Accueil » Depots de gaz et stockages » Sésame, ne t’ouvre pas…ces cavernes où le butin des gaziers reste à l’abri des regards

Sésame, ne t’ouvre pas…ces cavernes où le butin des gaziers reste à l’abri des regards

Les municipalités américaines et canadiennes ont beau convertir à tour de bras  leurs flottes de bus  et d’engins pour espaces verts afin de les faire carburer au propane, les stocks de GPL augmentent  inexorablement en Amérique du Nord.  Selon le site d’information économique Argus, les stocks de propane américain seraient actuellement 34 % supérieurs à leur niveau de l’année dernière.   Pour absorber l’excédent de propane annuel, il faudrait que l’armée américaine lance un gigantesque plan de conversion de  ses machines de guerre au GPL. Un char Abrams de l’armée américaine consomme  en effet beaucoup plus qu’un tondeuse Toro : 400 litres aux 100 km ( à ce niveau, le fabricant n’a pas besoin de préciser  si le relevé de consommation a été fait en ville,  ou sur autoroute). Un bombardier B52 (bombardier stratégique à long rayon d’action) brûle 12000 litres de kérosène à l’heure, contre 7000 litres pour un chasseur F15. En 2006, l’US Air Force a consommé à elle seule 2,6 milliards de gallons de kérosène, soit autant que pendant toute la seconde guerre mondiale sur tous les terrains extérieurs.   Voilà donc une  riche idée pour éviter aux américains de devoir torcher le propane faute de pouvoir accroître les volumes de stockage à hauteur de l’excédent de production.  L’armée américaine s’intéresse d’ailleurs au propane  puisque des essais ont été réalisés pour remplacer l’énergie  portée dans le paquetage de l’infanterie  (nécessaire notamment  pour les transmissions) sous forme de propane, plutôt que sous la forme de (très lourdes) batteries électriques ( voir ici : http://gizmodo.com/darpas-crazy-but-genius-plan-to-replace-batteries-with-1695354917).

Pour le moment,  les américains arrivent encore à stocker le propane en reconvertissant d’anciennes cavernes. Ainsi une partie du propane que l’Europe recevra cet hiver en provenance des Etats Unis  aura séjourné dans les immenses  cavernes de Marcus Hook, une petite ville industrielle de  la banlieue sud de Philadelphie, bordée par l’estuaire du fleuve Delaware.  C’est de cette ville de la côte Nord Est des Etats Unis, beaucoup plus proche de l’Europe du Nord que les ports du Texas, que partiront bientôt  l’essentiel des cargaisons de  GPL à destination de l’Europe.

A quelques dizaines de mètres sous la surface de l’ancienne raffinerie de pétrole SUNOCO  de Marcus Hook , se trouvent 5 cavernes creusées dans le granit,  excavées par des mineurs dans les années 50.  La première de ces gigantesques cavernes souterraines est un reliquat de la guerre froide : elle a été construite pour assurer l’approvisionnement en carburant en cas d’attaque nucléaire sur le territoire américain.  La dernière caverne a été construite après le choc pétrolier de 1973. Conçues initialement pour protéger les importations américaines de pétrole, elles servent désormais à mieux valoriser les exportations américaines de gaz suite au retournement historique des Etats Unis, devenu en quelques années  un des principaux exportateurs  d’hydrocarbures.  Ces cavernes, qui contiennent 2 millions de barils de gaz, sont les plus grandes de toute la côte Est.

La société Sunoco Logistics Partners LP qui a repris la raffinerie après sa fermeture en 2011, est en train de reconvertir le site pour en faire un hub d’exportation pour les liquides de gaz naturels du bassin de Marcellus (voir archives du site 19 Juillet 2015).  Ces  cavernes sont idéales pour stocker le propane et le butane.  Le propane, le butane et l’éthane sont extraits du gaz naturel pompé dans les schistes. Ils sont ensuite transportés jusqu’à  Marcus Hook grâce au gazoduc Mariner East dont la construction aura coûté  la bagatelle de 3 milliards de dollars.

Les cavernes ne figurent dans aucun guide touristique et la plupart des habitants des alentours ignorent leur existence.  Chez Sunoco,  par contre,  elles sont  un objet de curiosité permanente.  Car plus personne n’est entré dans les cavernes depuis leur inauguration qui  donna lieu à un drôle de  banquet souterrain.  En cas de panne, les pompes et matériels divers sont hissés  à la surface pour réparation sans qu’il soit besoin d’intervenir  dans les entrailles de la roche.  Car pour  pouvoir faire descendre des ouvriers , il faudrait préalablement vider les cavernes et les  décontaminer. C’est théoriquement possible mais cela couterait très cher.

Les visiteurs de l’ancienne raffinerie veulent tous voir les cavernes mais repartent invariablement déçus car ils ne peuvent en voir que les têtes de puits, au milieu de l’entrelac de  tuyaux, de pompes et de réservoirs de l’immense raffinerie. La construction de la première caverne en 1957 n’est pas passée inaperçue. D’énormes cylindres de granit extraits du sous-sol furent entassés pendant des mois le long de la route, en attendant qu’on s’en débarrasse.  Sur la Gulf Coast ( Texas) les stockages souterrains d’hydrocarbures sont  généralement construits dans des « domes » (mines)  de sel. Les stockages dans la roche sont  plus rares, parce que plus chers à construire.

Durant la phase de construction à  Marcus Hook, il était possible d’ accéder aux cavernes grâce à un puit de 1,5 mètre de large, qui servait à descendre et remonter les   mineurs et les gravats de démolition. Le gros matériel  nécessaire pour attaquer la roche était  démonté  avant d’être  descendu dans le puit. Une fois au fond du trou, il était réassemblé sur place par les techniciens et les ingénieurs.

Marcus-Hook-caverns

Les cavernes occupent une surface souterraine de 40 000 m2 sous la raffinerie et sont disposées en dents de  peigne, chaque dent étant  séparée de la suivante  par des parois latérales de 12 mètres de granite pour maintenir la stabilité de l’ensemble. Le plancher des cavernes se situe entre 90 mètres et 150 mètres sous la surface.   La voute des cavernes fait au minimum  50 mètres d’épaisseur.

Un ingénieur expliquait à la presse américaine en 1958 qu’« une bombe à hydrogène (ndlr : bombe thermonucléaire) pouvait tomber à 20 mètres de la caverne sans produire aucun effet collatéral.  Alors que la même bombe tombant à 30 km d’un stockage aérien renverserait  ce  réservoir avec le souffle de l’explosion»

La dernière des 5 cavernes fut construite pour 16 millions de dollars en 1974 afin de stocker du propane importé, destiné à remplacer une  production américaine de GPL alors sur le déclin.

L’avantage des cavernes du point de vue du stockage du gaz est que la pression ambiante y est naturellement supérieure à la pression atmosphérique, ce qui permet de maintenir plus facilement le gaz et le propane à l’état liquide.

En 1978, suite à une erreur de surveillance, une quantité trop importante de butane a été introduite dans la caverne n° 3, et du gaz est remonté  dans les sous-sols des maisons mitoyennes proches de la raffinerie.  Cinq  maisons ont pris feu. Et 30 familles ont dû être relogées pendant deux mois. Le maire de Marcus Hook à l’époque  demanda  la fermeture des cavernes.

Le propriétaire de la raffinerie a  modifié ses procédures et tout est rentré dans l’ordre. Les résidents sont revenus dans les maisons provisoirement abandonnées. Et la mémoire de cet incident industriel  s’est estompée progressivement dans les esprits, sauf chez les résidents de longue date comme Carmen Dickerson, âgée de 80 ans. Elle se rappelle qu’il a fallu du temps à sa mère pour oublier cette histoire : « Ma mère a dormi dans le sofa avec les clés de la maison dans la poche pendant deux ans après l’incendie, au cas où il aurait fallu évacuer de nouveau en vitesse… »

Quand le second pipeline Mariner East sera terminé en 2016, Sunoco Logistics pourra traiter à Marcus Hook 345 000 barils de liquides de gaz naturel par jour. Les autorités portuaires estiment que 100 vaisseaux  viendront chaque année  s’approvisionner en gaz  à destination des marchés export.

(sur l’histoire de Marcus Hook, voir le site d’info locale Philly.com )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :