entre en vigueur, cela aura pour conséquence de diminuer le nombre de plaintes en dommages et intérêts résultant de leur incapacité de livrer le propane à temps »

 » Dans de telles situations, forcer les résidents à attendre la livraison hypothétique du propanier avec qui ils sont en contrat n’a aucun sens et  peut tout simplement  mettre leur vie en danger si la compagnie de gaz s’avère incapable de livrer dans des délais raisonnables. A l’inverse, permettre aux consommateurs en situation d’urgence de contacter d’autres livreurs de gaz dans la même région est bénéfique pour tout le monde. » conclut la représentante à l’Assemblée de l’Etat.

Je suis prêt à parier que ce projet de loi n’ira pas plus loin que le Sénat de New York, mais c’est bien essayé.

(*) il n’existe pas de système de consignation de citerne aux Etats Unis.

Source : Northcountrynow.com 22 Janvier 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Il n’existe pas de système de consignation aux USA.

 

Publicités

Plus de propane pour sécher les récoltes dans le Middle West : le gaz de schiste fait main basse sur un pipeline vital pour les fermiers

Alors que les Etats Unis sont en passe de devenir le plus grand exportateur de propane au monde, les  producteurs de maïs du  Nord du Middle West ( Minnesota, Dakota, Wisconsin….) ont arrêté leur  récolte  fin Octobre   du fait d’un approvisionnement en propane insuffisant pour  alimenter les séchoirs à céréales. Les responsables : les mauvaises conditions climatiques d’Octobre qui n’ont pas permis au maïs de se débarrasser naturellement de son humidité;  et l’utilisation du pipeline local par l’industrie du gaz de schiste, privant les agriculteurs du seul moyen d’acheminement  rapide de grandes quantités de propane,  ordinairement  requises au moment de la récolte.

Une offre limitée de propane pour le séchage du maïs ralentit actuellement la récolte pour des milliers de fermiers du Nord des Etats Unis. Seuls les fermiers qui ont contracté à l’avance par des  achats  à terme   sont assurés de recevoir le gaz commandé. Or  les fermiers ont besoin de beaucoup plus de gaz que prévu du fait du fort taux d’humidité du maïs. De plus beaucoup de fermiers n’ont pas contractés à l’avance leurs besoins en propane.

La compagnie qui opère le gazoduc qui dessert toute la région, la société Kinder Morgan basée à Houston, déclare avoir a livré tout ce que les distributeurs de propane   lui ont demandé de livrer, basé sur les contrats signés avec les fermiers. Selon Kinder Morgan, les propaniers qui expédient le propane dans le pipeline n’ont pas  envoyé  plus de propane  en prévision d’éventuelles commandes de fermiers qui n’auraient pas contracté  à terme.

« Les propaniers nous disent mois après mois combien ils veulent envoyer dans le pipeline Cochin » dit Kinder Morgan  » Ce qui s’est passé en Septembre, c’est que nous n’avons pas reçu assez d’instructions sur la quantité de propane que les expéditeurs voulaient acheminer. »

Le Gouverneur du Dakota du Nord, Jack Dalrympe a contacté Kinder Morgan  pour les encourager fortement à mobiliser  les ressources en propane du pays afin de  satisfaire aux attentes des agriculteurs de l’Etat.

Kinder Morgan a répondu qu’ils sollicitaient des chauffeurs routiers dans tout le pays pour se substituer au pipeline et amener les cargaisons dans les fermes.

Dalrympe, ainsi que les gouverneurs du Wisconsin , du Dakota du Sud, du Minnesota,  du Montana et de l’Iowa ont signé un arrêté permettant aux transporteurs de propane de s’exempter des règles habituelles de repos pour les chauffeurs de poids lourds, de manière à ramener le propane rapidement sur les lieux de stockage du maïs. Les arrêtés ( Executive Orders) sont accessibles sur les liens ci-dessous :

South Dakota, through Nov. 30

Nebraska, through Nov. 24

Minnesota, through Nov. 22

Montana, through Nov. 14

Les camionneurs doivent actuellement attendre 8 à 10 heures  dans les  terminaux de propane, pour charger leur semi-remorque. Cette situation très tendue s’explique par le nombre de camions mobilisés et par le fait que les grands réservoirs de stockage installés dans les terminaux sont vides :  les camions collectent le propane directement en sortie de gazoduc. Ce temps d’attente consomme des heures de conduite, selon la réglementation. Avec les décisions prises par les gouverneurs, les chauffeurs routiers peuvent rouler dès lors qu’ils ne ressentent pas de fatigue.  Beaucoup de transporteurs routiers préfèrent descendre dans le Nebraska ou le Kansas pour récupérer du propane, car  les récoltes ne sont pas avancées et les  récoltes sont bien plus sèches que dans le nord du Middle-West.

Le Commissaire à l’Agriculture du Minnesota, Dave Frederickson a dit à la Radio Public du Minnesota  (MPR) qu’une des raisons du manque actuel de propane vient du pipeline qui transportait encore il y a peu du propane vers le Minnesota,  et qui doit être converti pour véhiculer des condensats légers nécessaires à l’exploitation des gaz de schiste.   Le pipeline Cochin, propriété de Kinder Morgan, a arrêté de transporter du propane pour la  moitié  de sa capacité dès avril dernier.   » Ceci a littéralement réduit de moitié l’approvisionnement en propane vers l’Ouest et le Centre  du Minnesota » a dit Frederickson.

Cochin map

Le réseau de pipelines de Kinder Morgan

A partir de Juillet 2014, il est même prévu que le pipeline ne sera plus du tout disponible pour les agriculteurs. Kinder Morgan a annoncé sa décision de changer le sens de circulation dans le pipe (ndlr : le propane circulait  du Canada vers les EU; désormais les condensats américains seront exportés vers les champs de gaz de schiste canadien). Les condensats servent à diluer et extraire les produits pétroliers des sables bitumineux. Kinder Morgan a fait savoir que les propaniers travaillant dans la région  devront s’adapter et trouver du propane auprès de  sources différentes.

Mark Becker, responsable énergie de la Coopérative des plaines du Dakota, à Valley City, ND, a clairement nommé les responsables du tarissement du propane sortant du pipe Cochin :

« Lorsque le terminal Carrington du pipeline était à pleine capacité, il fournissait 125 à 150 chargements par jour.  Si vous nous enlevez cela, nous n’avons aucun moyen de subvenir à nos besoins en période de récolte »

Le problème a commencé à apparaître dans les derniers jours d’Octobre, dès que la saison de séchage a commencé. Becker a dit que le manque de propane cette année ira bien au delà de l’année  2009  de référence et pourrait être la pire année depuis 20 ans.

« Pour notre coop ici, j’ai besoin de 15 semi-remorques de propane par jour,  et je n’en reçois que 5 ! » dit -il. » Je ne vois pas les choses s’améliorer pendant la récolte. Il n’y a juste pas assez de propane »

Mike Prochnow , fermier près de Hankinson, ND, dit qu’il a commencé l’année avec une citerne de 30 000 litres pleine et que sa récolte est suspendue jusqu’à ce qu’il arrive à trouver du propane.

« On a fait 20 % de la moisson et on avait plus de gaz alors on s’est arrêté de moissonner » dit il

Le 25 octobre, le maïs sortait avec un taux d’humidité de 23 à 25 %.  » je pense qu’on était 2 à 3 points en dessous de ce taux avant les dernières pluies » ajoute t’il.

Prochnow dit qu’il a acheté son propane deux ans à l’avance.  Il dit que des fermiers avaient contracté leur propane l’année dernière et qu’on leur a fait payer une commission de « remise en stock » ( restocking fee) lorsqu’ils n’ont pas acheté tout le propane sur lequel ils s’étaient engagés.

Prochnow dit que son choix , s’il n’arrive pas à récupérer suffisament de propane, est de laisser le maïs sur sa tige dans le champ, et d’attendre que le sol gèle, ou de  moissonner au printemps prochain. « Avec un peu de chance, j’arriverai à descendre naturellement à 20 % d’humidité. A ce niveau là on peut le garder dans une benne ventilée jusqu’ à ce qu’il sèche, ou l’emmener dans une usine » . Il dit que l’usine d’éthanol de Hankinson, ND, accepte le maïs jusqu’à 20 % d’humidité et que l’usine Cargill qui fabrique un édulcorant de maïs avec une teneur en fructose élevée, l’accepte jusqu’à 25%.

Il dit que la sécheresse de cet été, et des vents violents ont couché pas mal de maïs au sol.  » Pour ce maïs, pas question d’attendre jusqu’au printemps. Ils sera une proie trop facile pour les faisans et les rongeurs »

Bob Zelenka, directeur de l’Association des Céréaliers du Minnesota, dit que la situation est pire que durant l’année 2009, dernière année où la majeure partie de la récolte a dû passer au séchoir artificiel.

En 2013 , il a fallu planter tardivement du fait des pluies abondantes au printemps. Le maïs a été planté fin Mai ou début Juin. Ce qui explique que les taux d’humidité des plants atteignent encore 28  % fin octobre dans certains cas, avec une taux moyen de  21   % selon le bureau statistique des services agricoles du Minnesota.

Lorsque le taux est compris entre 17 et 18 % on peut se contenter d’utiliser une soufflerie ( ndlr sans ajout d’air chaud ) mais lorsque le maïs est entre 19 et 21 % , le séchage artificiel est nécessaire pour ramener le taux d’humidité entre 14 et 14.5 % pour un ensilage de longue durée.

Le problème est que tous les agriculteurs d’une même région ont besoin du propane en même temps et pour la même raison climatique. C’est en partie ce qui explique la situation actuelle extrèmement tendue.

Les dernières générations de séchoir au propane sont capables de bruler 20 tonnes de propane liquide en seulement 4 heures.

(ndlr : étrangement dans l’article récent  du Wall Street Journal consacré  à cette affaire, il n’est fait mention nulle part du fait que le pipeline Cochin a été accaparé par l’industrie du gaz de schiste……)

Le propanier « ne pouvait pas livrer » : 4 enfants brûlés vifs

 Quatre enfants morts dans l’incendie de leur mobile home parce que le propanier a traîné des pieds pour livrer son  propane.

Tous morts le même jour dans l'incendie de leur mobile home

Tous morts le même jour dans l’incendie de leur mobile home

Ces quatre enfants de 6, 8  ,10 et 12 ans ont été brûlés vifs il y a exactement 27 ans, un matin du 15  Janvier 1986. Le corps du plus âgé des quatre, William, été retrouvé recouvrant le corps de ses trois frères et soeurs en essayant de les protéger. Leur mère a rejoint la brigade des pompiers après cette tragédie pour faire des actions de sensibilisation dans les écoles et les entreprises. Le feu a été causé par un réchaud au kérosène avec lequel la famille essayait de chauffer le mobile home, parce que le propanier n’était pas  « capable » de livrer le propane le jour voulu. L’ironie de l’histoire veut que  le camion de pompier appelé au petit matin,  a doublé le camion du propanier qui se rendait sur place pour livrer finalement  son  propane, mais il était trop tard pour ces 4 petits anges.

Selon les archives de l’Associated Press, la mère travaillait de nuit et a découvert le désastre par un appel  au petit matin. Elle était divorcée depuis 6 ans  et éprouvait des difficultés pour percevoir ses allocations pour élever ses enfants. Elle  s’était résolue à ne pas prendre de baby-sitter parce que ça coute cher. Il était convenu entre la maman et  l’ainé  des quatre enfants que ce dernier  devait veiller sur les autres en son absence.

« Il était comme une mère poule avec eux » raconte la maman,  » C’était un homme dans un corps de garçon. On disait souvent de lui en rigolant  « qu’il avait 12 ans allant vers 20 « 

La maman a appelé l’école pour aller chercher des photos de ses enfants. Elle a tout perdu. Tous les souvenirs de ses enfants ont péri avec eux dans l’incendie de son mobile home. Elle avait déjà dû supporter un divorce et un premier incendie qui avait détruit un premier mobile  home.  Cette seconde maison lui avait été fournie par la compagnie d’assurances.

Les pompiers sont arrivés quelques minutes après l’appel, « mais ca n’aurait rien changé si nous avions été là 5 minutes plus tôt » a dit l’ancien pompier en chef qui a participé à l’enquête. « A mon avis, ces types d’habitation sont des pièges à feu. Les mobiles homes se détruisent très rapidement lorsque le feu démarre. Un des plus gros problème qu’on rencontre est que l’Etat n’exige pas que les anciens  mobiles homes soient équipés de détecteurs de fumée »

Le responsable de l’unique  magasin de cette  minuscule bourgade a ajouté qu’il y a beaucoup de femmes comme elles, dans la région, qui doivent élever leurs enfants par leur propre moyen.  » Elle se battait tous les jours pour essayer d’y arriver …et voilà le résultat »

Mise à jour 12/01/2013  1:00 am .  Après quelques recherches qui m’ont tout de même mobilisé quelques nuits,  j’ai retrouvé l’adresse de la mère des enfants, malgré qu’elle se soit remariée. Je la contacterai la semaine prochaine lundi ou mardi pour l’anniversaire de la mort de ses enfants.    Je vous raconterai son histoire plus en détail. 

                                                                                                            ——————————————

Nombreux sont les clients des propaniers français qui se chauffent au réchaud à alcool ou kérosène soit pour pallier aux problèmes de rupture d’approvisionnement, soit pour économiser sur des factures de gaz (avantage :  on ne chauffe que la pièce où se trouve le réchaud et celui-ci peut  accompagner  les déplacements ). Si vous êtes dans ce cas,  ou si vous connaissez des gens qui se chauffent avec un réchaud parce qu’ils ne peuvent plus se payer le propane,  ou parce que leur propanier les a mis en rupture, n’hésitez pas à me faire part de votre témoignage.

%d blogueurs aiment cette page :