Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Posts tagged 'Citernes'

Archives de Tag: Citernes

En Algérie, les aviculteurs sont priés d’acheter leur citerne de propane

Pendant que les aviculteurs français voient leurs charges d’exploitation  s’envoler sous l’effet de la hausse du propane, et sont empêchés d’acheter leur citerne par les pratiques anticoncurrentielles des propaniers français,  les aviculteurs algériens sont, eux, instamment priés par les pouvoirs publics algériens d’acheter leur citerne de gaz propane !  Le gouvernement algérien vient de donner tort à notre grand philosophe Pascal qui affirmait « Vérité en deça des Pyrénées, erreur au delà »…En matière de GPL, il faudrait plutôt écrire « Mensonge en deça de nos frontières, vérité au delà »…

Les aviculteurs de la région de Bejaia, ancienne ville dynastique situé à 180 km à l’est d’Alger au bord de la Méditerranée ( les habitants de cette ville ont inventé la chandelle de cire appelée aujourd’hui « bougie », qui est la francisation du nom de la ville de  Bejaia)    sont priés de  s’approvisionner en gaz propane en substitution du gaz butane, aujourd’hui couramment utilisé pour le chauffage des  bâtiments d’élevage.

Cette option s’est imposée en réaction aux effets des intempéries du mois de janvier 2012, au cours desquelles les aviculteurs ont accusé d’importantes  pertes induites par l’obstruction des routes par la neige et ses conséquences sur l’approvisionnement en gaz butane, selon la Direction des services agricoles (DSA). Beaucoup de poulaillers, notamment ceux localisés en haute montagne de Kabylie, dans l’arrière pays, à l’instar de la région de Barbacha, au sud-est de la wilaya, ont dû, de ce fait, déplorer de lourdes pertes.

Outre sa densité calorifique, le propane en citerne  a le mérite d’être moins coûteux, plus disponible, et d’offrir  des volumes de réserve plus importants .

L’investissement pour l’acquisition de l’équipement requis, notamment une citerne, un manomètre et une conduite d’amenée du propane vers le bâtiment avicole sera  du ressort de l’aviculteur, qui  peut recourir à un financement de la Banque de l’agriculture et développement rural (BADR).

Ferme avicole près de Tlemcen

Ferme avicole ultra moderne près de Tlemcen

Conçue pour être généralisée à l’ensemble des aviculteurs locaux, l’expérience fait l’objet de regroupements professionnels depuis plusieurs semaines et se fonde, elle-même, sur le succès d’une initiative d’un gérant d’un complexe avicole à Tazmalt.

Considérée comme un bassin avicole national de premier ordre, la wilaya de Bejaia (wilaya = collectivité publique territoriale, équivalent de nos départements) compte plus de 1.500 aviculteurs et produit, bon an mal an, plus de 130.000 quintaux de viandes blanches et 3,2 millions d’oeufs. La disponibilité de l’énergie à moindre frais est de nature à consolider encore sa position, relève la Direction des services agricoles.

Le Comité Français du Butane Propane, émanation des gaziers français,  a réagi immédiatement à l’annonce de la mise en vente de citernes de GPL   aux aviculteurs algériens : selon le CFBP  la Direction des Services Agricoles (DSA) d’Algérie qui chapeaute l’opération « Achetez votre citerne de propane  »   ferait prendre des risques considérables  aux populations vivant à proximité des élevages.  Comment, se demande le CFBP,  peut-on   inciter des aviculteurs algériens non diplômés de l’ Ecole des Mines ou  des Arts et Métiers, à  devenir propriétaire  d’une citerne de gaz, laquelle  nécessite une surveillance et un entretien  quotidien entre des mains expertes  du fait des nombreuses pièces d’usure ? Entretien et surveillance  que seuls des ingénieurs de haut vol hautement qualifiés,    sont capables de réaliser dans des conditions de sécurité acceptables ?

Dans un second communiqué envoyé quelques jours plus tard, le CFBP   se serait au final déclaré  rassuré, au motif qu’ayant fait une rapide enquête en Algérie,  il n’existerait en réalité qu’un seul fournisseur officiel de propane dans ce pays. Les  futurs propriétaires de citerne algériens  ne pourront  donc pas profiter de la propriété de leur citerne  pour mettre  en concurrence  plusieurs distributeurs de GPL.  L’honneur de la profession de gazier reste  sauf. En effet dans les pays  où il n’existe qu’un seul propanier, et où les frontières sont hermétiquement fermées, le risque de mise en concurrence est nul. Dans ces conditions, les  consommateurs doivent être laissés libres d’acheter leur réservoir.  

( Les deux  paragraphes qui précèdent sont évidement pur canular. Le reste du post est tiré d’un article de la presse francophone algérienne).

Les petits aviculteurs français qui payent cher  le gaz en citerne soit parce qu’ils ne sont pas affiliés au bon syndicat, soit du fait qu’ils sont réticents  à se regrouper pour négocier avec les propaniers,    seront  ravis  d’apprendre que les aviculteurs algériens sont  incités à acheter leur citerne de gaz.

Le probléme particulier des éleveurs français de volaille français étant que les propaniers ne mettent pas à leur disposition des réservoirs leur permettant  de traverser l’hiver sans devoir  acheter du propane  au moment où les prix sont les plus élevés (réservoirs de capacité insuffisante) , ils pourront lire  avantagement le topo que j’ai rédigé sur les manières de se protéger contre les prix élevés du propane en hiver : voir ici

Fabrication et maintenance des citernes de gaz : y a t’il double standard ?

13 Millions de citernes de gaz à usage résidentiel sans aucune obligation de maintenance sécuritaire aux USA . Les propaniers français nous enfument-ils avec leur obligation de vérification des citernes de gaz ? Il n’y a en effet ni  contrôle décennal  ni contrôle triennal pour les  citernes de propane aux Etats Unis (autres que celles  montées sur chassis roulant),  alors que le contrôle décennal est  obligatoire en Allemagne  sur toutes les citernes et (en principe) en France. Je dis « en principe » car les propaniers français s’exonèrent, à travers le Groupement Technique Citernes ( GTC – voir l’article sur le GTC dans les archives du site) des obligations de surveillance de chaque citerne, en procédant à un contrôle par échantillonnage.
Je cherche donc  à comprendre pourquoi  les citernes américaines sont tellement plus robustes que les citernes françaises au point de ne nécessiter aucune surveillance durant toute leur vie. Il importe de tirer au clair la validité des arguments des propaniers selon lesquels il est souhaitable que le propanier qui remplit la citerne soit aussi celui qui la surveille, argument utilisé devant les tribunaux pour justifier de l’existence d’un contrat liant les deux prestations.  Est ce que ce sont les standards de fabrication français et américains qui diffèrent tellement au point de rendre obligatoire  en Europe une surveillance jugée  inutile aux USA ? Est ce que GLI-SCHNEIDER (principal fabricant français de citerne de gaz) nous vend des citernes de tellement mauvaise qualité qu’elles nécessitent une étroite surveillance  ?  Est ce que c’est l’épaisseur de l’acier, sa qualité,  la qualité de l’assemblage des cuves  qui sont  en cause ? Si c’est le cas, les consommateurs français sont-ils plus en danger que les consommateurs américains ?  Quelles sont les statistiques d’incident ou d’explosion imputables à la qualité de fabrication des citernes pour les citernes ne faisant l’obligation d’aucune opération de surveillance , comparées à celles des propaniers français ou allemands ? Nul doute que les membres du cartel du gaz,  fabricants de citernes  ou distributeurs de gaz, trouveront ma curiosité déplacée. Mais après tout,  les vendeurs de voiture sont familiers des questions relatives à la sécurité de leurs automobiles. Donc une association comme la nôtre, qui a vocation à regrouper les propriétaires de citernes de gaz, a le droit d’interroger les fabricants pour se renseigner sur la qualité des citernes fabriquées en Europe et aux USA.
Inspection par ultra sons d’une sphère de GPL

J’ai donc commencé à poser la question à différentes personnes, comme le  directeur d’une grande société américaine de fabrication de citerne AMERICAN WELDING AND TANK. Celui m’a   répondu qu’il n’avait aucune idée des réponses à mes questions  et m’a renvoyé vers le WORLD LPG ASSOCIATION (WLPGA), le lobby mondial du GPL, dont le siège se trouve précisément tout près de Paris, auprès des nécessiteux et des déshérités, c’est à dire avenue Charles de Gaulle à Neuilly sur Seine, à un jet de gaz des tours de la Défense (laquelle abrite les sièges de la plupart des multinationales françaises du gaz et du pétrole).

J’ai donc écrit au directeur technique de cette grande organisation entièrement financée par les multinationales du gaz,  et j’en ai profité pour regarder sur leur site les noms de leurs  membres qui siègent sur l’Olympe du GPL. On y retrouve bien entendu tous les grands propaniers français ainsi que l’entreprise ULTRAGAZ,  de triste mémoire ( voir sur ce blog « Shell arrivera t’elle à vendre Butagaz ? »). Réponse langue de bois plus que probable, si je reçois une réponse.

Je vous tiendrai au courant des suites de cette enquête, ici même, ainsi que des suites du contact pris avec l’American Society for Mechanical Engineering, société savante  qui définit les standards de fabrication américains  des citernes de gaz. La question que je compte  poser  à des experts indépendants (français ou étrangers)  est la suivante : « la différence de standards industriels de fabrication de citerne entre la France et les USA peut-elle rendre compte de la nécessité d’opérer des contrôles réguliers et onéreux sur les citernes françaises ? Si oui pour quelles raisons ? ».Affaire à suivre.

MAJ du 01 /01 /2015 . La WLPGA n’a pas pris la peine de répondre à ma question. J’ai pu obtenir des infos d’une personne travaillant dans un organisme de recherche technique basé en proche banlieue parisienne , qui connaissait à la fois  les standards américains et français. Une comparaison de ces standards, du point de vue de la sécurité,  nécessiterait une étude technique qui n’a semble t’il jamais été menée de manière exhaustive. A vue de nez, selon elle, les citernes américaines ont des standards  de fabrication plus poussés que les standards français et cela pourrait être dû au x normes de fabrication de l’acier américain, différent des normes de fabrication de l’acier utilisé en France. 

Il est impossible de connaitre le nombre de citernes « relevées de leurs fonctions » en cours d’exploitation de part et d’autre de l’Atlantique pour non conformité. Donc difficile de déterminer l’effectivité des standards de fabrication du point de vue de la durée de vie et de la sécurité des citernes. Une chose semble néanmoins certaine : il n’y a  jamais eu d’explosion de citerne de gaz qui ait été  dû à un problème de fabrication de citerne, aussi bien aux USA qu’en Europe , depuis un demi-siècle. Les deux seules explosions de citerne de gaz relevées sur Internet au cours de mes recherches approfondies  étaient consécutives à une erreur humaine pendant une opération de maintenance lourde ( voir l’article « les citernes de gaz n’explosent jamais dans l’onglet accidentologie)

%d blogueurs aiment cette page :