Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » 2014 » novembre

Monthly Archives: novembre 2014

La nouvelle carte du Groupement Propane Libre

Voici la dernière cartographie réalisée des villages desservis par le Groupement Propane Libre. La mise à jour de la carte précédente (datant de l’été 2013) était demandée par les adhérents.

La cartographie a été réalisée en utilisant l’éditeur de carte Mapbox à partir du fichier des adhérents. Les informations retenues sont le hameau et le village. Les marqueurs pointent sur le centre du village ou du hameau. Il n’y a aucune indication de nom de rue dans ce géocodage. Tous les adhérents d’un même village ou lieu-dit sont donc regroupés sous un seul et unique marqueur.

Le géocodage a été réalisé par l’outil Mapquest inclus dans Google Docs. De nombreuses corrections manuelles ont été nécessaires du fait des homonymies de noms de village, et des problèmes avec les noms commençant avec  « Saint …. » ou « Sainte… ». C’est ce travail de correction qui prend au final le plus de temps.

Lorsque les indications de longitude/latitude fournies par Mapquest sont visiblement fausses, le géocodage est corrigé grâce au  site « Get Lat Lon » qui permet de  récupérer les coordonnées latitudes et longitudes de n’importe quel endroit dans le monde. Environ 7 à 8  % des coordonnées étaient à reprendre manuellement, ce qui a demandé une petite heure de travail, le temps de détecter toutes les anomalies.  L’exportation dans Mapbox se  fait ensuite au format de fichier GeoJSON,  prévu par Google Docs.

L’intégration d’un fichier GeoJSON dans Mapbox se fait automatiquement

Dans Mapbox tout est paramétrable : couleurs des éléments, fond de carte, symboles des marqueurs….Le résultat est visible en cliquant sur le lien à la suite :

https://a.tiles.mapbox.com/v4/denisbooks.k859m765/attribution,zoompan,zoomwheel,geocoder,share.html?access_token=pk.eyJ1IjoiZGVuaXNib29rcyIsImEiOiJUakQyRlE0In0.mdBjCNXw79LprwUuEsqz5g

Pour une version « embedded » de la carte, il faudra attendre de migrer le site en dehors de l’hébergeur « wordpress.com » , ce dernier n’acceptant pas de customisation par des iframes .

J’envisage d’ailleurs une refonte complète de la maquette de ce  site dans les prochains mois en restant sous CMS WordPress. La présentation actuelle date maintenant de 2 ans. Et 2 ans, c’est une éternité en informatique…..

Les exportations américaines de propane saturent des marchés importateurs atones : le cours du propane continue de baisser

Les prix du propane ont chuté en Octobre sur les marchés d’importation traditionnels  que sont l’Europe et l’Asie et ne semblent pas vouloir se relever dans l’immédiat.  Cela fait presque un mois que les prix évoluent en Europe du Nord  sous la barre des $600 la tonne ($547 vendredi dernier),  du fait d’une demande en retard sur la saison en Europe comme  en Amérique du Nord, les deux continents  bénéficiant actuellement d’un automne très doux. Quand à la demande asiatique de propane, elle est particulièrement faible du fait de la morosité économique dans la région.

Faute de demande intérieure,  la gigantesque production américaine prend donc  la direction de la mer où elle est embarquée à bord des VLGC, ces immenses cargos de 500 000 barils  de  gaz  liquides réfrigérés. Les traders de propane engagés par des contrats d’achat essaient de  céder ces cargos au plus offrant, en fonction de la différence de prix de marché entre le port d’embarquement  et le port d’arrivée. Cette différence de prix s’appelle l’arbitrage. En temps normal, l’arbitrage sur le marché spot ( non contractualisé) entre l’Europe et les Etats Unis est à deux ou trois chiffres, exprimé en $/tonne.  Depuis la chute du prix du propane en Europe au cours du mois d’Octobre, l’arbitrage sur le spot  est inférieur à $ 10 la tonne.

De fait la société Enterprise Products, premier chargeur américain de propane sur le Houston Ship Channel , n’a plus vendu un seul cargo de propane ou de butane sur le marché spot depuis fin Septembre. Elle a publiquement annoncé sa décision de ne plus vendre dans ces conditions.

Considérant  l’importance de cette entreprise dans le commerce transatlantique du propane, on pourrait  s’attendre à ce que l’arrêt des livraisons de cargos spots entraînent une remontée des cours du propane en Europe. En réalité, l’agence   Platts explique dans un communiqué du 5 novembre que  l’Europe continue d’être approvisionnée actuellement au rythme moyen de 4 VLGC   par mois. Ces cargaisons seraient vendues par  des  traders engagés par des contrats d’achat qui braderaient actuellement  leur gaz  en Europe  pour ne pas avoir à subir de pertes plus importantes.

« Les cargos   qui se dirigent actuellement vers l’Europe en provenance des côtes texanes seraient des ventes spot sur des contrats existants, réalisées par des traders qui ne sont pas arrivés à contractualiser la vente de la totalité de leur cargaison » selon un courtier maritime.

« Ils sont peut être en train de vendre à perte en Europe. Peut-être ils ont fait leur calcul et sont arrivés à la conclusion qu’ils prennent une perte moins importante en vendant en Europe qu’en vendant sur d’autres marchés »

Des transactions du même genre auraient lieu actuellement en Asie. Certaines personnes disent même que des cargos ont été annulés du fait de la faiblesse de la demande en Asie.

On apprend ainsi dans le communiqué de Platts que l’Europe est la première destination pour les cargos de propane et de butane SPOT (non contractualisés) américains, du fait d’un temps de trajet  et donc d’un prix du frêt maritime inférieur aux autres destinations.

Le temps de traversée depuis le Channel de Houston jusqu’aux ports du nord de l’Europe est de 13 jours comparé à 42 jours pour le Japon.  Le prix du frêt maritime est  actuellement de $85 la tonne jusqu’en Europe et de $220 la tonne jusqu’au Japon.

Les installations de chargement d'Enterprise sur le Houston Ship Channel

Les installations de chargement d’Enterprise sur le Houston Ship Channel

La plupart des cargos chargeant à Houston sont contractés, mais quelques créneaux de chargement (slots) sont alloués chaque mois à des cargaisons spots. De plus, un détenteur de droit de chargement  peut revendre son créneau  à un tiers. Contrairement aux contrats à terme, les chargements spots peuvent se monnayer sur la base de primes variables. Comme expliqué en détail dans un article du site de l’Adecopro datant de Juin 2013, les chargements spots sont valorisés selon la méthode du « netback », en faisant la différence entre les prix du propane sur les marchés les plus chers  comparé au prix payé au port d’embarquement. Le chargeur est ainsi assuré de s’accaparer l’arbitrage existant.  Cette méthode de tarification,   et le fait que les cargos américains arrivant en Europe sont majoritairement des cargos spots, permet de comprendre  pourquoi l’afflux de  propane américain tiré du gaz de schiste n’avait pas provoqué de baisse des prix en Europe jusqu’en Octobre dernier. Il convient toutefois de préciser que l’abondance du propane avait empêché ou limité depuis 2012 les hausses hivernales traditionnelles.

Il semble désormais que la saturation du marché mondial par le propane américain ait réussi à faire baisser les prix en Europe malgré les efforts contraires du plus gros chargeur américain, Enterprise Products.

Depuis 2013, les Etats Unis sont le premier exportateur mondial de propane.

Sur les 7 premiers mois de l’année 2014, le leader américain des exportations de propane, Enterprise, a chargé 45 millions de barils de propane au rythme maximum  de 14 000 barils à l’heure, ou de 7,5 millions de barils par mois (ce rythme sera porté à 16 millions de barils par mois  à fin 2015). Tous types de contrats confondus ( spot et  terme) , l’Amérique du Sud est le premier client d’Enterprise en 2014 (19 millions de  barils)  devant l’Amérique Centrale incluant Mexique et  Caraïbes (13.5 millions),  la zone Europe –Méditerranée (7 millions) et l’Extrème Orient (5 millions).

Dès mars 2013 nous recommandions sur ce site de ne plus signer de contrat à long terme et à prix fixe avec les propaniers ( article « Va t’on vers une baisse du prix du propane en Europe ? ») . Nous ne pouvons que renouveler ce conseil au vu de la pente glissante sur laquelle se trouve engagée le prix du propane.

Prix abusifs du propane aux USA : la société soeur d’Antargaz condamnée à une forte amende, reconnait les extravagances de sa facturation

J’attends toujours qu’une âme bienveillante ou un  lanceur d’alerte travaillant pour un des propaniers du cartel m’explique comment fonctionnent les algorithmes de calcul des prix de facturation du propane.   J’imagine que les propaniers considèrent ces algorithmes comme  un secret industriel.  On connait la métaphore  du cliquet qui serre toujours plus la sangle autour du cou du consommateur lorsque le cours du propane augmente,  mais est incapable de  desserrer sa prise  lorsque le cours redescend. On sait que  les pétroliers  et les gaziers utilisent  des algorithmes de ce genre pour ajuster leurs prix, mais   les formules algorithmiques  sous-jacentes ne sont pas dans le domaine public. Enfin pas à ma connaissance.  Si quelqu’un est dans le secret des dieux,  je suis   disposé à réviser mes  cours d’algèbre pour l’occasion….

L’absence de prix unique pour tous les clients d’un même propanier  à un instant « t »,  fait qu’il est très difficile pour un propanier de contrôler les centaines de milliers de factures par an. Les prix facturés sont individualisés en fonction de la remise initiale consentie,    en fonction de l’évolution du prix du propane sur le marché de gros et de la consommation réelle du client.  La  stratégie  commerciale consistant à individualiser les  prix du propane en accordant différents types de remises qui s’additionnent ou se soustraient les unes des autres, doit bien  conduire  à quelques  couacs arithmétiques dans certains  cas particuliers,   notamment lorsque le cours du propane est secoué de violents soubresauts.

C’est probablement ce qui est arrivé l’hiver dernier sur la facture de propane de milliers de consommateurs américains. L’hiver 2013-2014 a vu une augmentation sans précédent du cours du propane dans le Middle West du fait d’un prix très bas au début de l’hiver , et de la conjonction de plusieurs facteurs haussiers ( séchage tardif des récoltes immédiatement suivi d’une première et d’une seconde vague de températures polaires,  non disponibilité des gazoducs censés remonter en hiver  le propane depuis les raffineries du Texas vers la frontière canadienne, paralysie des routes…. ) . Le prix de vente du propane dans le Wisconsin , l’Iowa et le Michigan a  été multiplié par 3 en l’espace de deux  mois,   sans que le cours « officiel »  du propane vendu au Texas ait été fortement  impacté,  forçant les autorités publiques à réagir avec des programmes d’aides publiques à l’achat de propane pour les familles défavorisées. Un comble dans un pays qui regorge de propane à ne pas savoir qu’en faire. Du propane il y en avait plein dans les immenses caves souterraines du Texas , mais impossible de le faire remonter vers le nord, là où les américains grelotaient.  Certains consommateurs du Michigan  (Upper Peninsula)   se sont vus  facturer le propane jusqu’à $7 le gallon en février 2014, alors que la moyenne du prix de détail de l’Etat était de $3.76, soit 86 % de plus que le moyenne. ( on notera au passage que l’absence de communication par l’Etat français du prix moyen du propane en France – une anomalie parmi d’autres  dans la « gestion » de ce dossier par l’administration –  lui permet d’éviter d’avoir à sévir contre certains  abus de prix ).

Dans ces conditions très particulières, les grands propaniers comme AmeriGas , société sœur d’Antargaz puisqu’elles appartiennent toutes les deux à la même holding, ont été mis sur la sellette une fois de plus pour des pratiques de prix abusifs. Ce sont les procureurs généraux des Etats, qui, aux USA , assurent l’instruction des malversations commerciales envers les consommateurs . Le procureur général du Michigan, Bill Schuette, est donc tombé  sur le râble d’AmeriGas après avoir dépouillé des centaines de plaintes des consommateurs  (on admirera  l’efficacité des procureurs américains, l’explication est donnée un peu plus loin). AmeriGas,  leader du propane domestique aux USA,  dispose de 38 agences ou dépôts dans le Michigan et de 85 000 clients dans ce seul état !

L’Etat du Michigan , par la voix  de son  procureur  a donc déposé plainte contre AmeriGas en Septembre 2014  pour violations multiples de la Loi de protection du consommateur du Michigan. Ont été reprochés à la société sœur d’Antargaz :

  • Des facturations à des prix supérieurs aux prix convenus avec les consommateurs
  • Des facturations selon le prix en vigueur au moment de la livraison, et non au moment de la commande ( 830 clients floués….)
  • Des facturations à des prix très supérieurs à ceux des autres distributeurs de propane sans aucune justification économique . Cette pratique consistant à profiter d’une position d’exclusivité pour surfacturer un client se dit en anglais  « price gouging » ( to gouge = litt. creuser, graver;  au sens figuré  = faire payer un prix trop élevé, escroquer)
Le héros du jour a un petit air de famille avec le regretté Robin Williams

Sur cette photo, le héros du jour, Bill Schuette,  a un léger air de famille avec le regretté Robin Williams

Selon les termes de la Loi du Michigan, l’abus de prix est caractérisé dès lors que le prix facturé est  largement au dessus  («  grossly  in excess » )  du prix auquel ce même bien ou service est vendu dans les alentours.  Comme il serait déraisonnable de penser que le consommateur français est beaucoup moins bien protégé des rapines des propaniers français que le consommateur du Michigan, on attend avec impatience le dépôt de plainte de la DGCCRF à l’encontre de Vitogaz ( voir article précédent dans les archives de ce mois).

Verdict du procureur : 500 000 € d’amende à l’encontre d’AmeriGas.

Mais cette amende ne tombera pas dans  la poche de l’Etat du Michigan. Non non  !

500 000 € d’amendes  remboursés  aux 5 600 consommateurs reconnus lésés par AmeriGas, sans que ces derniers aient la nécessité de monter une action de groupe pour faire valoir leur droit à indemnité.   Les clients actuels se verront re-crédités de leur quote-part tandis  que  les anciens clients ayant quitté  AmeriGas entretemps recevront un chèque de dédommagement le 1er Novembre 2014, soit deux mois après le dépôt de plainte par le procureur.

Le procureur Schuette a déclaré à un journaliste, lequel  rapporte ses propos tels quels dans la presse « L’hiver dernier, nous avons eu un hiver normal dans le Michigan… Le propane est une denrée vitale… Quand une grande entreprise  abuse  de vous , quand elle vous dépouille, cela n’est pas acceptable … Nous voulons que l’argent   reviennent dans les poches des consommateurs avant l’hiver prochain »

En plus de verser des pénalités aux consommateurs, AmeriGas a accordé aux consommateurs lésés qui achètent le propane au prix courant, la possibilité de participer gratuitement,  sans payer la commission habituelle  de $99,  au programme d’achat de  propane à prix bloqué pendant la prochaine saison d’hiver. [ A  ce sujet on relira notre article : «  L’art d’éviter les hausses du propane en hiver » – voir  menu du site –  pour les explications sur le « locked-in rate », une technique de couverture du risque de hausse des prix du propane  limitée à la seule période hivernale. On notera que cette technique est beaucoup plus intéressante que les « prix bloqués sur la durée du contrat »   avec lesquels les propaniers français enfument des centaines de milliers de  consommateurs français en période de baisse des cours……..].

Le plus drôle dans cette histoire, c’est la déclaration ingénue faite par Amerigas  à la fin du  bras de fer, qu’on pouvait croire  viril,  entre le procureur  et la multinationale du gaz liquéfié:

«  En coopération avec le Procureur Général, nous avons identifié un petit nombre de clients qui n’ont pas été correctement facturés l’hiver dernier »

D’habitude les propaniers manifestent un peu plus vigoureusement leur mécontentement…mais qu’en termes choisis, ces choses là sont dites.

Ah, j’oubliais  un dernier détail : en tant que procureur général de l’Etat du Michigan, Bill Schuette,  qui s’affiche sous les couleurs du Parti Républicain, est élu par les habitants du Michigan dans des élections au suffrage universel, pour un mandat de  4 ans.  Et les prochaines élections ont lieu  …….après demain,  4 Novembre 2014.

Ce petit détail nous permet de considérer cette  même affaire sous un oeil un peu différent.  Si on veut bien voir les choses d’un peu plus  haut, AmeriGas en faisant mine d’allonger de bonne grâce  un demi-million de dollars pour les électeurs du Michigan  à la demande  de leur procureur,  pile poil deux semaines avant les élections,  contribue au succès de la campagne électorale et de la réélection de  Bill Schuette,  candidat d’un parti  copieusement  financé par le lobby du GPL….  Tout est ainsi beaucoup plus clair  !

Mise à jour du 8 Novembre : Bill Schuette a été réélu au poste d’Attorney General du Michigan.

(question : s’il y  autant de mécontents chez AmeriGas aux USA, qu’il y en a chez Antargaz en France, ne serait ce pas parce que les deux entreprises soeurs partagent le même logiciel de ré-évaluation des prix de  facturation  ?)

Vitogaz ou le scandale des prix abusifs du propane: 130 % d’écart de prix entre consommateurs français

Ce qu’il y a de bien avec les propaniers, c’est qu’on n’arrive  jamais au bout de ses surprises. On croit avoir fait le tour de la question, puis on découvre,  par hasard,   un truc nouveau, incroyable,  là où on pensait avoir tout dit et  tout écrit.

J’ai toujours dit,  et écrit,  que les locataires résidant en zone rurale sont ceux qui payent le propane au prix le plus élevé    du fait qu’ils  sont  doublement prisonniers de leur bailleur ( signataire du contrat  de mise à disposition de la citerne)  ET   du  propanier désigné par le  bailleur. Un locataire qui aspire à changer de propanier  ne peut le faire sans la bienveillance de son bailleur puisque c’est ce dernier qui détient le contrat principal de la citerne.  Cette double dépendance vaut aux locataires de devoir subir des  tarifs du propane  plein pot, c’est à dire sans aucune  remise.

Il semble toutefois qu’il doive y avoir une exception à cette règle. Cette exception ce sont les locataires logés dans des appartements ou maisons appartenant à des agriculteurs clients des  propaniers.

Dans l’exemple qui suit, le locataire, dont la consommation annuelle de gaz est minime (0.5 tonne/an)  bénéficie pourtant de conditions jamais vues pour cette catégorie de clients. Le contrat signé fin 2013 prévoit un prix à la tonne de 1206,76 TTC ( 1009 € HT ), soit une remise sur le barème hors taxe de  1322 € par tonne   ou encore de  56.7 % . De son propre aveu,  cette remise  phénoménale – la plus importante en valeur absolue  jamais relevée pour un consommateur –  a été obtenue par ce locataire  sans qu’il ait besoin de lever le petit doigt, le propriétaire bailleur ayant exigé des conditions particulièrement favorables pour ses locataires. Cerise sur la citerne,  cette remise n’est pas dégressive comme elle l’est toujours dans ce type de contrat, mais elle est garantie pendant 3 ans , c’est à dire pendant toute la durée du contrat.

Si vous êtes client  Vitogaz et que vous désespérez à l’idée de devoir négocier avec ce propanier une baisse de tarif sur votre prochain contrat, n’hésitez pas à leur demander le même tarif que celui consenti à ce locataire qui, lui,  n’a pas eu à se battre  pour obtenir une remise aussi exceptionnelle. N’est il pas normal  que vous exigiez de Vitogaz  pour votre résidence PRINCIPALE,  des conditions aussi favorables que celles dont cet agriculteur particulièrement avisé fait bénéficier  à ses   locataires pour des quantités de gaz minimales ?

Et si Vitogaz refuse de vous accorder les mêmes avantages contractuels, profitez-en pour résilier votre contrat : ils le méritent bien.

Un contrat Vitogaz imbattable

Un contrat Vitogaz imbattable

 

Ce contrat d’approvisionnement en gaz propane nous révèle certaines  choses intéressantes. Parce que les bénéficiaires de cette  remise fort généreuse  n’ont jamais eu à se battre avec le service client de Vitogaz pour ramener le prix de leur propane à un niveau décent, contrairement à l’immense majorité des locataires,   il nous apprend  qu’être  bon négociateur ne suffit pas pour obtenir un très  bon prix. Les dés sont largement pipés en faveur du monde agricole. Si vous êtes un consommateur lambda, quelles que soient vos qualités de négociateur, quelles que soient les quantités de gaz que vous consommez, vous ne décrocherez jamais le Saint Graal du « propane pas cher ». Celui-ci   est  réservé  à la corporation des agriculteurs et à ceux qui ont la chance d’être hébergés dans leurs propriétés. Du reste on n’entend guère de mécontentement  du monde agricole au sujet du  prix du propane.  Normal puisque les tarifs qui leur sont réservés n’ont  rien à envier aux prix acquittés par nos voisins  d’Europe du Nord….

Il y a autre chose qu’on apprend à la lecture de ce contrat :  chez Vitogaz la fourchette de prix entre les consommateurs les plus chanceux  et les consommateurs les moins vernis, semble être  a minima   de 1 à 2,3.    Si on considère en effet ce contrat comme référence de prix plancher pour un consommateur,   et qu’on compare  celui-ci  au prix particulièrement salé payé par  Mme  Masson,  veuve de son état et  cliente  Vitogaz,  ( voir dans nos archives,  l’article du 20 février 2013) , on voit, pour des quantités de gaz comparables, un écart de prix PERMANENT de 130 %  au cours de l’année 2013 :  1009 € HT d’un côté, 2338 € HT de  l’autre. Excusez du peu !   La découverte d’écarts de prix pour le propane de  70 % entre  clients Vitogaz dans  mon  village  m’avait jadis conduit à lancer la croisade contre les propaniers,  le prix le plus élevé étant payé par les consommateurs les plus faibles et les moins informés.   S’il existe des écarts d’une telle ampleur  à l’échelle d’un seul village, il est logique de s’attendre  à  des écarts bien plus importants encore à l’échelle de l’Hexagone. On est donc bien  loin, dans la réalité,   des chiffres avancés par d’autres sites d’information sur le propane ( voir par exemple http://prix-gaz.fr/propane/comparatif ), qui se contentent de recopier  les informations distillées par les grands propaniers,  selon lesquels les prix du propane se situeraient en France dans une fourchette de  1500 à 2000 € la tonne TTC. La pénible réalité des prix du propane, c’est une fourchette de 1200  à  2800 € TTC   : ceux qui bénéficient de tarifs particulièrement remisés s’abstiennent en général de le clamer sur tous les toits. Quant aux autres, ceux qui payent l’arnaque du propane au prix fort, ils font partie des éternels perdants du système….

Il est évident que Vitogaz ne peut pas justifier de tels écarts sur la simple base de l’éloignement géographique de ces clients relativement  aux dépôts et autres centres de stockage. On connait en réalité parfaitement ce que cet éloignement coûte sur le marché libre allemand (et l’Allemagne réunifiée est aussi grande que la France..) :  les écarts de prix moyens constatés entre Landers sur le marché libre du propane sont au  maximum de 15 %. Ceci signifie qu’un  consommateur allemand s’approvisionnant auprès d’un propanier allemand  dont le stockage est situé loin des ports, des raffineries ou  des terminaux de pipeline  paiera au maximum 15 % de plus qu’un consommateur allemand habitant à la frontière néerlando-allemande ou  dans la Ruhr, là où le propane allemand est vendu au prix le plus bas sur le marché libre.

Devant ce qu’il convient de qualifier de scandale des prix du propane domestique en France, scandale qui  dure depuis des décennies, on se demande bien comment nos autorités et nos élus peuvent justifier leur inaction sur ce dossier.

Je leur pose  donc  cette question :   la notion de prix abusifs existe aussi bien dans le Code de la Consommation en France qu’aux USA. Comment expliquer alors qu’ aux USA,  les propaniers sont régulièrement poursuivis pour prix abusifs lorsque les écarts de prix entre consommateurs sont trop importants ( et condamnés à de fortes amendes :  voir l’article de ce mois sur AmeriGas, société soeur d’Antargaz) alors que rien de pareil ne se produit en France ? Quelle est donc la définition de la notion de « prix abusifs » pour  la DGCCRF, définition  qui empêche visiblement  cette administration de sévir ?

Si vous trouvez cette situation indigne, puis-je vous suggérer  d’envoyer un mail  à votre député  afin d’attirer son attention sur ce sujet  ? Pour accéder à la liste des députés de chaque  département avec leur contact mail respectif, cliquez  ici. Les meilleures réponses que vous obtiendrez en retour seront publiées sur le site.

Voici précisément le mail que je viens d’envoyer  à l’instant à mon député des Yvelines (vous pouvez faire un copier-coller en adaptant la première phrase)  :

Monsieur le Député,  

Le site Internet de l’Association de Défense des Consommateurs de Propane, dont le siège se trouve  dans votre circonscription, relève des écarts de prix de vente considérable pour le gaz en citerne ( propane vrac) vendu par un même fournisseur.

En l’occurrence le site révèle ce mois-ci que chez le distributeur Vitogaz  les écarts de prix peuvent aller jusqu’à 130 % entre consommateurs français. Le site donne les copies de factures et de contrats à l’appui de ses affirmations. Même si ces cas n’ont pas été choisis au hasard  mais dans le but de montrer l’existence d’écarts importants,   le problème de l’inégalité face au prix du propane se pose en France de manière caricaturale .  Il est de votre responsabilité de contribuer à réduire de telles inégalités s’agissant non pas d’un article de luxe, mais d’un bien vital  (le gaz propane est l’énergie de chauffage de plus de 500 000 foyers en France, notamment dans votre circonscription rurale).

Cet écart  sidérant ne fait que  traduire  les graves dysfonctionnements de la concurrence sur ce marché,  sur lesquels l’Autorité de la Concurrence a déjà posé un verdict sans appel en Janvier dernier.

Je vous remercie de bien vouloir m’indiquer ce que vous comptez faire pour résoudre ce problème qui affecte les populations rurales depuis des décennies.

 Cordialement

Le Président de l’Association

Pour l’anecdote, les  locataires en question ont  dû quitter  leur logement avant la fin de leur contrat Vitogaz,  suite à une mutation professionnelle. Vitogaz réclame sans rire à ce couple de locataires des frais de résiliation  pour rupture anticipée du contrat,   équivalant à la moitié de leur facture annuelle  de chauffage. Une telle demande, prévue dans le contrat VITOGAZ (si si ! j’ai bien relu le contrat, c’est écrit noir sur blanc  !)  est totalement abusive et n’a aucune chance de prospérer devant un tribunal, mais Vitogaz sait parfaitement  jouer de l’esbroufe  pour arrondir les fins de mois difficiles de ses  actionnaires.

Renseignements pris, le propanier avait déjà tenté de faire le même coup au locataire précédent, lui aussi parti avant la fin du temps réglementaire….

C’est si dur que cela pour Vitogaz de vendre le propane aux consommateurs à un prix NORMAL  ?

%d blogueurs aiment cette page :