Accueil » 2016 » novembre

Monthly Archives: novembre 2016

Combien d’économies en chauffant sa maison au bois en complément du propane ?

 

Alors que le risque de coupures d’électricité  sera élevé  cet hiver en raison de la mise à l’arrêt de nombreux réacteurs nucléaires, les utilisateurs de propane sont assurés de ne pas connaître de pénurie,  a condition de ne pas oublier de surveiller leur jauge : il faut bien que ceux qui acceptent  de vivre « hors réseaux », aient quelques compensations…. La filière bois en profite pour rappeler aux consommateurs l’intérêt d’allumer leurs  poêles.

D’après le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), ce sont près de 8 millions de ménages qui sont équipés de cheminées à foyer fermé ou à insert, ou encore de poêle ou chaudière fonctionnant avec des bûches ou des granulés de bois. Or ce mode de chauffage, généralement utilisé comme une alternative complémentaire aux autres sources d’énergie, peut effectivement se révéler particulièrement économique. Avec quels effets concrets sur votre facture ?

Pour le savoir, le site Capital.fr a demandé à QuelleEnergie.fr , site spécialisé dans le conseil en économies d’énergies pour particuliers, de chiffrer les économies que l’on peut réaliser en éteignant un maximum de radiateurs et en chauffant au bois, de novembre à mars, la plus large partie de son habitation.

Pour ce faire, le site Capital.fr  a pris l’exemple  d’une maison de 120 mètres carrés à Orléans, région où le différentiel de température reste important l’hiver, maintenue  a une température ambiante moyenne de 19 degrés. Les calculs ci-dessous sont basés sur le prix du kwh électrique, nettement plus cher que le kwh de propane , du moins pour ceux qui suivent les conseils avisés sur  ce site.

La facture de chauffage de cette maison s’élève théoriquement à 1.894 euros pendant une saison de chauffe.

– En utilisant un insert cheminée dans la pièce principale, le montant tombe à 1.547 euros, soit une économie de 18% sur la période.
– En utilisant un poêle à bûches en appoint chauffant 40 mètres carrés, le montant tombe à 1.563 euros, soit une économie de 17% sur la période.
– En utilisant un poêle à granulés en appoint chauffant 40 mètres carrés, le montant tombe à 1.605 euros, soit une économie de 15% sur la période.

Une maison peu cloisonnée ou sans étage ou  dont l’étage peut être chauffé par convection depuis le rez de chaussée, économisera (comme ce serait le cas pour un appartement)  le double des chiffres indiqués ci-dessus.

Source : Capital.fr (16/11/2016)

Publicités

Butagaz veut se lancer dans la distribution de gaz naturel

A peine racheté par le groupe anglo-irlandais DCC, Butagaz se lance dans une opération de diversification  de ses activités. Le distributeur français de gaz de pétrole liquéfié (GPL) Butagaz a indiqué ce jour avoir présenté une offre de rachat ferme de l’entreprise française Gaz Européen, sans en dévoiler le montant. Gaz Européen est un fournisseur alternatif créé en 2005 par un exploitant de chauffage collectif (Delostal et Thibault) suite à l’obtention de la licence de fournisseur de gaz naturel. Gaz Européen est présent à travers 6 agences régionales uniquement dans les  grandes métropoles francaises, contrairement a ce que son nom laisse entendre.

 A travers cette acquisition, soumise à l’approbation des autorités qui est attendue pour le début de l’année 2017, Butagaz, filiale du groupe irlandais DCC, deviendrait ainsi un fournisseur de gaz naturel pour les professionnels, au même titre que son grand frère Antargaz.
Pour Gaz Européen  (leur site Internet) , il s’agirait de « donner un nouveau souffle à nos équipes après 10 années de croissance ininterrompue sur le marché du chauffage collectif », selon ses deux co-fondateurs Yann Robin et Luc-Marie Greslé. Les actionnaires minoritaires de Gaz Européen, Activa Capital et Paluel-Marmont Capital, sortiront du capital lors de cette opération.
Profitant de l’aubaine pour faire une apparition médiatique, le patron de Butagaz, Emmanuel Trivin, n’a vraiment pas eu peur du ridicule en osant déclarer, a propos des réticences des consommateurs  de gaz naturel  a changer de fournisseur  (56 %  seraient toujours chez le successeur de GdF, selon le dernier pointage  de la CRE) : « Il y a encore beaucoup à faire, notamment pour expliquer aux gens qu’ils peuvent changer facilement de fournisseur » . Quand on connait  les entraves que Butagaz et consorts  mettent en travers du chemin pour  dissuader les utilisateurs de gaz en citerne de changer de fournisseur,  on se dit que l’hôpital n’a pas fini de se moquer de la charité ….

Présent sur l’ensemble du territoire français, Gaz Européen, fournisseur de gaz naturel pour les professionnels, copropriétés et collectivités, approvisionne 10.000 sites en France. Son chiffre d’affaires a atteint 205 millions d’euros en 2015.

Bientôt du gaz fabriqué par des OGM dans les bouteilles de GPL

Bonne nouvelle : le GPL prépare son avenir en devenant progressivement une énergie renouvelable……Mauvaise nouvelle : en France, le produit qui sera ajouté au GPL pour le rendre « renouvelable » sera issu des  cultures  nécessitant le plus d’herbicides et de pesticides  a l’hectare : la betterave sucrière. Les fournisseurs de GPL envisagent d’intégrer a partir de 2018 du gaz d’origine renouvelable dans leurs bouteilles de butane et de propane afin de contribuer  à cette « évolution d’une ère du purement fossile vers du renouvelable », annonce le  Comité Français du Butane et du Propane (CFBP). La Loi de transition énergétique exige que les énergies renouvelables représentent  10% de la consommation de gaz en 2030. Or les gaz butane et propane sont actuellement  issus à 70% des champs de gaz naturel (gaz de schiste compris)  et à 30% du raffinage du pétrole.

Les membres du CFBP se sont rapprochés de la société Global Bioenergies qui fabrique de l’isobutène renouvelable intégrable dans les bouteilles de gaz à usage domestique. Introduite en Bourse en 2012, l’entreprise a breveté un procédé de fermentation utilisant des bactéries modifiées génétiquement dont le rôle est de produire un gaz contenant de l’isobutène ( un hydrocarbure) à partir de sucre extrait de la betterave, de la canne à sucre, de la paille ou du bois. « La production ne dure que quelques heures et non pas des millions d’années », précise Marc Delcourt,  co-fondateur et dirigeant de Global Bioenergies.

La construction d’une usine est prévue pour 2018 en Champagne. Baptisée « IBN-One », elle sera alimentée en sucre issu de betteraves produites localement. Si le projet arrive à son terme, les dimensions des bouteilles de butane et de propane ne changeront pas pour le particulier, assure le CFBP.

Global Bioenergies, entreprise implantée dans le Génopole d’Évry (Essonne), a annoncé en  2010 avoir fabriqué des OGM capables de synthétiser de l’isobutène à partir de glucose. Il s’agirait, selon les responsables de cette société, de bactéries équipées d’un matériel enzymatique artificiel développé par génie génétique et cultivées dans un pilote industriel depuis mai 2015. L’entreprise annonce une production d’une tonne d’isobutène pour 3,84 tonnes de sucres. La société dispose  d’un pilote de production d’isobutène situé à PomacleBazancourt  a la limite de la Marne et des Ardennes. Elle annonce maîtriser depuis 2015 la biofermentation de xylose (sucre issu du bois).

Début 2016, l’entreprise a annoncé  avec le néozélandais LanzaTech vouloir produire de l’isobutène comme carburant liquide à partir de matières premières non agricoles et déchets organiques.

Enfin en septembre 2016 Global Bioenergies a annoncé avoir signé un accord en vue de produire un carburant  à partir de ressources forestières. L’accord de collaboration porte sur l’étude conceptuelle de l’implantation d’une première usine en Suède, dans le cadre du « Bio-Based Gasoline Project » soutenu par l’Agence suédoise de l’énergie.

%d blogueurs aiment cette page :