Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Cours du propane

Archives de Catégorie: Cours du propane

Prix du propane au plus haut, cours du propane au plus bas : les propaniers trinquent et nous on déguste !   

 

Interview sur France Info le 15 novembre 2018. France Info, la radio dont la mission est de vous faire aimer Macron et ses sponsors….

Question : Soutenez-vous la mobilisation des « gilets jaunes » ?

Réponse d’Alain Bazot (président de la plus grande association de consommateurs). Non, on ne soutient pas parce dans ceux qui se mobilisent il y a ceux qui disent il faut arrêter les taxes, il ne faut pas de taxes. Ce n’est pas ce qu’on dit. On dit qu’il faut des mesures de compensation efficaces pour ceux qui sont dans la captivité sinon on est dans la taxation punitive.

———————————————————————————————————-

Le patron de l’UFC ne soutient pas les gilets jaunes ! Il m’arrive le plus souvent de partager l’avis d’Alain Bazot,  mais pas cette fois-ci. Visiblement sommé par France Info de sortir de son silence pour venir à l’aide du gouvernement, le grand manitou des consomm-acteurs de France  explique qu’il ne peut pas appeler à manifester demain  avec ceux qui réclament moins de taxes sur les produits pétroliers et entendent  paralyser le pays pour mieux se faire entendre du gouvernement.  S’il  s’agissait uniquement  de demander la  suppression de la taxe carbone, je pourrais être d’accord avec  Bazot : seuls les libéraux les plus dangereusement endoctrinés peuvent encore s’indigner du verdissement de la fiscalité, quand on connait  l’efficacité des mesures  fiscales pour « orienter »  le comportement des consommateurs.

Mais il ne s’agit pas de cela. Il s’agit,  dans le cas particulier du propane,  de savoir si l’Etat macronien se donne aujourd’hui TOUS  les  moyens, en échange d’une fiscalité alourdie, de redonner des couleurs à la concurrence afin d’éviter les  rentes de situation qui contribuent à comprimer toujours plus le pouvoir d’achat des ruraux. Et il s’agit en même temps de savoir si la nouvelle TICPE sur le propane va réellement servir à aider les consommateurs à sortir des énergies carbone. Sur l’électricité ou le gaz naturel la concurrence existe; sur le fuel et le bois de chauffage,  la concurrence est vive. Sur le propane, la concurrence n’existe que dans l’imagination des fonctionnaires de Bercy. Si l’on fait le bilan de l’évolution de la concurrence sur le marché du propane vrac ces dix dernières années en France, la situation n’a réellement évolué dans un sens favorable aux consommateurs que dans la seule zone où le Groupement Propane Libre est présent et solidement installé.

Pourquoi ? Parce que les gouvernements qui se suivent et se ressemblent n’ont jamais voulu imposer aux propaniers les conditions d’une véritable concurrence, en mettant fin aux simagrées des propaniers sur les citernes.  Le résultat est que nous avons le prix du gaz en citerne le plus élevé d’Europe auquel se rajoute à présent la fameuse taxe carbone.  Aucune des évolutions imposées par la loi Hamon depuis 2014 ( contrat de 5 ans et possibilité de résiliation en cas de hausse tarifaire) n’ont hélas contribué à ramener le propane à un prix décent. La concurrence reste annihilée, entre autres raisons, par l’obligation faite au consommateur de s’acquitter de frais de retrait de citerne exorbitants  en cas de changement de fournisseur. Des frais  tellement élevés qu’il faut être aussi aveugle qu’un inspecteur de la DGCCRF coincé dans une citerne de gaz, pour refuser de sanctionner ces pratiques comme autant d’entraves délibérées à la libre concurrence. Dans ces conditions,  taxer le propane à la TICPE à hauteur de 330 € par tonne à l’horizon 2022,  comme vient de le décider  le gouvernement,   équivaut à un coup de poignard supplémentaire dans le dos des familles rurales.

A  propos de « familles rurales », on a guère entendu dans les médias dernièrement  l’association de consommateurs éponyme. La Fédération des Familles Rurales reste aux abonnés absents tant sur la question de la nouvelle TICPE du propane, que sur la question du prix des carburants. Aucune mention non plus de la manifestation du 17 novembre sur la page « Actualités » de la Fédération Nationale, laquelle  revendique pourtant 180 000 familles en France, soit mille fois plus que l’ADECOPRO.  Seule la Fédération de Corrèze des Familles Rurales sonne le tocsin en  lançant sa propre pétition sur Change.org.  Faut-il y voir la manifestation de ce que ce département compte le plus grand nombre de familles portant le patronyme « Peyrat » en France ?

 

Yellow propane tank

Les nouveaux  gilets jaunes de l’ADECOPRO

Quant  au Parti Socialiste,  il a perçu  dans cette affaire de gilets jaune un moyen de se redonner des couleurs. Alors que le gouvernement met en ligne un simulateur de GAIN  de pouvoir d’achat  pour tenir compte  de la baisse annoncée de la taxe d’habitation pour les foyers les plus modestes, le PS  contre attaque avec un simulateur de BAISSE du pouvoir d’achat imputable aux hausses successives des taxes sur les  carburants et les combustibles,  oubliant au passage de prendre en compte la problématique du propane :  l’option  « chauffage au gaz » apparaît dans le simulateur  comme s’il n’existait qu’un seul type de  gaz pour se chauffer  !  Ce n’est pas en traitant de manière aussi désinvolte les consommateurs de propane durement frappés par les nouvelles taxes,  que la palanquée de bourgeois qui préside aux destinées du PS depuis des lustres  ( bourgeois signifiant littéralement « habitants des bourgs »  pour qui le  « gaz » ne saurait exister, donc, que sous la forme de « gaz de ville ») va parvenir à reconquérir les campagnes. Mais, bon, à l’inverse, me direz vous : qui se soucie encore du PS dans nos campagnes ?

La question de la mobilité dans les territoires ruraux semble traitée par les gouvernements successifs avec la même absence de vision ou de réflexion que la question du gaz en citerne. On continue de construire des rond-points et des chicanes un peu partout à des prix exorbitants, comme si le seul objectif des politiques publiques  de déplacements devait être de fluidifier le trafic automobile. Pendant ce temps,   je n’ai jamais vu pousser la moindre aire de co-voiturage dans le sud des Yvelines.  Pas plus que je n’ai vu  la moindre campagne d’information pour inciter ceux qui veulent se passer de la voiture,  à se regrouper à hauteur des arrêts de bus pour faire de l’auto-stop. Et serait-ce trop compliqué de disposer d’enseignes lumineuses  au niveau de ces arrêts de bus  afin de signaler aux automobilistes de passage  que la personne qui attend à l’arrêt est preneuse  d’une voiture qui voudrait bien l’amener dans le village dont le nom serait affiché sur le panneau ? Quand on pense à tous les panneaux publicitaires qui saccagent les paysages à l’entrée des villes, disposer d’informations aidant les ruraux  à se déplacer à moindre frais ne devrait pas être trop compliqué. Pour multiplier les « arrêts mobilité »  en bordure des départementales, au niveau des villages, hameaux  et carrefours, et y installer une signalétique décente visible par les automobilistes de jour comme de nuit, je propose d’instaurer un impôt nouveau  sur tout affichage commercial dont les dimensions seraient supérieures  à la taille d’un radar routier,  ou d’un panneau de limitation de vitesse. On ne pourra pas entreprendre de choses intelligentes sans taxer demain ceux qui nous entendent nous maintenir dans leur médiocrité intellectuelle, que dis-je leur bassesse.

Vous voulez une autre idée pour décarboner l’atmosphère ? Adaptez  le prix des cartes grises et le tarif du malus écologique en proportion inverse du nombre de places dont dispose le véhicule à moteur.   Vous avez une moto ou une Ferrari qui ne peut emmener qu’un seul auto-stoppeur en plus du chauffeur ? Carte grise à 5 000 €  ou 10 000 € . Vous pouvez emmener 8 auto-stoppeurs dans votre van ?  Pas de malus et carte grise remboursée intégralement,  à condition que vous acceptiez de coller un grand autocollant en haut de votre pare-brise pour signaler aux piétons (et à ceux qui attendent le bus)   que vous êtes disposé à faire profiter la cantonade des  sièges vacants dans votre véhicule. Les idées sont légion. Il faut juste engager les gens à réfléchir différemment.  Un changement de mentalité qui sera sans nul doute extrêmement profitable pour recréer du lien social dans les campagnes.

Plus on aménagera les bas-côtés des routes pour que les voitures puissent s’arrêter en toute sécurité le temps de charger un piéton ou même un vélo, plus on adaptera le format des voitures au transport collectif,  moins les gens se sentiront obligés de prendre leur voiture.  Il est temps que les industriels et les élus envisagent la mobilité du quotidien sous l’angle du partage :  la possession d’une voiture ne doit plus constituer la norme indépassable de la mobilité.  Le travail des élus notamment, doit consister à mettre en place les équipements et les aménagements favorisant le partage systématique des capacités de transport. Le pétrole bon marché nous a rendu très bête. Il est plus que temps de redevenir intelligent.

Pour finir imposons  le kérosène des avions à la taxe carbone pour restreindre l’usage intempestif de ce dernier. La France ne peut prendre cette décision seule sur les vols internationaux du fait des conventions internationales, mais elle peut  montrer l’exemple en taxant le kérosène sur les vols intérieurs. Une décision à laquelle la girouette De Rugy était favorable quand il paradait jadis chez les Verts, mais qu’il trouve désormais inappropriée. Il n’y a pas que le pétrole bon marché qui rend con. La fréquentation des lobbies au quotidien aussi.

Au final , la politique de gribouille du gouvernement actuel  et son indifférence aux réformes susceptibles d’améliorer le pouvoir d’achat des populations rurales se traduit très logiquement dans le cas du propane par les deux aberrations de prix suivantes :

  • Alors que le propane vrac de chauffage est vendu en moyenne (novembre 2018)  sur le marché allemand à 45 centimes d’Euro le litre ( sur le marché libre des acheteurs   propriétaires de leur citerne) soit un peu moins de  900 € la tonne hors taxe, le prix moyen hors taxe en France tourne autour de 1515 €/t (source : base Pégase pour septembre 2018 ) soit plus de 50 % de différence en traversant le Rhin. Et on peut trouver beaucoup plus cher en France, notamment parmi les personnes âgées dont les retraites s’étiolent au fil des ans. Notez bien que cet écart de prix hors TVA est appelé à doubler dans les années à venir du fait de l’augmentation de la TICPE de ce côté-ci du Rhin.
  • Alors que le cours du propane sur le marché de gros d’Anvers (Belgique) s’est littéralement écroulé depuis le  début du mois d’octobre dernier, perdant un tiers de sa valeur en 6 semaines, passant de 650 à 450 $/tonne,  le propane n’a jamais été vendu aussi cher en France depuis 3 ans. Le  graphique ci-dessous retrace l’évolution du cours du propane CIF ARA (Europe du Nord) sur les 24 derniers mois. La comparaison entre ces cours,  et les prix de vente  indiqués sur vos factures est à la mesure de l’arnaque française du gaz en citerne….

Propane CIF ARA 24 mois

Cherchez l’erreur: soit elle se cache sur ce graphique, soit elle se cache sur votre dernière facture de gaz !

Voilà pourquoi nous devons aller manifester demain au risque de polluer un peu plus l’air de nos villes et de nos campagnes : nos gouvernements doivent arrêter de nous faire prendre leurs vessies pour des lanternes et se mettre au travail pour implémenter de  VRAIES solutions. On reconnaîtra à coup sûr  ces VRAIES  solutions au  fait qu’elles feront  nécessairement grincer les dents les lobbies en tout genre,  quand ceux-ci n’ont de cesse de briser les ailes de l’imagination pour l’empêcher de prendre le pouvoir.

PS  Le taux de soutien aux gilets jaunes est de 85% chez les catégories populaires et 81% chez les habitants des communes rurales et petites agglomérations. Mr Alain Bazot habite probablement en ville…

PS 2 Une autre grande figure de la gauche intellectuelle qui ne soutient pas les gilets jaunes : Roger Martelli, historien du PCF. Le même qui déplorait dans une vidéo récente  que le PC était passé à côté de mai 68,   écrit pourtant  le 12 novembre dans sa revue « Regards »  ( dans un long article où il questionne la stratégie de la France Insoumise) :  « Ce n’est pas parce qu’un grand nombre de personnes de revenus modestes sont pénalisées par la hausse des prix du carburant qu’il faut manifester avec l’extrême droite et… créer les conditions d’une extension de l’usage des transports individuels ».  En voilà un qui a sacrément le sens de l’histoire ! Après avoir avoué s’être gouré en 68, il se goure à nouveau en 2018 !   Les œillères de Mr Martelli semblent partagées  par le journaliste Pierre Thiesset qui dans le journal La Décroissance ( Décembre 2018) ose se moquer des gilets jaunes  obligés de prendre la voiture pour aller travailler en écrivant. Selon lui   » C’est leur intraveineuse de pétrole que les dépendants du volant réclament au meilleur marché ». Comme si tous les utilisateurs de voiture avaient choisi d’en devenir dépendants !  

Et pendant que les gilets jaunes manifestent nuit et jour à la lueur des braseros, EELV ne trouve rien de mieux à dénoncer que les patinoires extérieures installées pour les fêtes, confirmant leur vision d’une nature confinée aux centre-villes.

Ayatollahs et autres pisse-froids de la vieille gauche du PCF et de la  nouvelle gauche écolo, bonjour !

 

 

La vague de froid vide les stocks sans faire remonter le cours du propane sur le marché ARA

Ces derniers jours, l’explosion de la demande de propane sur le marché spot pour les barges fluviales de  gaz à destination de l’Europe continentale a provoqué des retards de plusieurs jours pour le chargement au départ du  hub ARA (Amsterdam – Rotterdam – Anvers).

En l’espace de trois jours,  jeudi, vendredi et lundi dernier, 47 barges de propane ont été réservées sur le marché spot, selon les sources informées. L’ampleur de ce  sursaut de la demande  à l’approche du printemps a  pris la plupart des intervenants par surprise. Résultat :  un certain nombre de barges devront patienter plusieurs jours avant de pouvoir charger. Toute la chaîne logistique du propane côté allemand, se trouve de fait perturbée.

Une source sur le marché allemand explique que du fait des retards pris par les barges, certains stocks en Allemagne sont pratiquement à sec ( ndlr : rassurez vous cela ne concerne pas le fournisseur allemand du Groupement).  » Le problème c’est qu’il n’y a aucune offre sur le marché pour une livraison rapide »

Le prix des barges a augmenté lundi pour atteindre une prime de $76/tonne au dessus du CIF large cargo, ce qui représente le niveau le plus élevé depuis un an.

Le cours du CIF ARA a, quant à lui , à peine frémis durant la  vague de froid, stoppant juste une  descente rapide amorcée dès janvier dernier.

Cours mars 2018

L’arrivée de la vague de froid la semaine dernière, recouvrant la quasi totalité de l’Europe du Nord, a déclenché une demande soudaine pour un remplissage tardif des citernes de gaz individuelles et collectives.

Cette envolée de la demande aurait dû se produire en novembre dernier, qui est le mois au cours duquel la demande atteint normalement son apogée. Mais les températures réellement froides ne sont pas arrivées comme prévu, entraînant le marché spot dans un marasme inhabituel pour cette  saison de chauffe.

La chute des températures fin février a coïncidé avec les opérations de maintenance dans plusieurs grandes raffineries, notamment la rafinerie MIRO à Karlsruhe. Certaines sources allemandes avaient prédit que cela pourrait poser quelques problèmes d’approvisionnement.

Cependant l’augmentation de la demande n’aura pas fait long feu, puisque les températures de ces derniers jours sont rapidement remontées au dessus de zéro.

D’après une source, il n’y aurait plus aucune demande qui se profilerait derrière ces 47 barges……Chez les traders, on appelle ce genre de phénomène, un hoquet de dernière minute.

Source : Platts 6 mars 2018

 

 

 

 

Hausse en été et chute en janvier : le cours du propane européen s’aligne sur un cours américain contracyclique

Le cours  du propane   sur le marché d’Europe du Nord ( CIF ARA ) a chuté en janvier, le « front month »  passant de $550  à $ 500  la tonne entre le début et la fin du mois après deux mois de stabilisation en novembre et décembre 2017. Alors que le prix atteint généralement son maximum en cette période de l’année, la dégringolade a continué début février, le cours du Platts se situant à $448  le 9 février dernier.

Cette évolution à rebours de la dynamique normale des marchés du propane s’explique par des éléments conjoncturels (la faiblesse de la demande de chauffage cet hiver et particulièrement en janvier) et par des éléments plus structurels comme l’influence de la plus en plus importante des cours américains sur le cours européen du propane. L’explosion des exportations de gaz de schiste américain a redessiné la carte des échanges mondiaux du propane et du  butane.

Alors que la demande de GPL en Europe a chuté de 15 % pendant les trois mois de Septembre à Novembre comparé à l’année précédente et que les stocks ont augmenté pendant la période ( ce qui favorise un relâchement des cours), le cours du propane NWE n’a pas cessé d’augmenter de Juillet à Novembre, en ligne avec l’évolution du cours américain ( voir notre précédent article ici).

Aux Etats Unis l’augmentation estivale du propane a été déterminée par des niveaux de stocks extrèmement faible sur la Gulf Coast comparé à l’année précédente, et des craintes que la production de l’été et de l’automne ne suffirait pas à satisfaire la demande du marché intérieur si l’hiver devait être rude. Les stocks américains de propane sont tombés à 38,5 millions de barils en Avril 2017, le niveau le plus faible depuis le printemps 2014, l’année de l’hiver du « vortex polaire », qui a vu les températures basses battre tous les records aux USA et au Canada. Le résultat est que les prix ont grimpé cet été aux USA en préparation de la demande de l’hiver 2017-2018 , ce qui a réduit ou refermé les possibilités d’arbitrage aussi bien avec l’Europe qu’avec l’Asie.

 » Tout le monde aux USA s’est jeté sur le propane beaucoup plus tôt que d’habitude en 2017, ce qui a fait remonter les prix. Les marchés devaient augmenter leurs prix de manière à ce que le propane reste aux Etats Unis et ne soit pas expédié à l’étranger, de manière à pouvoir stocker pour l’hiver. Si les marchés domestiques n’avaient pas réagi à temps, il est possible que nous aurions été à court de propane à la fin de l’été ». Ces craintes ont été largement infondées.

Cours fevrier 2018

Evolution du cours du propane en Europe du nord  en 2017/2018

 

Mais la conséquence immédiate de la fermeture de l’arbitrage a été une vague d’annulations de cargos entre les Etats-Unis et l’Europe, les acheteurs préférant annuler un cargo en s’acquittant de pénalités,  plutôt que de s’escrimer à revendre une cargaison en dégageant une faible marge positive, voire une marge négative.

L’impact a surtout été visible en Europe du Nord. Les seuls cargos en arrivage durant l’été ont été des cargos affrétés sur contrats à terme, ce qui a provoqué une tension sur le marché malgré une demande estivale faible.

Le cours Platts NWE a grimpé de juillet à novembre avant de se stabiliser pour l’hiver aussi bien aux Etats-Unis qu’en Europe, témoignant de l’arrimage des cours européens sur les cours américains.

Les prix ont commencé à chuter en janvier 2018 sur les deux marchés, le front month Gulf Coast dégringolant à 82,6 cents par gallon le 26 janvier au vu d’exportations vers l’Europe plus faibles que prévues. Le propane européen  front month passait lui en dessous du seuil de $500 la tonne, un cours très bas pour la saison. Le même jour, le « pro-nap » ( différentiel de cours entre le propane et le naphta, son concurrent pour la pétrochimie) atteignait son plus haut sur les 19 derniers mois, avec une discount en faveur du propane de $113.25 / tonne sur les cargaisons physiques.

En dépit de cette situation inverse du scénario standard, il est possible que nous assistions à une remontée tardive du cours du propane en février. Depuis le début du mois de février, les marchés du GPL dans le monde se sont fortement ressaisis. En partie du fait que les petchems (les acteurs de la pétrochimie) ont été encouragés par la baisse du propane à laisser tomber le naphta.

Il est possible aussi que les températures exceptionnellement plus froides en février qu’en janvier entraînent un regain de demande sur le marché du chauffage. Si cette  vague de froid devait s’installer pour tout le mois de février, elle pourrait coïncider avec une série de fermetures dans les raffineries, entraînant un rush sur le propane que les vendeurs espèrent  encore….

Cependant même si ce rush se concrétise, le pic hivernal 2018 du cours du propane ne sera pas comparable aux années précédentes, les cours du propane continuant d’être saturés par l’offre américaine.

Source : Platts

« LPGs flipped year of summer strength and winter weakness » ( 05/02/2018)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le marché attend une baisse du propane à partir de la seconde quinzaine de mars

Après un hiver intense qui a vu le cours du propane monter rapidement en Janvier et Février, le marché s’attend à un reflux  du cours du propane à partir de mars et surtout en avril prochain, du fait de la fin de la saison d’hiver.

Le  signe  tangible du retournement du marché est donné par la valeur relative du  swap front month  du propane ( cours des échanges à réaliser le mois suivant ) comparé au swap du naphta, ces deux combustibles étant arbitrés en permanence par les firmes pétrochimiques pour alimenter en combustible les craqueurs, premiers utilisateurs industriels de GPL . Le propane perd actuellement de sa valeur par rapport au naphta à 86.7 % contre 90 % au plus froid de l’hiver durant la seconde quinzaine de janvier.

Sur le marché des cargaisons maritimes de propane réfrigéré, les fondamentaux resteront tendus pendant la première quinzaine, mais les participants s’attendent à un assouplissement au cours de la seconde quinzaine, ce qui devrait permettre aux acheteurs industriels de revenir sur le marché.

Selon Platts, les grands cargos de propane cotent actuellement à $443/tonne CIF NWE, soit  une prime $16/tonne par rapport au  swap CIF ARA de Mars,  l’écart entre les deux mois allant en se creusant.

Le ralentissement du marché asiatique du fait de la fin de l’hiver et des problèmes avec les usines chinoises  de déshydrogénation du propane, devraient provoquer un nouvel afflux de propane depuis la Gulf Coast (Texas)  vers l’Europe du Nord dans les prochaines semaines.

Ceux qui achètent leur propane sur la base des cours établis mensuellement doivent donc reporter leurs achats en avril  ou plus tard encore s’ils le peuvent.

 

Pour suivre les cours du propane sur le marché ARA, rendez vous sur l’onglet du Menu « Tarif Propane moins cher » , sous rubrique « Tarifs professionnels »

Source : Platts 17 février 2017

%d blogueurs aiment cette page :