Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Tarif Propane moins cher » L’art d’éviter la hausse du propane en hiver

L’art d’éviter la hausse du propane en hiver

Plus un acheteur consomme de gaz, plus il  s’expose au risque de variations de forte amplitude du prix du gaz. Ces  variations sont tributaires des saisons du fait que la demande de propane connait un pic durant l’hiver.  Le risque financier lié à ces variations de prix  est d’autant plus grand que le volume d’achat est important. L’entrepreneur ayant horreur des risques qu’il ne peut  maîtriser,  les propaniers soumis à une  concurrence raisonnable  ont été conduits à offrir à leur clientèle des modalités tarifaires spéciales permettant de s’affranchir  du risque de variation des cours du propane pendant une période donnée. Les propaniers non soumis à la concurrence ou qui se contrefoutent de leurs clients, comme en France, ne proposent évidement rien de tel aux consommateurs, et je doute fort que les propaniers français  proposent quoi que ce soit à leurs clients industriels ou agriculteurs, pour les prémunir du risque de variations des cours du propane.

La plus mauvaise manière d’acheter du propane étant de le commander « au fil de l’eau », sans tenter de se protéger ou de se soustraire aux inéluctables hausses de l’hiver, il est très étonnant de lire dans les forums professionnels en France   que certains éleveurs de volaille, pour ne parler que de cette catégorie de professionnels obligés d’acheter du propane  en plein hiver, du fait que leur capacité de stockage n’est jamais à la hauteur de leurs besoins hivernaux, n’ont d’autres ressources que de prier pour que l’hiver se termine  en espérant une  baisse rapide  des cours du propane au printemps.

Il y a en effet  des méthodes réputées beaucoup plus efficaces que la prière pour se protéger des hausses de prix. En faisant le tour de la littérature américaine  consacrée à ce sujet,  j’ai repéré  quatre options ouvertes aux clients américains ( professionnels mais aussi particuliers) qui permettent de ne pas se retrouver coincés avec des cours trop élevés au moment où il faut se procurer du gaz. J’en ai fait  la synthèse ci-dessous afin d’inciter  les acheteurs professionnels de propane à exiger des propaniers français qu’ils se mettent au diapason de leurs collègues américains.

1er option : Le  prix bloqué. 

Cette méthode dite aux USA  du « Lock-in » consiste dans le cadre d’un contrat existant, à passer un avenant de prix d’une durée limitée (six mois ou un an). Il s’agit de bloquer le prix contre le versement d’une somme forfaitaire. Une fois le prix bloqué, on peut commander à n’importe quel moment  au prix arrêté dans l’avenant.

  Cette méthode est similaire à l’offre faite  par  certains propaniers  en France uniquement au moment de la signature du contrat : on  offre au nouveau client  un prix bloqué pendant 18 mois,  plus rarement deux ans.  La  différence entre le client américain et le client français est double :

a)  le consommateur américain connait le montant exact  de la prime qu’il doit payer pour obtenir le blocage du  prix bloqué  (cette prime dépend  de la quantité achetée et du niveau de prix bloqué, elle varie  pour un particulier entre  $50 et  $100). Alors que  le consommateur français, lui, n’en finit jamais  de payer une surprime tout  au long de son  contrat,  sans réellement savoir combien le propanier lui a fait payer la  petite gâterie du prix fixe « offert »  la première année de son contrat.

b) le client français n’a  la possibilité de bénéficier d’un prix bloqué que la première année (  voire les deux premières années) puis à nouveau  lors de chaque  renégociation de contrat.  Le client américain, lui, est libre de renouveler ou non l’opération de  blocage des prix en fonction de l’évolution probable  du cours du propane.

Dans le schéma classique du prix bloqué, chaque année à la même époque un nouveau prix sera  renégocié  sur la base des derniers cours connus ( spot et future).  Aux Etats Unis, les particuliers profitent ainsi des cours très bas des mois d’Août et  Septembre pour bloquer leur prix de propane pour l’hiver. Il leur arrive certaines fois de perdre leur pari  lorsque le propane baisse exceptionnellement durant un  hiver : le client doit alors acheter à un prix  plus élevé que le taux spot.  De nombreux  propaniers américains (en général pas les plus petits) proposent   cette option à leurs clients particuliers ou professionnels.  Une telle proposition de service  est inimaginable en France, où l’absence de concurrence  empêche les propaniers de se mettre à l’écoute et à la place  de leurs clients.

A noter que sur le New York Mercantile Exchange  (NYMEX),  la bourse de valeur des marchandises  non agricoles, il existe un « Propane Futures Contract »   peu actif en nombres de transactions quotidiennes, mais  qui permet en théorie aux distributeurs de carburants  de se couvrir pour le risque  auquel  ils s’exposent en vendant  à un cours prédéterminé. L’avantage est que ce contrat, libre d’accès,  peut être négocié par un petit distributeur local  comme par une  grande multinationale.  D’après les discussions que j’ai pu avoir avec certains traders  travaillant pour le compte de gros acheteurs de propane, il semble qu’en France, ce soit les propaniers qui aient le monopole des  couvertures  sur les contrats à terme.

2eme option : Acheter à l’avance 

Une formule plus intéressante que le lock-in, c’est le « pre-buy » , c’est à dire l’achat par anticipation  quand les prix sont au plus bas.   Cette formule est plus intéressante que la précédente parce que le prix du propane en pre-buy est  inférieur au lock-in d’environ 10 à 20 % , ce qui peut représenter des sommes considérables. La différence entre les deux formules,  pre-buy et  lock-in,  c’est que les clients ne se contentent pas de s’engager à acheter  : ils achètent et  payent comptant l’intégralité de leurs besoins pour un an, la   livraison se faisant au fur et à mesure que leur citerne se vide.

La formule est courante aux Etats Unis : n’importe quel petit consommateur américain peut signer  un contrat de ce type avec son propanier dès lors que celui-ci propose cette option. Certains consommateurs font même de l’existence de ce service,   un des  critères de choix de leur fournisseur.  J’ignore si ce tarif  est proposé aux petits  professionnels en France (je n’en ai jamais entendu parler).  Les propaniers français  rétorqueront  peut être que « ça n’intéresse pas leurs clients », ou que « cela n’est proposé qu’aux très gros clients car cela n’intéresse pas les autres ».  Comme ils racontent les mêmes âneries  à propos de l’achat des citernes « qui n’intéressent  par leurs clients », on est prié de ne pas les croire sur parole.

Car cette option peut être  très intéressante,  y compris pour le professionnel ou le consommateur qui n’a pas un sou vaillant  au début de l’été. En effet tous les hivers,  bon an mal an, le propane augmente de 20 à 30 % entre Octobre et Février,  et ceci est largement prévisible 6 mois à l’avance. Si vous savez devoir acheter un bien qui va augmenter  de 30 % dans les six prochains mois  ( donc inflation au taux nominal de 60 % annuel !) et que vous pouvez vous prémunir contre cette hausse en payant même le taux d’usure de 10%   à votre banque, il n’y a pas besoin de sortir de Saint Cyr pour comprendre que vous avez intérêt à emprunter de manière à acheter votre gaz immédiatement  afin d’éviter une hausse de prix conséquente (pour autant que vous soyiez sûr d’avoir besoin de gaz en hiver). Un éleveur de poulet qui emprunterait 6 mois avant,  pour faire un « pre-buy » et rembourserait progressivement son emprunt après  la vente de chaque cargaison de volatiles, gagnerait  plusieurs centaines d’euros  dès la deuxième tonne de propane achetée en plein hiver,  après déduction des intérêts payés à sa banque. Le calcul est relativement simple à modéliser avec un tableur.

On notera enfin que ni le lock-in ni le pre-buy ne sont incompatibles avec  l’exclusivité de remplissage telle qu’elle se pratique en France. En théorie donc, rien n’empêche les  propaniers français  de proposer ce genre de service à leurs clients. Encore faudrait il qu’ils  s’intéressent plus à résoudre les problèmes de leurs clients qu’à leur en créer de nouveaux.

3ème option : Acheter  groupé

Mieux  que l’achat anticipé: l’achat anticipé groupé !

Les professionnels réunis dans une même corporation , les éleveurs réunis  dans une même coopérative agricole, les résidents d’un même lotissement peuvent décider de se grouper  dans le but d’acheter du propane aux meilleurs prix.

Dans ce schéma, par exemple,  un groupement  formel ou informel d’éleveurs de volaille va estimer la quantité annuelle nécessaire pour chacun des membres du groupement. Si les éleveurs ne sont pas propriétaires de leur citerne et restent tributaires de leur propanier respectif, cette estimation sera regroupée  par propaniers, et négociées avec chaque propanier sur des bases plus favorables que lors d’une négociation individuelle. Si, à l’inverse,  les éleveurs sont tous propriétaires de leur citerne, l’estimation du volume  global à commander  ne sera pas répartie entre les propaniers :  la négociation  portera sur les volumes totaux à commander par le groupement; ces volumes étant plus importants, et les propaniers pouvant être mis en concurrence les uns avec les autres, les remises de prix seront  plus conséquentes.

Le résultat de ces négociations  diffère selon les quantités et le type de clients : soit le groupe d’éleveurs obtient un prix fixe contractuel pour l’année à venir ( c’est souvent le cas pour les quantités livrables inférieures à 5 ou 10 tonnes ), soit il obtient un prix directement indexé sur le marché spot plus une marge précisée dans le contrat.

 4eme option :  Augmenter le volume de stockage

Le but est  d’ augmenter la capacité de stockage de gaz pour pouvoir bénéficier des prix les plus favorables. On peut souvent augmenter  le nombre de stockage  facilement. Il est plus délicat d’augmenter la taille des citernes existantes .

Les quotations de prix sur les semi remorques  de propane (entre 18 et 20 tonnes) sont toujours beaucoup moins chères que les livraisons par petit camions. Donc le fait de pouvoir disposer (éventuellement  à plusieurs partenaires) de volumes de stockage totalisant 18 tonnes ,  et d’acheter le propane par camion entier permet  d’abaisser les prix  de manière substantielle. Le problème de cette solution est  le coût de sa mise en oeuvre : même si on préfère multiplier les citernes de petite taille, les citernes sont chères à l’achat,  requièrent souvent un terrassement préalable  en plus d’une   installation et d’un raccordement par un professionnel. Sans compter les autorisations officielles dès que les citernes atteignent un certain volume cumulé.

Remarquez bien que vous n’êtes pas obligé d’acheter une seconde citerne si votre souhait est d’explorer une telle option. De nombreux propaniers prêtent gratuitement des citernes sous caution………..pour peu qu’on fasse semblant de vouloir s’approvisionner chez eux.

———————————————————————————————————————————————————

Maintenant que vous avez parfaitement assimilé les techniques  ultra- simples couramment utilisées dans le monde anglo-saxon pour  se protéger contre les hausses tarifaires de l’hiver, je vous ai recopié un extrait des conditions du contrat PRIMACONFIANCE de Primagaz, relatives à la  protection contre les hausses de prix proposée par ce propanier aux consommateurs. On est prié de ne pas rire :

« Dans le cas où le CIF ARA L Cotation Argus augmenterait de moins de 15  % par rapport à sa valeur T, alors Primagaz ne pourra faire évoluer le barème gaz au delà de l’encadrement de 5 %. Dans les cas où le CIF ARA augmenterait de plus de 15 % par rapport à sa valeur T, alors Primagaz pourra faire évoluer le barème gaz au delà de l’encadrement de 5 % . La date T correspond à la date du barème de l’année précédente…. Ces mécanismes sont appliqués à la hausse comme à la baisse »

Sachant que la plupart du temps,  entre l’été et l’hiver la variation du Propane CIF ARA  est quasiment toujours supérieure à 15  % ( voire régulièrement supérieure à 30 % comme on peut le voir  ici:  http://wp.me/P308k1-KH ) , devinez si le consommateur  Lambda  a les moyens de comprendre si ce que Primagaz  lui propose est en mesure de le protéger de quoi que ce soit…. ou si c’est juste un bidule de plus pour faire croire au consommateur que le propanier se préoccupe réellement de ses clients.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :