Accueil » Accidentologie » Accidents domestiques liés au GPL aux Etats-Unis : des statistiques effarantes

Accidents domestiques liés au GPL aux Etats-Unis : des statistiques effarantes

Le nombre  d’accidents liés au  propane aux USA, ainsi que la diversité des scenarii d’accidents, justifie amplement  l’existence  d’un  cadre réglementaire particulièrement contraignant en Europe pour la  distribution de  GPL.  Avec des centaines d’incendies et explosions domestiques imputables directement  au propane chaque année (citernes et bouteilles confondues), les USA sont en effet un excellent terrain d’observation  pour qui a la charge d’éviter, dans son propre pays,  pareil sort aux consommateurs  !  Vu par la lorgnette de «Google Actualités»,   les Etats Unis semblent avoir  un VRAI  problème de qualification des  ouvriers   travaillant sur les conduites de gaz et  appareils au gaz. L’absence d’exigence de certification  «gaz» des plombiers opérant  dans les entreprises du bâtiment parait être un des facteurs permettant d’expliquer  la relative dangerosité du GPL aux Etats Unis, comparé à  l’Europe.  L’autre facteur, plus culturel, et donc plus difficile à circonvenir,  semble   être un « excès de confiance  en soi »    de l’américain moyen,  entraînant de sa part des initiatives douteuses et potentiellement dangereuses.

Quoi qu’il en soit,  la réputation de dangerosité du propane chez les américains  n’apparaît pas usurpée lorsqu’on suit l’actualité des accidents domestiques  liés aux gaz de pétrole liquéfié de l’autre côté de l’Atlantique. Pas une semaine ne se passe sans qu’une citerne de propane ne soit impliquée dans un accident  de type collision voiture contre citerne aérienne  (les américains ignorent l’intérêt de clôturer leur jardin),  incendie ou explosion. Pour les bouteilles de GPL,  ces accidents sont encore plus fréquents, barbecue oblige.  Semaine après semaine, le décompte d’accidents apparaît tellement grotesque, même en tenant compte du nombre d’habitants beaucoup plus élevé,  que le lecteur européen finit par se faire la réflexion  «il y a forcément quelqu’un, en dehors des propaniers,  que ce nombre d’accidents  interpelle : une association des victimes  du gaz propane, un groupement d’assureurs  ou une administration publique… ». Et bien il semblerait  que non ! Tout le monde là-bas semble trouver cela normal. En tout cas je n’ai trouvé sur Internet aucun « lobby » (civil ou professionnel)  désireux de faire ce qu’il faut pour faire baisser le nombre d’accidents  !  Les avocats américains, par contre, ont bien flairé le filon : ils sont quelques-uns à  dédier une page du site internet de leur cabinet à racoler les nombreuses  victimes américaines du  gaz propane ….

Propane grill sur terrasse bois

Grillade au propane sur terrasse en bois ( Amherst , 7 juin 2015)

Il faut dire que les propaniers américains, dont la responsabilité n’est, la plupart du temps, pas en cause dans ces accidents (*),  mettent beaucoup de cœur à l’ouvrage pour faire oublier la mauvaise réputation du propane en Amérique du Nord.   Les professionnels américains du propane sont  réunis au sein de la National Propane Gas Association (NPGA).  Avec une candeur désarmante, cette organisation publie sur un de ses sites de très vieilles statistiques d’accidentologie du gaz propane des années   2000 à  2004 ( on se demande bien pourquoi  des  chiffres vieux de 10 ans ), pour essayer de faire croire que le propane n’est pas dangereux aux Etats Unis.  On croit rêver en lisant les commentaires des professionnels du GPL sur  ces statistiques ( le discours  s’adresse  aux consommateurs américains  ) :

«  Beaucoup essaient de faire croire aux consommateurs que le propane est une énergie dangereuse. Mais en réalité  les statistiques d’utilisation du GPL, combinées avec les statistiques d’accident révèlent  une toute autre histoire, bien plus précise que ce que les sceptiques essaient de vous faire croire. Les statistiques fournies ci-dessous sont basées sur des informations  collectées et fournies par la National Fire Protection Association pour des accidents survenus entre 2000 et 2004, dès lors que le GPL a été le premier matériau à prendre feu lors de l’incendie d’une maison. En d’autres termes, le propane a été dans chaque cas répertorié,  le combustible qui a permis à l’incendie de démarrer. En 2001, 9.4 millions de maisons  utilisaient le GPL aux Etats Unis. Les chiffres ne mentent pas et les faits non plus. Faites votre propre choix. »

On se dit alors que les statistiques de ces années-là ne doivent pas être trop mauvaises.  Mais stupeur, les commentaires donnent à lire ce qui suit  :

« En moyenne annuelle sur la période 2000-2004, le nombre de maisons ou bâtiments résidentiels américains  qui ont brûlé à chaque fois que le GPL était le PREMIER matériau  à avoir pris feu »  était de 0.000148, c’est-à-dire le chiffre invraisemblable  de 0.148 pour mille maisons, ou une maison sur 6 762 !  Voilà donc ce qui permet d’expliquer pourquoi  Google Actualités grouille  d’accidents de propane aux USA  : 1390 incendies de maisons ( pas juste le barbecue qui prend feu !) causés par le GPL en moyenne chaque année entre 2000 et 2004 ! Et la NPGA de trouver ce chiffre très bas ! Il  faut vraiment que le propane leur rapporte un monceau  d’or pour que ces types ne se rendent même pas compte de l’énormité du chiffre en question.

Imaginez en France : 550 000 citernes de propane domestiques  installées (moins celles non utilisées). Avec un taux d’accident  pareil, notre pays déplorerait 80 maisons incendiées ou explosées par le GPL chaque année ! Vous imaginez le scandale que cela provoquerait ! Au bout de 10 maisons incendiées, le gouvernement serait prié de répondre au parlement; au bout de 20 maisons, un rapport d’enquête parlementaire serait établit; au bout de 25 maisons incendiées, une tête de haut fonctionnaire tomberait et à la 30ème maison, la tête du ministre du développement durable serait sur le billot.

C’est ainsi que sur la même période, les propaniers américains  ont déploré en moyenne un blessé pour 48 700 utilisateurs de GPL ,  et un mort pour 408 700 utilisateurs (23 décès par an en moyenne de 2000 à 2004). Comme ils écrivent  sur le site (sans rire) ces blessés et ces morts sont « so very rare». La vie humaine ne doit pas avoir le même prix de l’autre côté de l’Atlantique.

Puisqu’il est légitime de penser que la NPGA n’a publié que  les statistiques des meilleures années  pour ne pas effaroucher les consommateurs américains, qu’est-ce que ça doit être pendant les mauvaises années…

Heureusement que  le port de citerne de propane n’est  pas protégé par la constitution américaine….

(*)si ce n’est collectivement à travers leur incapacité ou  manque de volonté à faire adopter une loi fédérale sur la qualification des plombiers habilités à travailler sur le gaz.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :