Accueil » Citerne Achat Vente » Totalgaz et les hommes de main du cartel du GPL : refus de vente de citerne, refus de remise en état, violation de domicile et vol de gaz chez un particulier

Totalgaz et les hommes de main du cartel du GPL : refus de vente de citerne, refus de remise en état, violation de domicile et vol de gaz chez un particulier

Que les livreurs de gaz s’autorisent à pénètrer dans les jardins en escaladant clôtures et portillons fermés à clef  lorsque le client peu méfiant a fait l’erreur de souscrire à un service de livraison automatique, cela n’étonnera que les consommateurs qui ignorent encore à qui ils ont affaire.

Plus intéressant  est le cas d’une de mes voisines dont la maison est chauffée au fuel,  et  qui ignorait que Butagaz avait enterré naguère une citerne de 3.2 tonnes dans sa propriété   sur commande  d’un précédent propriétaire. La propriété était passée entre les mains de différents propriétaires, le dernier en date ayant oublié de mentionner l’existence de cette citerne au moment de la vente.  Ma voisine   l’apprit donc un jour  de la bouche d’un employé de Butagaz qu’elle surprit   en train d’arpenter son jardin, les yeux braqués au sol, à la recherche de ladite citerne. L’employé de Butagaz était tout simplement entré dans sa propriété sans qu’elle l’ y invite, profitant du fait que l’imposant  portail en fer forgé était resté ouvert. Après quelques explications houleuses, la  citerne a été retrouvée en limite séparative,  à cheval entre  une haie et  une clôture  grillagée.

Depuis lors, Butagaz n’a de cesse de harceler  ma voisine pour récupérer sa citerne. Comme le propanier refuse le principe de devoir  payer la remise en état des plantations et de la clôture après enlèvement,  Butagaz peut toujours courir. Ce ne sont pas les menaces du propanier  d’ « aller se plaindre auprès du maire du village » qui changeront la détermination de ma voisine à ne restituer la citerne que contre la promesse écrite de la remise en état de sa propriété.

Cette promesse écrite,  un habitant de l’Est de la France a fini par l’obtenir de Totalgaz à la suite d’une sombre histoire de violation de domicile et de vol de gaz qui aurait pu mal tourner pour ses piètres exécutants.

En Mars 2009, Jo achète une maison équipée d’une chaudière gaz alimentée par une citerne Totalgaz.   Six mois plus tard, la jauge proche de zéro, Jo s’avise qu’il est temps de contacter Totalgaz pour s’enquérir des conditions de signature d’un contrat de fourniture de gaz. Après avoir pris connaissance des clauses contractuelles proposées, Jo décide de ne pas devenir le 250 000ème pigeon de Totalgaz  : il se débrouillera tout seul pour l’approvisionnement de sa citerne.

Un an plus tard, il adresse  une première demande de rachat de la citerne  à Totalgaz. Première réponse de Totalgaz faisant semblant de ne pas comprendre. Deuxième demande de rachat et deuxième refus. Totalgaz propose alors de venir chercher sa citerne et Jo accepte le principe d’une  visite du sous-traitant de Totalgaz , la société GLI Services, pour faire une étude préalable, tout en précisant qu’il n’y aura pas de retrait de citerne sans engagement écrit de Totalgaz de remise en état.

Un soir en rentrant du travail, Jo découvre dans sa boite aux lettres la carte de visite du Chef de Centre de GLI Services, Mr Chanet, avec au dos de la carte la mention manuscrite «  Passé le 20/06/2011 pour le retrait de la citerne Totalgaz. Merci de nous contacter pour toutes demandes complémentaires». Jo décide d’appeler Mr Chanet le soir même pour avoir des explications et lui faire part de  son mécontentement. Mr Chanet explique alors qu’il est venu prendre des photos en son absence et faire le constat. Sans l’autorisation du propriétaire des lieux. Il y a donc eu violation de domicile. La raison avancée par Mr Chanet ? Il avait été mandaté par Totalgaz afin de faire un rapport sur les possibilités d’enlèvement de la citerne.

Jo ne porte pas plainte mais décide quand même, par prudence,  de fermer désormais à clé le portillon donnant sur le jardin en attendant la suite des évènements. Il espère encore  que Totalgaz lui enverra une lettre autorisant la  prise en charge des frais de remise en état du terrain après enlèvement de la  citerne. Il ne va pas être déçu.

Le 14 octobre 2011, soit 4 mois après la première violation de domicile, en rentrant du travail, Jo constate que son portillon est ouvert en dépit du fait qu’il l’avait fermé à clé. L’ouverture avait été forcée. Il remarque ensuite que sa citerne de gaz , quasiment pleine, a été complètement vidée de son contenu (1840 litres) et que la citerne est déconnectée de la conduite de gaz. Dans sa boite aux lettres, un document Totalgaz atteste du repompage intégral du gaz de la citerne. Sans son accord et sans le prévenir. Le document Totalgaz ne mentionne même pas son nom, mais celui de l’ancien propriétaire, le  dernier signataire du contrat Totalgaz. Comme  le nom de l’ancien propriétaire ne figurait  pas sur la boite aux lettres, GLI Services n’avait même pas l’excuse d’une confusion possible avec un débiteur indélicat de Totalgaz.  GLI Services était entré dans la propriété, sur ordre  de TOTALGAZ, et  sans autorisation,  pour vider une citerne dont Totalgaz et GLI Services savaient pertinemment qu’elle était utilisée par une personne qui avait sciemment refusé de signer un contrat avec TOTALGAZ.  GLI Services  avait vidé la citerne  un vendredi après midi, en début de période de chauffe, laissant Jo et sa famille sans chauffage et sans eau chaude pour le week-end.  De vraies méthodes de cow-boys pour intimider et  forcer la famille à restituer la citerne sans faire d’histoires.

Chez  Totalgaz, on devrait se méfier : à force de jouer les durs, ils vont finir par dégringoler de leur citerne

Un propanier texan défile dans les rues à cheval sur une citerne de gaz. Chez Totalgaz, le client aussi est à la fête : c’est le  carnaval des prix tous les jours.   

Jo contacte alors Mr Chanet qui se réfugie derrière l’ordre reçu de Totalgaz . Comme Jo insiste en répétant qu’il n’a jamais donné son accord, Mr Chanet rétorque qu’il était tenu d’éxécuter l’ordre reçu de Totalgaz  et le renvoie  vers les services compétents du propanier. Le fait que Jo allait devoir passer un week-end sans chauffage et sans eau chaude n’avait pas l’heur de l’émouvoir.

Le lendemain, 15 Octobre, Jo  porte plainte au tribunal d’instance de Mulhouse  contre GLI Services et Totalgaz pour violation de domicile, effraction, et vol de combustible.

Dès lors , les responsables de  Totalgaz et de GLI Services  découvre un peu tard que  la tentative d’intimidation ne va pas fonctionner tout à fait comme ils l’avaient escompté.

Le 20 Octobre 2011, Totalgaz fait marche arrière toute, et se décide finalement à écrire à Jo  «Je précise que nous prendrons en charge les dommages éventuels causés par ce retrait de citerne » . Et Totalgaz d’ajouter «  En ce qui concerne le gaz que nous avons repris (sic !), vous voudrez bien nous adresser une facture de ce gaz livré afin que nous puissions vous rembourser sa valeur.»

Jo refuse de confier sa facture de gaz à Totalgaz. D’une part le prix payé par Jo ne regarde pas Totalgaz. D’autre part il n’est pas question que Totalgaz puisse faire un bénéfice en revendant plus cher à ses propres clients le gaz repompé dans la citerne de Jo. Enfin  Totalgaz doit assumer ses actes en remboursant le gaz sur la base de son propre tarif, même si celui-ci est beaucoup plus élevé que le prix payé par Jo. Et c’est bien ce que fera Totalgaz qui ne recevra jamais la facture réclamée.

Lors du retrait de la citerne, Jo assistera à l’opération en prenant des photos avant les travaux, de manière à pouvoir attester d’éventuels dégâts commis pendant les travaux. Et il ne fera rentrer le prestataire dans sa propriété qu’après avoir reçu le chèque de remboursement du gaz ainsi que  le montant de la facture du chauffagiste pour le dépannage de sa chaudière.

 Le mot de la fin est pour Jo qui ne s’est pas laissé marcher sur les pieds , mais a renoncé à sa plainte :

« Le combat entre un particulier et  un grand groupe est vraiment difficile  du fait qu’on est peu aidé par les autorités. Celles-ci préférant fermer les yeux et laisser le lobby « faire son beurre ». De plus, au vue de leur capacité financière  illimitée et de leur armada d’avocats, on se sent vraiment désarmé. Les questions qui reviennent le plus souvent sont : et si on allait jusqu’au tribunal et qu’on perdait le procès ?  Combien cela nous coûterait-il ? La peur de se faire racketter encore plus est toujours présente. Mais fort heureusement nous n’avons pas eu à aller jusque-là. En espérant par mon histoire aider des personnes, je vous autorise à la  publier sur votre site »

 This article may be freely reproduced with or without acknowledgment

English summary : Jo purchased a house with a Totalgaz tank already in place. He adamantly refused   to sign the  outrageously abusive ( « exclusive » ) supply and delivery contract without which  customers cannot  buy LPG  fuel for  home heating. He later had his Totalgaz tank filled by another propane dealer meanwhile   asking  Totalgaz about the  possibility to repurchase his underground tank. Totalgaz refused to sell the tank and further declined  to  commit  in writing to a complete restoration of his garden following the  planned withdrawal of the tank. Since Jo would not allow Totalgaz to unearth the tank without a  written commitment to tidy up the place after the tank removal,  Totalgaz sent its henchmen from  GLI Services, a wholly owned subsidiary of France’s largest tank manufacturer, to burglarize  his property, steal the propane content of the tank and leave the tank  dry in the middle of October. Jo had to file a suit in Court  against both companies in order to have Totalgaz finally agree  to foot the bill  for the restoration of his garden following the retrieval of the tank . Furthermore the stolen gas was reimbursed at the  higher TOTALGAZ  official tariff  compared to the lower price actually paid by Jo.  And the lawsuit was abandonned.

This is but one exemple of the dirty ways of the  french propane cartel .

Keywords : GLI Services,  Totalgaz , Henchmen , Trespass,  LPG  theft, theft of propane.   

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :