Accueil » 2017 » août

Monthly Archives: août 2017

Des salariés de Primagaz France, prochaines victimes du cartel du GPL

Lorsqu’un groupe d’entreprises organisées en oligopole parvient  à maintenir son  emprise  sur un secteur d’activité au point d’inhiber tout esprit d’innovation et toute concurrence, les premières victimes sont naturellement les clients du cartel. Puis vient le jour où l’équilibre entre les firmes dominantes se modifie  et l’une des entreprises se retrouve en position de faiblesse, plus exposée que ses concurrentes. Ses dirigeants s’aperçoivent alors qu’à force d’avoir tiré sur la corde, les clients ne sont plus en mesure de supporter de nouveaux efforts financiers. Reste donc deux possibilités : taper plus fort sur la tête des fournisseurs ou commencer à taper sur la tête des salariés.   C’est le choix que vient manifestement de  faire la direction de Primagaz France : il faut bien « dégager un peu de marge » si Primagaz compte  financer quelques opérations spéciales en France dans un proche avenir,  sans détériorer son bilan.

Des mouvements de débrayage ont été annoncés dans la presse en juin dernier touchant plusieurs sites de Primagaz. Cinq sites du fournisseur d’énergie sont menacés de fermeture dans le cadre d’un plan social. Sur 82 emplois concernés, 18 pourraient être supprimés. L’information nous avait échappé, c’est pourquoi nous ne la relatons qu’aujourd’hui.

Primagaz (750 salariés), filiale du groupe néerlandais SHV Energy, a annoncé le 10 mai la fermeture des centres de Reims, Vandoeuvre-lès-Nancy, Bordeaux, La Courneuve et Lavéra dont les activités logistique et relation clients seront regroupées à Nantes et Lyon. Déjà que les clients Primagaz se plaignaient de ne plus suivre les changements permanents de centre de relations clients.

Sur les 82 emplois concernés, 18 doivent être supprimés et un transfert vers Nantes ou Lyon est proposé pour les autres. Ceux qui refuseront seront licenciés, a ajouté le responsable syndical en dénonçant la « précipitation » de la direction.

Chez Primagaz, on a confirmé que la réorganisation concernait 82 postes, expliquant qu’elle s’intégrait dans un environnement concurrentiel, marqué par une forte concentration des acteurs et une baisse de 26% des volumes de gaz de pétrole liquéfié (GPL) vendus en 10 ans.

L’entreprise a cité aussi dans un communiqué les coûts et investissements importants générés par des réglementations favorisant les économies d’énergie et « renforçant les contraintes pour les sites industriels ». «Dans ce contexte difficile, Primagaz a la responsabilité de préparer l’avenir en optimisant son organisation, pour améliorer la qualité de service au client », a-t-elle précisé dans un communiqué. Elle table sur une mise en place de la nouvelle organisation dès l’automne 2017.

Vincent Frémy, délégué CFDT a mis en parallèle la « détresse » des salariés et les « économies à la marge »que vise le projet de la direction. Selon lui, les effectifs de Primagaz ont été divisés par deux en 25 ans.

C’est « inacceptable » de « mettre des familles dehors » alors que « tous les feux sont au vert » pour l’entreprise avec un « résultat positif de 52 millions d’euros en 2016 pour un bénéfice de 27 millions d’euros », a-t-il dit. Dimitri Guiller, délégué fédéral CFDT, a de son côté évoqué des mesures d’accompagnement « au ras des pâquerettes » pour l’instant.

Qu’en pense le client de Primagaz en soulevant le couvercle de sa citerne enterrée  « au ras des pâquerettes »  et  découvrant  que pour 1000 € de gaz, il n’a plus droit qu’à une demi-citerne chichement mesurée pour « l’accompagner » durant tout l’hiver ?

Source : Ouest France

 

 

 

 

 

 

Publicités

Chez Engie, selon que vous êtes puissant ou misérable, vous n’avez plus droit aux mêmes égards

Ligne dédiée, conseiller spécial, remise commerciale majorée : Engie réserve désormais  le grand jeu à ses clients d’élite. Et tant pis pour les autres ! C’est ce que nous apprend cette semaine le site Internet de 60 Millions de Consommateurs par un article de Lionel Maugain, cité à la suite. Nous continuons avec cet article la chronique d’un monde où les riches ne sont jamais repus de privilèges arrachés sur le dos des plus pauvres….

Engie (ex-GDF au temps du service public) vient donc de classer ses clients  abonnés au gaz ou à l’électricité, en plusieurs groupes. En bas de l’échelle se trouve la catégorie « Solidarité » ( c’est toujours mieux que « Sans dents ») , qui réunit les bénéficiaires des minima sociaux et les surendettés. Un peu plus haut, Engie a créé la catégorie « Essentiel » où se retrouvent tous les locataires.

Et puis il y a la classe « Premium » qui rassemble les propriétaires, elle-même divisée en deux sous-groupes : les « Premium 2 », qui consomment moins de 6 000 kWh par an, et les « Premium 1 » au-delà.

Ces derniers sont de véritables chouchous, puisqu’ils bénéficient d’une ligne téléphonique dédiée qui aboutit à une « cellule » baptisée Celtic (CELlule de Traitement des Insatisfactions à Chaud) lorsqu’ils ont un litige avec Engie. Un conseiller est censé s’occuper personnellement de ces clients, surtout s’ils leur viennent l’idée saugrenue de menacer de changer d’opérateur…

Ce n’est pas tout : le client « Premium 1 » bénéficie de gestes commerciaux supérieurs à ce que peut prétendre tout autre client. Engie a prévu 25 € de remise au moindre « désagrément exprimé par le client », comme on peut le lire dans le manuel d’instructions interne, même si ledit désagrément n’est pas fondé sur un problème avéré. Alors que les locataires dans la même situation n’auront droit à rien du tout.

Cette somme peut monter jusqu’à 50 € lorsqu’il y a un préjudice non chiffré, contre 25 € pour le reste des clients ; et jusqu’à 100 € lorsqu’il y a eu une coupure de gaz ou d’électricité (50 € pour les autres).

La consigne est claire : il faut tout faire pour conserver un client « Premium 1 ». Si jamais il manifeste le moindre signe de vouloir changer de fournisseur, s’il s’inquiète des tarifs du marché, s’il a déjà appelé trois fois, branle-bas de combat : la cellule CELTIC  va sortir le grand jeu. L’accueil est fait « avec courtoisie » et le conseiller peut offrir jusqu’à 7 mois d’abonnement gratuit, ou 150 € de remise…

 

extraits des "consignes métier" distribuées aux commerciaux

Notons aussi qu’il existe une catégorie de clients d’élite où l’on trouve les « VIP », les abonnés à « risque médiatique fort » ou à « tiers influent ». Là, le dossier est qualifié de « délicat » et il est propulsé directement dans les hautes sphères d’Engie pour le meilleur arrangement possible. Il faut bien que le statut de vedette rapporte un peu !

Engie dément être au courant

Contactée, la société dément ce traitement différencié de ses clients en fonction de leur situation personnelle « Engie identifie différents profils clients afin d’adapter les différentes communications qui leur sont adressées, explique une porte-parole. Nous ne confirmons pas les catégories évoquées. […] Il n’y a pas de barème préétabli pour les gestes commerciaux, ils sont octroyés selon l’évaluation de chaque situation spécifique. »

Et le journaliste de 60 Millions de consommateurs d’en déduire malicieusement que  les conseillers qui appliquent ces instructions consignées par écrit ( voir photo ci-dessus)  doivent probablement le faire sans que leur direction ou la maison mère soient au courant.

Les défenseurs du service public du temps de GDF  doivent en piétiner leur casque bleu de rage quand ils lisent pareille nouvelle.  Une petite citation pour leur remonter le moral ?  « J’ai beau croire à la liberté, j’ai du mal à croire aux libéraux ». Sacré  Gilbert K Chesterton ! Toujours le mot pour rire….

Dysfonctionnement de compteurs : le tribunal reconnait la perte de chance pour le consommateur

Cette affaire nous est contée par le cabinet d’avocat qui a obtenu la condamnation d’EDF. Un technicien ERDF se présente au domicile du client en indiquant qu’il va procéder au changement du compteur, compte tenu d’une anomalie, ou d’une défectuosité constatée.

Il est précisé au client que le compteur défectueux enregistrait partiellement les consommations d’énergie, un relevé d’index du compteur est réalisé.

Quelques jours plus tard, le client reçoit une facture rectificative d’une somme de 5.081,70 €.

EDF a ainsi procédé, sans aucune explication ni justification, à une estimation de la consommation pour la période du 17 octobre 2010 au 17 octobre 2012 (2 années).

Le client conteste, EDF se prévaut de son droit à régularisation.

Le médiateur national de l’énergie est saisi du litige. Celui-ci rend un avis aux termes duquel il estime que EDF et ERDF ont commis plusieurs négligences justifiant un dédommagement de leur part.

Le médiateur national de l’énergie considère que si le droit au redressement de consommation existe, EDF devrait, en considération du cas d’espèce et de sa négligence fautive, l’appliquer sur une période de 360 jours au lieu des 720 jours appliqués par EDF (soit la moitié de la période de redressement). ( ndlr : exemple typique de l’inutilité du Médiateur dans les affaires qui soulèvent des problèmes de fond ….) L’avis du médiateur national de l’énergie n’ayant aucune valeur contraignante, EDF et ERDF l’ignorent et maintiennent leur position.

C’est dans ces conditions que le client saisi le Tribunal d’instance compétent afin de faire valoir ses droits.

Par décision rendue en date du 5 avril 2014, le Tribunal d’instance d’Avignon a jugé qu’il appartenait au fournisseur « de mettre ou faire mettre à disposition un compteur qui fonctionne puisqu’elle assure la facture sur la base des relevés établis par ce dernier ; elle est donc responsable à l’égard de son client de son dysfonctionnement ». En outre, « le distributeur qui fournit le compteur et l’entretien est responsable de son dysfonctionnement à l’égard des clients du fournisseur qui disposent d’une action directe contre lui ».

Dès lors, la juridiction a décidé que « le préjudice est constitué par une perte de chance pour les Consorts B. de connaître leurs consommations réelle et de l’adapter pour réaliser des économies et au final avoir une facture moins élevée ».

Le client est condamné à payer à EDF la somme de 5.081,70 € au titre de la facture de redressement de consommation, mais EDF et ERDF sont condamnés, solidairement, à payer au client la somme de 2.500 € à titre de dommages et intérêts, outre 1.500 € au titre des frais de justice.

Commentaire : cette décision est intéressante pour les clients équipés d’un compteur Primagaz qui se trouve à l’origine  de facturations manifestement surévaluées. Si un lecteur connait un expert indépendant compétent en installation de gaz, pouvant se déplacer en France,  certains clients de Primagaz seraient preneurs de faire expertiser tout à la fois   compteur,  installation et  coefficients de conversion utilisés pour leur facturation.

 

Les cours du propane en Europe à des niveaux très élevés pour la saison

(Platts) Les prix des grosses cargaisons de propane CIF sont très élevés pour la saison. En cause l’absence actuelle de possibilité d’arbitrage entre le marché US et le marché européen ( NWE) .

Si certains  contrats à terme ont  pu continuer à ramener du gaz  vers l’Europe, l’absence de possibilité d’arbitrage entre les deux continents  ( ndlr : arbitrage = le fait d’acheter sur un marché pour revendre sur un autre)  a largement limité l’offre de propane en Europe à ce qui est disponible sur place.

L’arrêt de la plus importante raffinerie d’Europe, la raffinerie de Shell  à Pernis ( Pays Bas) , a largement contribué à raffermir le cours du propane en Europe cette semaine.

Lundi dernier, Shell a annoncé aux acheteurs de la raffinerie que la société a stoppé sa production et ses chargements.  Les unités de fabrication devraient rester fermées au moins jusqu’à la seconde quinzaine du mois, selon le groupe pétrolier.

En général, les prix du propane plongent en été du fait de l’absence de besoins en chauffage. C’est à ce moment là que les sociétés pétrochimiques achètent du propane pour faire tourner les crackers,  les prix du propane devenant concurrentiels avec celui le naphta.

Mais cette année, on chercherait en vain  le  plongeon d’été du cours du propane , même si la baisse de la demande en Europe était, elle,  bien au rendez vous comme tous les ans à la même époque. Selon une source bien informée, les cours du propane sur le marché de gros européen sont à un niveau exceptionnel pour la saison.

Source : Platts 3 Août 2017

 

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :