Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » FAQ » Pourquoi acheter sa citerne de propane ?

Pourquoi acheter sa citerne de propane ?

AVERTISSEMENT 

On  aborde ici  toutes les questions qu’un utilisateur de gaz propane peut être amené à se poser en considérant l’intérêt d’acheter une citerne neuve ou une citerne d’occasion. Ces questions   ne sont  jamais réellement  traitées par les sites Internet proposant de vous aider à trouver un tarif moins cher auprès d’un de leurs « partenaires ». En effet, chaque  fois que la question « est-il vraiment  intéressant d’acheter sa citerne ? » est éludée, ou que la réponse est un « non » sans nuance, vous pouvez sans crainte  aller vous documenter ailleurs. Pourquoi réaliser un site d’information sur le propane  si c’est   pour répéter le préchi-précha des propaniers ?

AVIS : VOUS ETES PROPRIETAIRE D’UNE CITERNE DE GAZ  QUELQUE PART EN FRANCE  ?  FAITES VOUS CONNAITRE AUPRES DE NOTRE ASSOCIATION OU DE NOTRE GROUPEMENT D’ACHAT :  NOUS LANÇONS   UNE INITIATIVE POUR RECENSER ET REGROUPER  LES 19000 PROPRIETAIRES  DE CITERNE DE GAZ EN FRANCE AFIN DE FAIRE PRESSION SUR LES PROPANIERS POUR OBTENIR DE MEILLEURS CONDITIONS CONTRACTUELLES ET DE  MEILLEURS TARIFS

Dernière précision : cette page n’explique pas la procédure ni les pièges à éviter pour racheter les citernes auprès des propaniers. Vous découvrirez pourquoi en lisant la suite.

Questions – Réponses

(Dernière Mise à jour :   03/02/2016)

Quelles sont les différentes modalités de mise à disposition de citernes de gaz  ? 

La modalité la plus courante est la consignation : la citerne fait l’objet d’un prêt à usage  sans  loyer annuel, mais  en échange  du  versement d’une caution. Cette  caution est  récupérée par le client à la fin du contrat, après reprise de la citerne par le propanier. Cette modalité est beaucoup plus avantageuse que la location, qui ne concerne plus guère que les anciens contrats.  C’est pourquoi nous conseillons à ceux qui louent encore  leur citerne  de renégocier leur contrat  avec leur propanier, et ce sans attendre la fin du contrat, le but étant  d’ obtenir le rachat pur et simple de la cuve de propane, ou , à défaut, la mise en consignation de la citerne.

L’achat de la citerne est- il recommandé pour les clients souhaitant une  citerne enterrée ?

Oui. C’est surtout pour les citernes enterrées que l’achat de la citerne est particulièrement recommandé, du fait des coûts élevés de retrait  des réservoirs lorsque vous déciderez de changer de propanier et qu’il vous faudra restituer la citerne à votre fournisseur.  Je vous déconseille  d’enterrer une  citerne de  gaz dans votre jardin  à moins que vous ayez acheté cette citerne, ou que vous ayez l’assurance de  pouvoir la  racheter dans quelques années à votre propanier. Réfléchissez bien à deux fois avant d’enterrer dans votre jardin  un objet très volumineux,  qui ne vous appartient pas,  et pour lequel vous devrez payer la totalité des frais d’enlèvement si vous changez d’avis sur votre fournisseur.

L’achat de la citerne est- il recommandé dans le cas d’une faible consommation de gaz ( résidence secondaire, relève de pompe à chaleur ….) ? 

La réponse est oui. Si votre consommation est faible, ou comme expliqué ici, s’ils détectent que votre consommation est inférieure à leurs prévisions initiales au regard du prix initialement consenti, certains propaniers renchérissent l’amortissement annuel de la citerne dans le  prix de votre gaz (au lieu de rallonger  la durée d’amortissement  de la citerne). La conséquence est que moins vous consommez, plus l’élement « coût de la citerne » dans votre gaz  va vous coûter cher, et  donc plus le prix de votre gaz va augmenter. Seule manière de sortir de ce guépier : racheter la citerne. Nous n’avons pas de preuve formelle que tous les propaniers opèrent de cette manière en France. Toutefois, il arrive que l’ADECOPRO reçoive des messages de ce type  (07/2015) :

 » J’étais depuis plus de 20 ans chez Primagaz, pour une maison principale et puis cette maison est devenue secondaire. Je remplissais 2 fois par an ma citerne, et maintenant uniquement tous les 2/3 ans. Tout à coup, les prix ont grimpé et dernièrement un commercial de chez Primagaz m’a fait une offre pour 1 tonne  de gaz à 2385 euros TTC »

Des augmentations tarifaires soudaines de 700 € la tonne ne peuvent s’expliquer ni par la variation des cours du propane, ni par un simple changement de barême.  On attend donc avec impatience les révélations du  lanceur d’alerte ou du  résistant  qui nous  expliquera  les formules arithmétiques utilisées par les ordinateurs des propaniers pour ajuster individuellement les prix de chaque client. Les propaniers  ont en effet inauguré ce que les futurologues ont appelé « la gouvernementalité  algorithmique » : le fait de voir son destin scellé dans des formules que nul ne connait.  Acheter sa citerne permet d’échapper à un sort aussi funeste.

En quoi l’achat de la citerne est-il un acte de résistance  contre le cartel  du propane ?

Les propaniers font tout pour dissuader leurs clients d’acheter les citernes. Ils agissent de cette manière pour ne pas se retrouver avec une concurrence indésirable dans leur pré carré,  et  garder leur rente gazière bien au chaud.  Ils ne veulent pas d’un marché d’acheteurs libres  comme pour le  fuel domestique.  On peut les  comprendre : les marges des distributeurs de fuel sont 20 fois moins élevées que celle des distributeurs de gaz en citerne. A moins de croire que les intérêts des consommateurs épousent ceux des propaniers,  il est  prudent de considérer que c’est en faisant le  contraire de ce que les gaziers préconisent que les consommateurs préservent leurs propres intérêts. En clair : puisqu’ils vous disent que cela ne sert à rien d’acheter votre citerne,  il est temps d’explorer cette autre manière d’acheter le propane.  Mais attention : le fait de posséder votre citerne ne  vous prémunit pas automatiquement contre les prix abusifs  des propaniers.  Lisez donc cette page jusqu’au bout pour comprendre ce qu’il convient lorsque  vous serez  propriétaire de votre  citerne.

Pourquoi utilisez vous le mot  de « résistance » ?  N’est ce pas en galvauder le sens que de l’appliquer à un simple groupement de consommateurs ? 

Nous sommes happés dans une spirale qui échappe  aux gouvernés comme aux gouvernements. Même si ces derniers  font semblant d’avoir les choses en mains, ils ont de moins en moins de pouvoir à mesure que les Etats s’appauvrissent. D’où l’importance pour les consommateurs de se rassembler pour compenser la perte de la capacité d’intervention des Etats.  Cette résistance passe par la création de liens et de formes alternatives par des collectifs, des groupes, des  personnes qui, au travers de pratiques concrètes et d’une militance du quotidien, dépassent les structures, les modèles d’entreprises  et les institutions qu’Internet est en train de  périmer à vitesse accélérée.  Ce processus de  régénérescence de la démocratie par le bas est hautement souhaitable.  On ne rendra obsolètes les superstructures actuelles qu’en en créant de nouvelles,  en phase avec le niveau de conscience supérieur dont les nouvelles générations  peuvent se prévaloir.

Comment savoir si je suis DEJA  propriétaire de ma citerne ? 

Si vous pensez être  propriétaire de votre citerne, et que vous n’en êtes pas certain, un simple coup d’oeil à votre contrat vous permettra de lever  le doute : la mention figure en effet impérativement dans votre contrat de fourniture. Reportez-vous à la page  des  conditions particulières  ( si vous avez égaré votre contrat, votre propanier doit vous en fournir une copie sur simple réclamation de votre part).  Si vous ne payez pas de loyer (appelé  « entretien maintenance  » dans certains contrats,  pour mieux  embrouiller le consommateur) ET que vous n’avez pas versé de CAUTION, il y a de très grandes chances pour que vous soyez effectivement propriétaire de cette  citerne. Les exceptions à cette règle sont très rares et ne  concernent que les consignes à « zero euro ». Dans le cas contraire, c’est à dire si vous payez des loyers ou si vous avez versé une caution, il est sûr  et certain  que vous n’êtes pas  propriétaire de la  citerne installée chez vous.

Dans quels  cas déconseillez vous  le rachat de la citerne par le consommateur ? 

Les  contre-indications au rachat concernent la durée prévue de votre résidence dans la maison équipée d’une citerne propane, ainsi que l’âge de la citerne. Acheter ou racheter sa citerne a d’autant plus de sens :

– qu’on entend rester longtemps dans  son logement.

– qu’on souhaite  changer de propanier rapidement et quelques fois sans attendre la fin du contrat

– que la citerne est récente.

Concernant le premier point,   une durée de résidence d’au moins  5 ans me parait le cadre temporel idoine pour se poser la question de l’achat ou non du réservoir. Moins de 5 ans, il est peu avantageux d’acheter. Si vous envisagez de rester plus de 5 ans dans votre maison, vous allez de toute manière  devoir gérer le  renouvellement ou  changement de propanier à l’issue du premier contrat de 5 ans (durée maximum du contrat  depuis l’entrée en vigueur de la loi Hamon). Au cas où vous décideriez de changer de propanier au bout de 5 ans et d’acheter votre citerne, sachez qu’un enlèvement de citerne enterrée coûte en effet  entre  600 € et 1300 € selon les propaniers, ce qui  est  de l’ordre de grandeur du prix d’achat d’une citerne neuve ou d’occasion. A ce prix là il vous faudra ajouter  le prix d’achat de votre nouvelle  citerne…

Concernant le second point, il convient simplement de remarquer  qu’en 5 ans,  les occasions de conflit avec les propaniers ne manquent pas.

Concernant le dernier point, la durée de vie d’une citerne est d’environ 40 ans, bien qu’elles soient conçues en théorie pour durer plus longtemps. Ce qui signifie qu’il n’est pas recommandable d’acheter une citerne qui aurait dépassé la trentaine, sauf à un prix très fortement remisé par rapport au prix du neuf.

Le rachat de la citerne est-il vraiment  la meilleure option pour obtenir à court terme une baisse de ma facture de propane  ? 

Non. Tant que notre Groupement National ne sera pas pleinement opérationnel, l’achat de la citerne ne sera pas une solution pour faire baisser rapidement le prix de votre  propane. En premier lieu, l’achat ou le rachat de votre  citerne suppose 4 semaines d’attente dans le meilleur des cas : les propaniers sont un peu durs d’oreille quand il s’agit de racheter leur citerne. La meilleure solution pour obtenir une baisse du prix à court terme reste donc de négocier une remise avec votre propanier. Sachez que vous n’êtes nullement obligé d’attendre la fin de votre contrat pour le renégocier, même si le rapport de force avec votre propanier vous est plus favorable à mesure que  votre contrat se termine.  D’où l’importance d’avoir des contrats de très courte durée,  que vous pourrez  renégocier à intervalles de temps  rapprochés.

Le  rachat de  citerne n’induit-il pas  des  tracas supplémentaires pour le  propriétaire  ? 

Cet argument est  souvent mis en avant par les commerciaux, mais il est faux. Des tracas vous n’en aurez aucun en tant que propriétaire de  citerne :

— en ce qui concerne le corps de la  citerne :  s’il nécessite une surveillance, il ne nécessite aucun entretien et aucune maintenance.  C’est tellement vrai que les citernes de gaz américaines non roulantes  ne font l’objet d’aucune surveillance  aux termes de la réglementation  américaine des réservoirs sous pression : elles sont garanties à vie.  Les soucis sur le corps des citernes sont extrèmement  rares.

— les  soucis de maintenance les plus fréquents proviennent  des accessoires de remplissage, de contrôle ou de vidage (clapets, jauge) de la citerne, dont certaines sont à proprement parler des pièces d’usure.  C’est là que les choses deviennent amusantes : même  si vous n’êtes pas propriétaire de la  citerne, les propaniers ont poussé le culot jusqu’à vous faire cadeau des pièces d’usure à travers le contrat que vous avez signé avec eux et que vous n’avez probablement jamais lu.  Le but de cette  manoeuvre est clair :  vous faire payer, en temps que propriétaire des seuls accessoires,  le remplacement éventuel de ces pièces en cas  d’avarie. Cette histoire est arrivée à un ami propriétaire de gîtes, client Primagaz, et responsable local de l’UFC Que choisir !

Les propaniers essaient de vous dissuader de racheter des citernes qui ne nécessitent aucun entretien, mais ils n’hésitent pas à vous faire  cadeau, à votre corps défendant, des pièces les plus souvent remplacées,  de manière à pouvoir vous en facturer leur remplacement au prix fort ! Si ce n’est pas se foutre de la gueule du monde……

Bref, pour ce qui concerne les  pièces détachées, que vous soyez  propriétaire ou  consignataire de votre citerne, cela vous coûtera la même chose.

En tant que propriétaire, suis je tenu de suivre les révisions réglementaires de MA citerne,  comme je suis obligé de le faire pour MA  voiture ?

Encore un mensonge des propaniers.  Il vous suffit en vérité de confier par contrat à une société spécialisée (propanier  ou autre) l’exploitation de votre citerne pour n’avoir à vous occuper de rien, tout en jouissant des avantages liés à  la  propriété  de la citerne. En déléguant par contrat l’entretien triennal et décennal de votre citerne, vous  faites endosser à l’exploitant toute  la responsabilité des soucis techniques  et du respect de la réglementation des réservoirs sous pression. Grâce à la distinction  entre la notion de  « propriétaire » et celle d’ « exploitant », cette réglementation permet à des non-professionnels du GPL  d’être propriétaires de réservoirs sans avoir à en  maitriser le moins  du monde la réglementation. Vous noterez que la réglementation des véhicules à moteur ne prévoit pas encore que vous puissiez en confier l’exploitation à un tiers : c’est pour cette raison qu’il VOUS  revient de prendre rendez vous au contrôle technique de temps à autre pour VOTRE voiture.

Quid du coût de la révision décennale si je suis propriétaire de ma citerne ? 

Si vous êtes propriétaire de votre citerne, le coût de la  révision décennale revient à  900 € par révision,  soit 90 € par an (note : ce coût est moitié moins élevé en Allemagne).  Les propaniers prétendent que ce coût n’est pas à votre charge si vous n’êtes pas propriétaire de la citerne, et qu’il serait  donc économiquement désavantageux d’être propriétaire d’une citerne. Cependant  il doit être clair que tous les frais relatifs aux citernes et à leur entretien, frais incombant aux propaniers en tant que propriétaires de centaines de milliers de  citernes oisives ou en activité,  sont en réalité payés par les clients  à travers le prix du  gaz.
Et même sans tenir compte de cet argument, le léger surcoût annuel  est très inférieur au gain que vous pouvez réaliser en devenant propriétaire de votre réservoir, la différence de prix pouvant aller jusqu’à  600 €/an  (voire plus) selon votre tarif initial.

Quelle différence de tarif un propriétaire de citerne peut-il espérer  par rapport à  un locataire  ou  un consignataire de citerne ? 

Il n’est malheurement pas possible de répondre à cette question de manière simple et directe car il existe des écarts de tarifs  considérables entre consommateurs pour un même fournisseur (les écarts vont jusqu’à 100% chez certains fournisseurs).  Ce qui est certain, c’est que le propriétaire de citerne  a  la possibilité de changer de propanier  chaque année,  donc de rester dans les prix les plus bas du marché  de manière  permanente.  Sur le marché domestique français, les seuls prix compétitifs au regard des prix pratiqués dans les pays voisins  sont les prix accordés aux nouveaux clients.

Tant que la DGCCRF ne sera pas en mesure d’imposer aux propaniers des barèmes différenciés pour les propriétaires de citerne et les non-propriétaires, la  réponse  à cette question dépendra  de deux facteurs : d’une part du prix  payé  AVANT  de racheter votre citerne, et d’autre part de la manière dont vous vous y prendrez pour  faire jouer la concurrence APRES  le  rachat de votre citerne.

Le gain est potentiellement énorme si vous partez d’un tarif élevé du temps où vous n’étiez pas propriétaire, et que vous vous amusez, une fois propriétaire,  à mettre tous les propaniers en concurrence tous les ans (voir à ce sujet  le témoignage  de Renée Pacewicz  dans l’article « Consommateurs de propane de tous les pays….. » sur le site de l’ADECOPRO). A  l’inverse si vous maitrisez parfaitement  le subtil  mélange de tact et de fermeté nécessaire à une bonne négociation de prix,  sans pour autant être propriétaire de votre citerne, l’avantage tarifaire résultant du rachat de la citerne peut être faible notamment  pour un consommateur isolé : en recevant le commercial Butagaz en plein hiver dans une maison glaciale et en lui montrant qu’il ne signerait pas le contrat sans obtenir des conditions en or, un  de mes voisins  gros consommateur de propane pour sa résidence principale,  a réussi une  excellente  négo sans être propriétaire de sa citerne.  Le bon acheteur est celui qui est encore capable de bluffer, même avec un  couteau sous la gorge …
En Italie, il existe des tarifs officiels différents pour le propane vrac  selon que vous êtes locataire ou propriétaire de la citerne. J’ignore si cela résulte d’une volonté des pouvoirs publics italiens d’imposer ce cadre tarifaire aux propaniers, ou si les propaniers italiens s’y sont mis d’eux-mêmes.

En Allemagne, la différence de prix du gaz payé par les  propriétaires de citerne et les non-propriétaires est en moyenne de plusieurs centaines d’Euros par tonne. Cette différence considérable résulte du fait que la concurrence est très vive sur le segment de marché des propriétaires de citerne, et très affaiblie sur le segment de marché des non-propriétaires.

Aux Etats-Unis, certains distributeurs jouent cartes sur table et affichent sur leur site deux tarifs distincts pour les propriétaires et non-propriétaires de citerne. De ce que j’ai pu entrevoir, la différence entre les deux tarifs est  généralement comprise entre 0,3 c/gallon et 0,4 c/gallon , soit entre 150€ et 200€ de différence à la tonne. D’autres  distributeurs américains choisissent de ne pas faire de différence entre propriétaires et non-propriétaires et pratiquent des prix modérés pour tous leurs clients.  Selon les propaniers et la situation locale en matière de  concurrence,  la politique tarifaire vis a vis des propriétaires de citernes n’est pas uniforme.

Le calcul coût-bénéfice entre « achat de la citerne » et « consignation de la citerne » résulte donc toujours des conditions tarifaires et concurrentielles locales.

A noter que ces chiffres ne concernent que les propriétaires de citerne achetant le gaz individuellement, et non les groupements de propriétaires de citerne. Ces derniers,  lorsqu’ils ont pu se constituer localement (par exemple, des résidences réalisées par des promoteurs ayant refusé de toucher un backchich des propaniers et ayant installé des citernes libres…), disposent de tarifs beaucoup plus intéressants que les non-propriétaires.

Comment puis-je m’assurer que le propanier réduira sa marge sur la fourniture de  propane si je deviens propriétaire de ma citerne  ?

Si vous êtes un acheteur isolé, comme expliqué au point précédent,  la question déterminante pour obtenir du propane au prix le plus bas possible, est de renégocier régulièrement son  prix. A l’évidence, ceci est d’autant plus facile que la durée des contrats est courte. Pour les citernes dites « propriété client » (citerne appartenant au client), la  durée minimale de ces contrats tombe à un an, ce qui vous permet  de renégocier votre tarif chaque année. A ce sujet, il convient de rappeler que les durées figurant dans les contrats des propriétaires de  citerne sont FACTICES : la durée de ces contrats dépasse souvent 1  an, jusqu’à 3, voire 5 ans. Les propriétaires de citerne doivent garder à l’esprit que leur  contrat est résiliable  par anticipation sans pénalités, et ce en dépit de clauses abusives contraires. On rentre ici dans le domaine de l’intoxication visant à continuer d’empêcher les consommateurs, même  propriétaires,  de faire jouer la concurrence librement.

C’est la possibilité offerte aux propriétaires de citernes  de changer  de fournisseur aussi souvent qu’ils le souhaitent  qui leur permet de dissuader leur fournisseur de leur appliquer les mêmes dérives tarifaires constatées partout  ailleurs.

Si je deviens propriétaire de ma citerne ET membre  du nouveau  Groupement de Propriétaires de Citernes, comment puis-je m’assurer de payer mon gaz encore moins cher ? 

D’une manière générale, se regrouper avec d’autres consommateurs pour négocier collectivement est une stratégie différente de celle visant le rachat de la citerne, mais tout aussi performative dans la pratique. Il n’y a donc pas UNE stratégie unique pour faire baisser le prix de son propane, mais bien DES stratégies dont les effets sont cumulables jusqu’à un certain point  pour le plus grand bénéfice des consommateurs avertis.

Lorsqu’on raisonne en multi-sites, ce qui est le cas de la livraison de gaz à un groupement d’acheteurs,  il est impératif de viser des quantités importantes pour recevoir des offres de prix intéressantes. Le fait d’être propriétaire des réservoirs permet en outre de susciter l’intérêt des fournisseurs étrangers. L’objectif de notre  Groupement National des Propriétaires de Citerne est de représenter un nombre suffisant d’acheteurs libres  pour arriver à susciter une offre nouvelle sur le marché français.   Le résultat d’une telle initiative dépendra du nombre de particuliers propriétaires (ou futurs propriétaires ) que le  Groupement  sera capable de réunir sur une objectif partagé.

Notre objectif immédiat doit être de regrouper plusieurs centaines de particuliers propriétaires de citerne dans toute la France, parmi les 19 000 propriétaires actuels,  pour négocier collectivement avec les distributeurs français et étrangers et modifier graduellement le rapport de force  avec les propaniers.  Plus notre  Groupement prendra  de l’importance au niveau de chaque région, plus il sera en mesure de susciter   l’apparition d’une nouvelle  concurrence : petits propaniers indépendants, négociants en produits pétroliers, distributeurs étrangers……La dynamique locale aura son importance  et pourra compenser   l’éloignement des  frontières perméables à la concurrence étrangère (Est et Nord). Sur le papier, tout est possible : les  habitants  des Cotes d’Armor et de  Pleumeur-Bodou (22) ne seront ni plus ni moins avantagés que ceux de  Haute Amance et de la Haute Marne (52) dès lors que la densité locale d’adhérents du Groupement soit élevée.

Mais on peut aussi imaginer rapidement  un scénario  différent : dès lors que nous serons plusieurs centaines au niveau national,  notre  Groupement pourra faire du « piggyback » en  s’adossant   à d’autres groupements propriétaires de citernes (existants ou à créer : collectivités rurales, HLM ruraux…)  de taille  beaucoup plus importante.  Nous pourrons alors  bénéficier très  rapidement  d’un effet de massification de nos volumes d’achat et donc d’une baisse de prix conséquente.  Notez bien que dans ce scénario de démultiplication rapide de notre puissance d’achat, les économies réalisées sur le prix d’achat du gaz permettent d’envisager un « âge d’or »  pour les  consommateurs de propane dans les prochaines années,  à la manière de ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis  :  financement  de dépôts  libres dans les régions,  création de  coopératives de consommateurs exploitant des  dépôts libres, aide à la création de distributeurs indépendants…. Le propane est une énergie qui se prête bien à la désintermédiation, car les infrastructures nécessaires  à l’établissement d’une distribution locale sont peu onéreuses.

Cependant , il convient d’insister sur le fait que rien de tout cela ne sera faisable sans une REAPPROPRIATION des citernes, sans une REINFORMATION  des consommateurs, et sans l’organisation de groupements régionaux de propriétaires  négociant COLLECTIVEMENT le prix du propane.

C’est donc  l’objet de ce site que de donner les bons outils pour réinformer les consommateurs,  les inciter à se réapproprier les citernes.

Si les 19000 propriétaires actuels de citerne n’ont pas pu faire  évoluer  la situation concurentielle du propane vrac depuis 40 ans d’un iota, c’est d’abord et avant tout  parce qu’ils  étaient isolés et  désinformés.

Pensez vous qu’une nouvelle concurrence puisse voir le jour en France sous la forme de PME locales  ? 

La concurrence,  comme la nature, a horreur du vide. Mais dans le cas du propane,  deux conditions doivent être préalablement  remplies :

1) les acheteurs libres de changer de propanier à brève échéance doivent être en nombre suffisant dans un territoire ou une  région donnée

2) les acheteurs libres doivent pouvoir se manifester auprès de  la concurrence en faisant connaitre  leur position  géographique

En effet les distributeurs non encore présents sur le marché ignorent où se trouvent les clients potentiels. Il existe une forte  asymétrie d’information entre  les propaniers établis de longue date  sur le marché et leurs concurrents potentiels.  Ceci résulte du fait que les citernes de capacité inférieure à 6 tonnes ne sont ni  soumises à déclaration préfectorale, ni soumises à la taxe professionnelle  (CET) à titre individuel (en vertu d’une stupéfiante dérogation au Code Général des Impôts). Le lecteur est prié de se rappeller ici  les interminables discussions sur l’ouverture à la concurrence des fichiers clients EDF et GDF : pour s’approprier gratuitement les informations du  domaine public, les multinationales savent bien  jouer le droit de la concurrence lorsqu’il est en leur faveur. Mais quand il s’agit d’utiliser ces même principes pour donner  aux PME  des conditions d’accès équitables à un marché trusté par un oligopole privé,  l’Etat français est aux abonnés absents.  Cette distorsion permanente des conditions concurentielles entre PME et grandes entreprises, du fait de la faiblesse congénitale de l’Etat français sur les questions de concurrence, est une des plaies de notre économie. L’administration allemande, à l’inverse,  est particulièrement vigilante sur ce sujet, et c’est une des raisons parmi d’autres du dynamisme et de la force des PME allemandes.

L’absence de données publiques permettant de  géolocaliser les citernes petit vrac  prive les outsiders éventuels d’une information capitale,  rend prohibitif  le coût d’acquisition d’un nouveau client,  et  incertaine l’estimation du nombre de clients potentiels  dans  chaque région.

C’est  pourquoi il m’a paru indispensable de cartographier les citernes « libres » (ou « libérables » à brève échéance),  dès lors que les propriétaires de ces citernes acceptent de voir leur citerne figurer sur une carte. Donner  un accès libre et gratuit à certaines  des informations collectées par le site permet aux  outsiders d’évaluer le potentiel d’acheteurs libres ou libérables à brève échéance dans chaque région.  On notera que notre site est le seul à donner une partie des informations qu’il collecte.

Vu de cette manière,  l’affaire parait être dans le sac… ou plutôt dans la citerne ! 

Détrompez vous. La confusion la plus totale règne dans l’esprit des consommateurs, les  propaniers étant une fois de plus les principaux responsables de cette confusion pour avoir souvent présenté par le passé  une consignation comme une vente de citerne  (il est vrai qu’ils ne sont plus à un abus de confiance près), par opposition à une location. Ainsi une proportion non négligeable  de clients français des propaniers  croit en toute bonne foi  être propriétaire de sa  citerne de gaz, alors qu’il n’en est en réalité que consignataire.

Le cas inverse existe aussi, mais il est infiniment moins fréquent : certaines personnes ignorent  être propriétaires de leur citerne de gaz alors que c’est bien le cas. Un bon point pour les propaniers : la mention selon laquelle le client est propriétaire de sa citerne figure toujours au contrat.

Il n’y pas de réelle concurrence dans ma région car il n’y a pas de fournisseur alternatif,  quel avantage d’acheter sa citerne dans ces conditions  ?

Je voudrais faire deux réponses à cette question :

Tout d’abord,  le Groupement National des Propriétaires de Citerne de gaz a été constitué avant tout  pour apporter un début de solution à ce problème, largement  soulevé par les lecteurs du site internet de l’Association habitant en  province. Nous avons l’ambition  d’apporter une solution  à  ceux qui cherchent une manière de sortir définitivement  des contrats qui prennent les clients en otage, tout en confiant au Groupement le soin de négocier  le prix du gaz pour profiter de l’effet de volume.  Ce  groupement est national, ce qui signifie qu’il intéresse  tous les consommateurs de propane vrac de  l’hexagone,  en particulier ceux qui  ne peuvent avoir recours à un propanier indépendant dans leur région.

La  seconde réponse est la  suivante  :  si chacun attend que son voisin se  mobilise pour racheter sa citerne, vous n’aurez jamais  de concurrence  dans votre région ! Toute résistance aux pratiques commerciales des  propaniers doit  commencer par la réappropriation individuelle des réservoirs. Comme l’écrit justement dans un forum un  consommateur américain qui prétend avoir économisé 1800 $ par an le jour où il se décida à acheter  sa citerne : « Buying your own tank is a small price to pay to be out of their sinister corporate clutches » .  « Acheter sa citerne représente un coût modique pour se sortir des griffes de cette corporation sinistre ». Nous ne pouvons que plussoyer à cette remarque.

Si j’achète ma citerne, dois-je le signaler à ma compagnie d’assurance ?

Non, car en France, votre assurance habitation s’étend de facto à tous les biens requis pour faire fonctionner votre maison, été comme hiver. Donc vous êtes automatiquement couvert par votre contrat assurance habitation.
Combien coûte  l’achat et l’installation d’une citerne neuve ?

En France une citerne neuve vendue par un propanier indépendant coûte entre 1500 et 2500 € selon le modèle et la taille de la citerne. A ce prix il faut rajouter le transport et le grutage de la citerne, lequel dépend de la distance entre votre domicile et le lieu de  stockage des réservoirs, le terrassement (pour une citerne enterrée) et le raccordement à votre chaudière (le coût varie  si c’est une première installation ou un remplacement de citerne), sans compter le prix du certificat Qualigaz pour  le cas où votre plombier ne serait  pas à jour de sa propre  certification.

Ce prix me parait élevé. Est-il aussi élevé ailleurs ?

Les propaniers indépendants qui font leur beurre avec un modèle économique un peu différent des grands propaniers, prétendent ne rien gagner sur le prix de vente de leurs citernes,  et ne réaliser leur marge que sur la vente du combustible. Il est plus que probable, sans que je dispose d’éléments pour le prouver,  que la  marge brute sur la vente de citernes (prix de vente – prix d’achat) soit en effet faible rapportée au prix d’achat. Ce qui signifierait que leur marge nette, compte tenu  des heures de personnel pour le repérage des lieux avant implantation  et la surveillance des opérations d’installation,  est en effet  négative sur ce type d’opérations.

Voici les fourchettes de prix trouvées sur les forums américains pour l’achat d’une  citerne neuve  petit vrac y compris son installation à domicile :

Citerne aérienne  250 kg / 500 kg  : de 350 € à 770 € selon le distributeur

Citerne aérienne 1000 kg : de 650 € à 1900 € selon le distributeur

Citerne enterrée  1000 kg : de 1400 €à 2300 € selon le distributeur

Citerne enterrée  2000 kg : de 1500 € à 2700 € selon le distributeur

Du fait que ces prix sont des forfaits incluant la totalité de la prestation, il apparait qu’on est largement en dessous des tarifs pratiqués en France. Il est vrai que  les citernes sont réellement moins chères à l’achat aux USA.

Qui peut me vendre une citerne neuve ? 

Les seuls propaniers qui  vous vendront  une citerne neuve sans vous poser de questions saugrenues  sont en France  la SAPS et GAZ LIBERTE. Mais ne rêvez pas,  ils ne vous vendront une citerne neuve que s’ils ont la possibilité de venir la remplir par la suite, c’est à dire si vous souhaitez installer cette citerne dans leur zone de livraison.

Parmi les membres du cartel, Butagaz et Antargaz acceptent depuis 2014 de  vendre des citernes neuves à des prix délirants.

Mis à  part ces propaniers, les fabricants de citerne ne vendent pas de citernes à l’unité.

La citerne neuve est trop chère, puis-je en acheter une d’occasion  ?   

Malheureusement ce n’est pas possible. Non pas que ce soit interdit. Mais la réglementation précise que toute citerne déplacée doit subir une ré-épreuve avant sa réinstallation. Or ces ré-épreuves ne peuvent être effectuées valablement que par une poignée d’entreprises dont les tarifs enlèvent toute justification économique au recyclage de citernes d’occasion ( Butagaz facture une ré-épreuve de citerne 1000 €). Le tarif prohibitif de cette  ré-épreuve pour le  simple quidam  permet aux propaniers de garder le  monopole du  marché  de la  citerne d’occasion : une citerne d’une tonne qui doit être déplacée voit sa valeur résiduelle tomber à zéro du fait de l’obligation de ré-épreuve. De plus, s’il vous prend la fantaisie d’ appeler  les sociétés qui s’occupent de  ré-éprouver les citernes pour le compte des propaniers pour savoir si elles accepteraient de vous vendre une citerne d’occasion, elles vous répondront invariablement qu’elles  n’ont aucune citerne d’occasion à vous vendre  (elles mentent car il leur arrive de récupérer de temps en temps quelques citernes propriété client) .  « Toutes les citernes sur nos parcs appartiennent aux propaniers » : tel est leur seule et unique réponse. Leurs homologues américains, quant à eux,  proposent des  citernes d’occasion à moindre prix sur leur site Internet,  ainsi que tout une gamme de services pour les particuliers. On n’est pas dans le même  monde.

A titre d’information, une citerne  d’occasion aux Etats Unis ou  au Canada se vend  sur les sites de petites annonces entre 0.75$ et 1,25$ par gallon de capacité (soit entre 500$ et 600$ pour une citerne de 1000 kg) . A ce montant,  le consommateur américain devra rajouter les coûts pour  la re-certification éventuelle de son réservoir, cette certification n’étant  obligatoire que si le réservoir n’a pas été fabriqué aux normes ASME (American Association for Mechanical Engineering).  Le consommateur américain  est donc libre, contrairement au consommateur français,  de  contracter librement  avec un prestataire  spécialisé s’il se dégote une citerne d’occasion. Le prestataire  ira chercher le réservoir d’occasion chez le vendeur,  le re-certifiera dans ses ateliers si nécessaire, avant de le réinstaller chez  son client.

Bref, un business ordinaire fait par des gens normaux.

Inimaginable en France.

Puis je racheter librement la citerne d’occasion qui se trouve  dans mon jardin ? 

Oui. Il est  possible de racheter sa citerne à certains propaniers français,  sous certaines conditions et à certains moments de la vie du contrat. Comme la mise en oeuvre de ce rachat de citerne en place peut être délicate, que les propaniers ne communiquent pas sur le sujet,  il est préférable  que les consommateurs intéressés par le rachat de leur citerne prennent contact avec le Groupement National,  qui connait parfaitement la musique et pourra vous aider dans vos démarches. Les tarifs des citernes d’occasion des différents propaniers sont publiés dans l’onglet « Citernes gaz » du site de l’ADECOPRO. Les propaniers ayant longtemps refusé  de  communiquer publiquement sur le sujet,   les informations remontent de la base (comme on dit dans le monde syndical),  c’est à dire des clients qui tentent de racheter leur citerne.  Au moment où je  révise ces lignes avant de  les republier (le 13/01/2016), il semble bien que la politique de Finagaz (ex -Totalgaz) en matière de revente de citernes d’occasion soit tout simplement « NIET ».

Puis je me lancer tout seul dans le rachat de ma citerne ? 

Vous pouvez mais je vous le déconseille. J’ai  suivi pendant plusieurs mois les péripéties d’un adhérent de l’ADECOPRO dans le Var, qui a contacté l’association APRES avoir racheté sa citerne Primagaz enterrée puis contracté  avec Antargaz pour le remplissage de cette même citerne.  Primagaz ne voulait pas lui expédier les papiers de sa citerne, puis, dans un second temps,  a expédié des papiers qui n’étaient pas complets :  la citerne avait été rééprouvée  et Primagaz  voulait bien justifier de la première épreuve mais pas la seconde. Quant à  Antargaz, il refusa de livrer dans une ex-citerne Primagaz sous une fausse raison,  et força la main à son client pour installer une citerne aérienne à côté de la citerne entérrée dont  il venait à peine  de faire l’acquisition ! Quand l’adhérent a contacté l’Association, sa situation était devenue un tel foutoir  qu’il  a fallu plusieurs mois  et  un joli  paquet de lettres recommandées, avant que les choses ne se décantent.  Ne sachant ni  anticiper les coups tordus, ni séparer la vérité des  mensonges, cet adhérent  a eu largement le temps d’explorer les habitudes très particulières du cartel du GPL.  Les deux propaniers avaient fait assaut de tant de mauvaise foi  qu’il a fini par devenir client de Butagaz.

Avec l’aide d’un spécialiste, les rachats de citerne se passent sans encombre.

Quelle différence faites-vous entre le premier Groupement que vous avez créé,  le Groupement Propane Libre, et le nouveau Groupement de Propriétaires de Citernes ?  

Le premier groupement, créé en 2010, a permis de soulager des consommateurs d’Ile de France prisonniers du cartel du GPL,  qui n’arrivaient pas à se libérer de leurs chaînes. Comme nous n’avons pas le pouvoir de couper les chaînes à leur place, nous nous sommes contentés d’alléger le poids de leur boulet.

Le second Groupement, outre qu’il est national, c’est à dire qu’il couvre l’ensemble de l’hexagone, s’adresse aux hommes et aux femmes  déjà affranchis,  donc propriétaires de leur réservoir, ou qui souhaitent racheter leur liberté et donc s’affranchir définitivement des pratiques des propaniers.

Les deux Groupements ne s’adressent donc pas aux mêmes personnes,  même s’il est possible pour les propriétaires de citerne du  Groupement d’Ile de France de faire partie du Groupement National des Propriétaires de Citerne.

La participation à ces deux Groupements est  par ailleurs libre et gratuite pendant la période d’adhésion.

 

Quels sont les autres avantages à devenir propriétaire de sa citerne, outre l’argument économique   ? 

Argument number 1 : POUVOIR RESILIER QUAND  VOUS LE SOUHAITEZ

La plupart des propriétaires de citerne l’ignorent : la propriété de votre citerne vous permettra  de résilier votre contrat comme ça vous chante après la première année, et sans respecter la durée figurant dans votre contrat   : les pénalités de résiliation anticipées ne pourront pas être réclamées par le propanier du fait de l’absence de caution. Ainsi  dès lors que  le client devient propriétaire de sa citerne, les rôles sont renversés : c’est le propanier qui est sous la menace permanente d’une décision de son client de le quitter, et non plus le client  qui est enchaîné au bon vouloir de son propanier.

Variante de l’argument précédent : si vous n’êtes pas encore propriétaire de votre citerne, racheter votre  citerne est le seul moyen dont vous disposez ( avec le déménagement ou la revente de votre domicile) pour résilier votre contrat par anticipation sans avoir à payer les pénalités prévues dans votre contrat. Votre ancien contrat sera automatiquement résilié au moment du rachat de votre citerne, et ce sans pénalités. En rachetant votre citerne, vous pouvez donc mettre fin à votre cauchemard actuel.

Argument number 2 : CHANGER DE PROPANIER SANS CHANGER DE CITERNE

Pour ceux qui n’envisagent  rien d’autre qu’une citerne enterrée, la raison la plus évidente de vouloir acheter sa citerne tient à la facilité de pouvoir changer de fournisseur sans avoir à déterrer la citerne.  Ce point a déjà évoqué auparavant et il est donc  inutile de revenir dessus. Sauf pour ajouter qu’enterrer une citerne qui ne vous appartient pas dans votre jardin est une décision stupide (si elle peut ne pas l’être à votre échelle de temps,  elle le sera à l’échelle de temps de la durée de vie  votre  maison)  qui revient à vous menotter à un seul propanier en lui tendant les verges pour vous battre.

Dernier avantage : NE PLUS DEPENDRE DU BON VOULOIR D’UN PROPANIER  POUR VOS LIVRAISONS

Je  vous donne à la suite deux exemples vécus : imaginez que vous habitiez dans une région où les hivers rigoureux rendent  régulièrement  les routes impraticables aux camions de votre fournisseur, ou bien qu’un évènement hivernal exceptionnel survienne de temps à autre pour bloquer les routes d’accès à votre maison.  Le fait d’être propriétaire de votre citerne vous permet en théorie de pouvoir  recourir aux services de livraison d’un autre fournisseur,  sans devoir attendre que  le  fournisseur  avec lequel vous êtes en contrat exclusif vienne à votre secours. Pour  être  honnête, la limite de ce type d’argument est que, dans une même région,  les propaniers du CARTEL ont TOUS recours aux mêmes transporteurs,  contrairement aux propaniers indépendants qui , eux, possèdent TOUS leur propre flotte de camions (c’est d’ailleurs là un de leurs avantages essentiels). Il est donc fort possible,  si vous êtes propriétaire d’une citerne et client d’un propanier du cartel, que  le titre de propriété de votre citerne ne vous avance à rien dans le cas d’espèce. Sauf si vous habitez dans les Ardennes ou en Meurthe et Moselle et que vous pouvez vous faire ravitailler depuis l’autre côté de la frontière…. C’est lorsque vous serez blotti sous une couverture à attendre vainement une livraison de gaz  dans VOTRE  citerne vide  que votre propanier ne pourra pas venir remplir (parce que son transporteur  n’a pas équipé ses camions de pneus hiver)  que vous réfléchirez à deux fois  avant de  contracter la fois suivante  avec les grands distributeurs de GPL. Et  vous regretterez peut-être  de n’avoir rien fait pour aider ce type à 50 km de chez vous qui voulait monter son  entreprise locale de distribution de propane vrac, et qui lui  prévoyait, lui, l’achat de pneus hiver pour ses deux camions.

Autre exemple :  votre propanier vous fait des histoires  car vous avez  bitumé par ignorance  le passage près de votre  maison où se trouve enterrée sa citerne. Il prétend que ceci vous donne désormais la possibilité de venir vous garer au dessus de la citerne  ce qui est strictement interdit. Il ne veut plus venir vous livrer dans SA citerne  sans que vous n’ayiez remis  les lieux en état.  Sur le fond il n’a pas tort, mais vous aimeriez qu’il vous donne un délai supplémentaire. Si vous étiez propriétaire de votre  citerne, et que vous ne pouviez pas faire immédiatement les travaux  exigés, vous pourriez appeler un propanier plus compréhensif pour qu’il vienne vous livrer.   Mais si vous êtes en contrat exclusif, ce n’est pas la peine de perdre  votre temps à essayer de convaincre un autre propanier de venir vous livrer.

 

Sur le site d’un propanier américain indépendant, on peut trouver d’autres réponses à votre question   :

« Acheter un réservoir de propane est beaucoup plus courant que d’en louer un dans certaines régions des Etats Unis ( ndlr :  effectivement les cowboys du Middle West n’acceptent pas de se faire marcher sur les pieds comme  les Pieds Tendres de la Côte Est !). La plupart des distributeurs ne vendront pas de citerne sans avoir la possibilité de la remplir eux mêmes. Un distributeur ne vendra pas non plus un réservoir  à un particulier pour qu’il l’installe lui-même. Un des avantages principaux d’acheter sa citerne est que le client peut acheter son propane auprès de qui bon lui semble. L’autre avantage est que lors de la revente de la maison, vous ne faites pas peser sur votre acheteur  le fardeau de la contractualisation avec  un distributeur unique, ou pire,  l’obligation pour lui  de changer de citerne.  La citerne étant vendue  avec la maison, elle fait partie de ses commodités. »

Et que pense la DGCCRF de l’idée pour le consommateur d’acheter sa citerne ? 

Voici un copier-coller du site de la DGCCRF sur le propane  : « Certains contrats ne prévoient pas la possibilité d’acheter en cours de contrat la citerne, initialement propriété du fournisseur qu’il met à disposition, ou alors cette possibilité ne concerne que les cuves aériennes, ce qui exclut les cuves enterrées que les clients choisissent de plus en plus pour des raisons essentiellement esthétiques. Or, il est peut-être plus aisé de faire jouer la concurrence et d’opter pour un fournisseur plus compétitif lorsqu’on est propriétaire de sa citerne, ce qui permet en outre de réaliser des économies annexes (plus de frais d’implantation et de retrait de la citerne à acquitter). Il peut donc être intéressant de choisir un propanier qui ne refuse pas la vente de la citerne en cours de contrat. »

Autrement dit : si vous avez encore le choix,  EVITEZ à tout prix les propaniers qui ne proposent pas la vente de la citerne en cours de contrat car ce sont, fort logiquement, ceux qui rêvent de vous arnaquer.

Au 13/01/2016, malgré  les efforts de la DGCCRF, trois  propaniers ne proposent toujours pas la vente de leur citerne en cours de contrat : Antargaz, Vitogaz et Finagaz.

Je ne suis pas prêt à acheter ma citerne, mais je me réserve la possibilité d’acheter la citerne plus tard. Que recommandez-vous de signer en terme de durée de contrat exclusif ?

La durée idéale est bien entendu de 1 an, mais cette durée ne concerne que les seuls propriétaires de citerne.  Si vous n’êtes pas propriétaire de la citerne, vous devez obtenir de votre propanier que le contrat ne soit pas plus long que 3 ans lorsque la citerne est DEJA en place à votre arrivée dans les lieux, ou s’il est prévu l’installation d’une  citerne AERIENNE. Pour une  citerne ENTERREE  installée à votre demande,  les contrats ne sont jamais  signés pour moins de 5 ans, ce qui est désormais  la durée maximum  légale.

Un dernier conseil à ceux qui ne souhaitent pas acheter leur citerne « pour le moment » ? 

Veillez à rajouter, dans les conditions particulières du contrat, la mention manuscrite selon laquelle vous disposez d’une option d’achat de la citerne pendant toute  la durée du contrat (et des renouvellements éventuels) passée la première date anniversaire. Sans cette mention manuscrite qui vous protège contre un changement de politique du fournisseur en matière de cession de citerne, vous pourriez bien avoir la déconvenue d’avoir à  payer les frais de retrait de citerne, plus le prix d’une citerne neuve et les frais d’installation correspondants si vous vous décidez un jour à acheter un réservoir. Il arrive en effet que les propaniers changent de politique en matière de vente de citernes en place,  de manière subreptice. La seule manière de se  prémunir  contre un refus ultérieur de vente de citerne, c’est de faire figurer  cette mention dans la case « Observations » des conditions particulières du contrat. Bien évidement, le commercial en face de vous essaiera de vous en dissuader d’un classique « vous pouvez toujours écrire cela, mais je ne pense pas que cela sera accepté par le service clients ».  En réalité vous êtes libre d’écrire ce que vous voulez dans la case « Observations » y compris que vous refusez tel article du contrat.  A vous de poser vos exigences.

 

 

 

 

 

 

Pour savoir quels propaniers vendent les  citernes en place  et à quel prix, cliquez ici.

————————————————————————–

Voici le site d’un propanier canadien de la région de Vancouver, qui annonce vendre des citernes et offre pour ce faire, un crédit gratuit sur 12 mois pour que les clients puissent profiter immédiatement  du propane au meilleur tarif :

 http://www.burdenpropane.com/tank-purchase-plan/

Ses arguments pour inciter ses clients à acheter une citerne sont les suivants :

  • Prix du propane plus intéressant
  • Aucun frais de changement de citerne si vous devez changer de fournisseur
  • Liberté de choix : vous pouvez acheter votre propane chez n’importe quel fournisseur, au prix le plus bas.
  • Vous n’êtes pas obligé de signer un contrat truffé de clauses restrictives  à long terme.

Comme vous le voyez les arguments en faveur de l’achat de la citerne sont à peu près les mêmes partout dans le monde, car les techniques  de spoliation de la clientèle par les propaniers sont universelles. Vous trouverez dans les archives  du site un article sur les propaniers polonais  qui raconte la même litanie.

————————————————————————————————————————–

Bêtisier des commerciaux au sujet de la soi-disant impossibilité d’acheter les citernes.

Avertissement : les commerciaux ne sont pas tous salariés des propaniers. Certains sont des agents  indépendants.  Ce statut  leur permet visiblement  de vous raconter n’importe quoi,  car ils ne sont là que pour  vous faire signer le contrat : vous ne les reverrez jamais par la suite. Voici certaines phrases entendues dans la bouche des commerciaux et qui m’ont été rapportées

PRIMAGAZ

« L’achat de la citerne n’est possible qu’à l’issue du contrat »   Faux, chez Primagaz, la citerne est  rachetable à n’importe quel moment de la vie du contrat. Cela n’est vrai que chez Antargaz.

« Chez Primagaz, on respecte la loi »   Faux , s’ils respectaient la loi, ils feraient un contrat séparé pour la citerne  et un autre pour l’entretien de la citerne. Si Primagaz respectait la loi, ils n’auraient pas été assigné par l’UFC en Novembre 2011 pour toute une palanquée de clauses abusives et /ou illicites.

 » Pour acheter une citerne il faudra obtenir une assurance habitation spéciale » Faux , tous les  éléments « accessoires » nécessaires au fonctionnement de votre maison sont  inclus dans votre contrat d’assurance habitation. C’est la loi qui le veut ainsi. Si vous trouvez un contrat d’assurance qui exclut une citerne de gaz , il faut nous prévenir de suite. Cet argument infondé aussi utilisé par les propaniers américains pour dissuader les clients d’acheter les citernes.

 » Nous ne pourrons vous vendre une citerne si vous ne produisez pas un certificat d’assurance » Faux. Un vendeur de combustible n’a pas le droit d’exiger une preuve d’assurance d’un particulier. Seules certaines professions réglementées ont le droit de pouvoir émettre une telle exigence.

 » Nos contrats sont validés par la DGCCRF »  Faux. La DGCCRF ne valide rien. Elle fait juste pression pour que les propaniers n’abusent pas trop. Apparemment c’est super efficace !

TOTALGAZ

Je sais. C’est pas bien de se moquer des faibles d’esprit. Je n’ai cependant pas résisté à copier  in extenso la réponse faite par un commercial Totalgaz, visiblement illettré, à un internaute se présentant  sur le forum consommateurs de l’UFC Que choisir, comme un gros consommateur de propane  désirant acheter une citerne de gaz, quitte à se la faire livrer d’occasion depuis la  Belgique. Le consommateur en question , c’était moi  ! Je me lamentais sur ce forum début 2009, en me débattant pour échapper à mon fournisseur Vitogaz,  sans me douter de la tournure qu’allait prendre cette histoire quelques mois plus tard…… La réponse  du commercial  reprend  les poncifs habituels sur les inconvénients d’acheter sa citerne de gaz.

« bonjour je suis délégué commercial chez totalgaz a ce jours plus aucun propanie ne vent de citerne et meme si vous en ete le proprietaire cela est tres diffile d etre livrais en gaz je parle bien sur en terme de reglementation il faut savoir qu’un requeille reglementaire commun devrais sortir courant 2010 cela amelliorera les pose de citerne concurente concernant la conformite parle. 

si vous acheté une citerne neuve a GLI ( ndlr GLI Schneider, premier fabricant français de citerne de gaz) par exemple qui est le fabriquant ainsi que le prestataire meme de tout les propanie cela ne vous avancera pas car tout simplement pour un question d assurance de reglementation est de cout car si vous tenais vraiment etre proprietaire de votre cuve il faura bien sur la metre conforme de plus assurer son propre entretient car en tant que particulier cela coute tres cher et il faut savoir aussi que les reservoir son fabrique par lot, se qui veut dire qu »il y a un tirage au sort en gros qui designe une citerne pour qu el est une verification complete pour verifier sa conformite. Bien sur le tent de cela on vous en remet une autre. Bien sure le marche du propane n ai pas comme celui du fioul aujourd hui et ne le sera pas. Le ce(u)lle moyen aujourd hui de les metre en concurence et bien regarder les modalité du contrat ne regardait pas celement que la durée et le tarif, il faut verifie par exempe le forfait securtite entretient que tout compris a l interieure »

Ce qui est certain, c’est que le pauvre délégué commercial TOTALGAZ  n’a, lui,   pas  tout compris des règles d’orthographe et de grammaire.

Nullité du discours commercial

Manifestation en faveur du « barbecue pour tous « ? Ou fin de non recevoir envoyée aux propaniers ? Cette photo  dénichée  sur Internet pourrait avoir comme légende la plaisanterie très british – intraduisible en français –  : « Propane companies ?  They’re  a pain in the gas »


19 commentaires

  1. Daniel Chantreuil dit :

    Texte vraiment intéressant et qui m’a ouvert les yeux .
    J’ai été déçu de la loi Amont qui n’est pas allé assez loin.

    • anthraxgaz dit :

      C’est vrai qu’étant donné l’amateurisme de nos gouvernants, on pourrait croire que la loi a été écrite par Marcel Amont, qui, vérification faite, est toujours vivant !
      L’auteur ou plutôt le promoteur de la loi Consommation est bien Benoît Hamon, breton élevé chez les Pères maristes, qui compte probablement sur une primaire socialiste en 2016 pour faire oublier la déception des consommateurs de propane devant cette loi presque inutile pour eux.
      Ce texte « Pourquoi acheter sa citerne » commencait à dater. Une nouvelle version a été mise en ligne le 13/01/2016 en anticipation du lancement du site Internet du Groupement des Propriétaires de Citernes. Cordialement

  2. Antoine dit :

    Bonjour,

    Dans le cadre d’un nouveau contrat suite à achat d’une maison, je souhaite pouvoir acheter la citerne enterrée que je vais faire poser.
    Les CGV Antargaz stipulent qu’ « au terme du contrat [qui serait ici de 5 ans], le client peut également demander à Antargaz de procéder à la vente du réservoir qui a été mis à sa disposition ».
    Elle ce que cette clause suffit ou conseillez-vous quand même de faire écrire quelque chose supplémentaire dans le contrat?

    Cordialement,

  3. anthraxgaz dit :

    Bonjour Le contrat indique que le client « peut demander » . Le contrat ne dit pas si Antargaz pourra refuser. Donc je vous conseille par prudence de faire figurer la formule suivante dans les observations « Antargaz s’engage à céder la citerne au client à l’échéance du contrat et à tout moment pendant la période de tacite reconduction. » Je vous conseille de lire l’article « Avis sur Antargaz, Butagaz…. » – archives de Janvier 2016 – avant de choisir Antargaz. Cordialement

    • Antoine dit :

      Bonjour,

      Merci pour le conseil!
      En ce qui concerne l’article, je l’avais déjà bien lu et je partais donc avec un fort àpriori sur Antargaz (j’ai aussi contacté butagaz et primagaz) et sans réelle envie d’aller chez eux. Et au final, je trouve que c’est Antargaz qui a l’offre la plus claire et les contrats les plus complet. Il y a peu être eu des changement récents chez ce propanier? (Par exemple, le retrait de citerne en fin de contrat est gratuit dans les dernières CGV).
      Dans tout les cas ma décision n’est pas encore prise et je ne signerai pas chez eux s’ils ne veulent pas inclure la formule que vous m’avez décrite.
      En tout cas, je me tiens à votre disposition si vous souhaitez que je partage avec vous mon expérience récente.
      Cordialement,

  4. redon dit :

    J’acheté une maison dont les anciens propriétaires sont aussi propriétaires de leur citerne gaz. Ils nous ont conseillé d’éviter la livraison automatique mais étant donné que nous sommes novices, notre ancienne propriété étant reliée au gaz de ville, nous avons besoin de conseils éclairés (bonne période pour faire remplir la cuve, différents fournisseurs, devis, contrat ou sans contrat, etc.) Aidez nous a voir plus clair dans cette jungle. Cordialement

  5. Redon dit :

    Je suis dans le Bourbonnais à la campagne et je souhaiterais prendre le moins pire des 5 fantastiques que vous décrivez dans les pages de votre site (manifestement il faut choisir entre la peste et le cholera). Si vous pouviez m’aider à faire un premier tri ce serait super. Cordialement

    • anthraxgaz dit :

      Bonjour
      Regardez dans les articles archivés début 2016. Vous trouverez un article qui récapitule les arguments en faveur de deux des 5 propaniers. Cordialement

  6. LECERF VERONIQUE dit :

    Bonjour,
    Nous voudrions acheter notre citerne. A qui devons nous nous adresser pour être épaulés dans cette démarche. Cordialement

  7. redon dit :

    Bonjour, aujourd’hui le commercial prima gaz nous a fait une proposition pour que nous rachetions notre citerne enterrée que nous avons dans le jardin de notre nouvelle maison 1500 euros alors qu’elle a 20 ans. Je précise que nous n’avons pas encore de contrat ni fait de livraison et que notre cuve est totalement vide. Que pensez vous de ce possible rachat ou d’un contrat sur 2 ans à 850 euros environ la tonne. En vous remerciant par avance de votre réponse.

  8. anthraxgaz dit :

    Bonjour . Le prix du gaz est bon et la durée est ok. Par contre la citerne est beaucoup trop chère. Ne payez pas plus de 1000 € pour une citerne de cet âge. Cordialement

  9. Chenavier dit :

    Bonjour,
    J’habite un village ou a été installé le gaz de ville récemment.
    Je suis dans un hameau ou les habitants ont refusé l’installation.
    Les tuyaux s’arrêtent a environ 100 mètres de mon domicile et gaz de France m’a proposé 8000 euros pour participer au creusement des canalisations!
    Impossible pour moi d’accepter de payer une telle somme.
    Qu’en pensez-vous ?

    • anthraxgaz dit :

      Bonjour . Effectivement c’est ballot d’avoir le gaz naturel à proximité sans pouvoir en bénéficier. Seule solution : convaincre 2 ou 3 voisins en leur démontrant qu’ils vont diminuer leur facture de chauffage par deux et partager entre vous les frais de raccordement. Ou bien faites une réunion avec tous les gens du hameau et faites venir un tiers de confiance , par exemple les gens d’Energie Info Service de votre département : ils se déplacent volontiers pour des réunions à l’extérieur. Cordialement

  10. Chenavier dit :

    Bonjour
    merci de votre réponse.
    4 habitants se chauffent au bois, 1 au fuel (une personne âgée seule qui ne changera pas d’énergie),1 seule a une citerne gaz.. Mais cela resterai encore à 4000 euros par personne. Donc beaucoup trop cher.

  11. anthraxgaz dit :

    4000 € pour avoir le gaz naturel et se débarrasser du propane ? Je le fais sans hésiter ! Si vous consommez 1 tonne de propane par an, selon le prix payé pour le propane, vous rentrez dans vos frais en maximum 8 ans. Et votre maison est plus facile à revendre.

  12. Jérôme Lagüe dit :

    Bonjour,

    J’ai lu avec attention vos explications sur les méandres et les pièges des propaniers d’autant plus que ma compagne et moi sommes sur le point de signer un compromis de vente pour une maison en pleine campagne équipée d’une …. citerne entérrée totalgaz. Nous avons bien compris qu’il faut mûrement réfléchir avant de re-signer un contrat. J’ai également lu qu’il fallait prendre quelques précautions dans le compromis/contrat de vente mais j’aimerai savoir lesquelles exactement ?

    Merci.

    • anthraxgaz dit :

      Bonjour
      Pour le compromis et/ou le contrat , soit le propriétaire précédent est propriétaire de sa citerne et il convient dans ce cas de statuer sur le sort de la citerne avant la signature (par exemple lui demander de dégager sa citerne car sinon c’est à vous qu’il reviendra de payer pour vous en débarrasser une fois la maison devenue vôtre). Soit le propriétaire du pavillon n’est pas propriétaire de la citerne auquel cas vous n’avez à vous soucier de rien…. sinon qu’il vous laisse suffisamment de gaz dans la citerne dans le cas où la vente se fait entre septembre et mars, histoire de vous laisser de temps de contacter , faire venir , choisir un nouveau propanier ( quand l’hiver approche, les propaniers adorent prendre leur temps avec leurs prospects, histoire de leur mettre la pression….)
      Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :