Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Vitogaz » Les extorsions continuent chez Vitogaz. Nouvelle plainte auprès de la DDPP des Hauts de Seine.

Les extorsions continuent chez Vitogaz. Nouvelle plainte auprès de la DDPP des Hauts de Seine.

 

L’extorsion de fonds consiste à obtenir par violence, menace de violences, contrainte, chantage ou intimidation,  une signature, un engagement, une renonciation ou une  remise de fonds  ou d’un bien quelconque.  L’extorsion est punie en France de 7 ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende. Plus la personne extorquée est en situation de  faiblesse par rapport à l’escroc, et plus sévère est la punition des tribunaux. En théorie.

S’il y avait une justice dans ce bas monde, certains cadres dirigeants  de l’entreprise Vitogaz, à commencer par un triste sire du nom de Paoli, chef du service client de cette entreprise multirécidiviste, devraient se voir offrir un séjour en  prison  en considération  des pressions exercées par cette multinationale pour exiger de ses clients locataires qu’ils lui versent des pénalités indues. Je  rassure de suite le lecteur : aucun dirigeant de Vitogaz  n’ira goûter au charme désuet  des geôles françaises. Notre justice, à l’inverse de la justice anglo-saxonne, est d’une timidité confondante  dès qu’il s’agit d’engager la responsabilité pénale de cadres dirigeants, exception faite des affaires fiscales sortant de l’ordinaire, et bien sûr, des infractions les plus graves à la sécurité au travail. Nos juges ou nos législateurs (ou les deux ensemble) confondent trop souvent Justice et Miséricorde dès lors qu’il s’agit de tenir un dirigeant responsable des actes délictueux commis par une personne morale. Tant qu’ils ne grugent pas  l’Etat et ne mettent pas en danger la vie de leurs salariés, les dirigeants  n’ont pas trop à craindre de la justice pénale en France.

L’ADECOPRO a été saisie de nouveau ces dernières semaines par un locataire ayant résilié son bail par anticipation. Vitogaz exige des pénalités de résiliation anticipée de ce locataire alors que la rupture du contrat d’approvisionnement  avec le locataire (contrat secondaire) n’a entrainé aucune interruption du  contrat principal entre Vitogaz et le propriétaire du logement. Le contrat de Vitogaz avec son locataire est habilement rédigé de manière à faire croire au locataire que Vitogaz est en droit de réclamer une telle pénalité. Le Médiateur de l’Energie, sollicité par le locataire, n’y a vu que du feu et a trouvé la demande de Vitogaz légitime !  (voir courrier du locataire sur le lien ci-dessous).

Vitogaz est un habitué des clauses abusives et c’est aussi un habitué de ce type d’extorsion auprès des locataires. Nous étions déjà intervenus en 2014 sur une affaire similaire. Suite à notre intervention,  Vitogaz avait mis fin aux  pressions exercées  sur le locataire, et avait fini par annuler sa demande de pénalités,  sans courrier d’excuses ( c’eût été trop demander de la part des dirigeants de cette entreprise).

Mais Vitogaz est une entreprise qui n’a pas peur de la récidive.  C’est pourquoi Vitogaz essaye à nouveau d’intimider un autre couple de  locataires. Vous trouverez ci-joint la lettre adressée hier par ces  locataires à la DDCCRF des Hauts de Seine sur notre conseil,  pour leur demander d’intervenir afin que cesse le harcèlement de Vitogaz.

Lettre Vitogaz Norbert Verneau3

Il convient de signaler que le propanier Vitogaz a aujourd’hui un accord commercial avec le site PICBLEU, site très fréquenté par les internautes à la recherche d’informations sur le chauffage domestique.

Derrière une neutralité de façade, Picbleu est en réalité une machine à collecter des contacts, comme n’importe quel comparateur. Sauf que PICBLEU ne s’intéresse pas aux propaniers indépendants, et n’incite pas les consommateurs à devenir propriétaire de leur citerne. En choisissant de taire les aspects les plus sordides du commerce du GPL en France, PICBLEU prend fait et cause pour les méthodes commerciales des grands propaniers,  contre les intérêts des consommateurs.

A l’image des médias politiques confis de complaisance envers le pouvoir politique, PICBLEU est un média économique qui trouve que « tout le monde il est beau dès lors qu’il a de l’argent à nous refiler ». Sa ligne éditoriale vise à  légitimer, par son manque d’esprit critique,  les pratiques commerciales les plus discutables des propaniers.

Le problème est qu’en plus le site  fait de la retape pour le pire de tous les propaniers : Vitogaz. Pour vanter les mérites de  Vitogaz auprès  d’internautes à la recherche d’informations sur le choix du meilleur propanier, PICBLEU  leur tient aujourd’hui ce discours  :  «  Ce que vous avez pu lire au sujet de Vitogaz sur Internet n’est plus vrai. Vitogaz a changé. Vitogaz n’est plus la  même entreprise. Les informations que vous avez lu sont anciennes et ne  sont plus valables ».  Si nous sommes au courant de ce que raconte les employés de PICBLEU,  c’est que les consommateurs qui entendent ce type de discours,  et qui découvrent par la suite  notre existence, nous racontent ou nous  écrivent  un peu déboussolés  pour nous demander pourquoi nous tenons un discours diamétralement opposé au sujet de Vitogaz.

Et devinez ce que nous leur répondons ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :