Accueil » Accidentologie » En Indonésie, cuisiner au GPL réduit beaucoup les déficits publics et un peu… l’espérance de vie

En Indonésie, cuisiner au GPL réduit beaucoup les déficits publics et un peu… l’espérance de vie

Dans un pays de 240 millions d’habitants où la moitié de la population vit avec moins de 2 € par jour, le  gigantesque programme de conversion des réchauds  de cuisine  indonésiens au butane-propane reste unique dans les annales de  gestion publique. Par son ampleur et sa rapidité de mise en oeuvre,  il préfigure les grands bouleversements à venir dans le domaine des énergies domestiques,   et la redistribution des cartes entre les deux grandes énergies à base d’hydrocarbones : le  pétrole et le  gaz.

C’est en 2006-2007 que le gouvernement indonésien a initié un programme de conversion pour substituer le GPL au  kérosène, utilisé traditionnellement par la population pour alimenter les réchauds de cuisine. Le kérosène est issu exclusivement de la distillation du pétrole brut alors que le GPL peut être tiré soit du pétrole soit du gaz naturel. Les réserves en gaz indonésiennes sont actuellement estimées à plusieurs fois le niveau de ses réserves en pétrole.   Le but du programme était de réduire l’enveloppe des subventions distribuées aux ménages pour ce combustible ainsi que pour  l’essence et  l’électricité, une enveloppe qui totalise la somme de 32 Milliards de dollars  en 2012 (soit environ 130 $ par personne et par an).   A  titre de comparaison le budget des infrastructures de l’Etat indonésien est 4 fois moins élevé que le montant des subventions versées pour faciliter l’accès à l’énergie.   PT Pertamina, l’entreprise publique chargée des affaires pétrolières et gazières pour le compte de l’Etat indonésien, a été chargée de gérer l’opération au titre de ses obligations de service public.

Cinq ans plus tard,  le montant des économies réalisées par le gouvernement indonésien du fait du changement de combustible de cuisson,  totalise 6,5 milliards de dollars. Dans les grandes lignes, le programme a eu pour effet de  convertir 10 millions de m3 de kerosene en 5 millions de m3 de GPL.  Pour arriver à cet objectif,  Pertamina  a distribué gratuitement  en 5 ans, 54 millions de réchauds  fonctionnant au GPL aux familles.   En 2013 Pertamina prévoit d’en  distribuer  2,3 millions supplémentaires. Avec les réchauds, Pertamina fournit un package  prêt à l’emploi  comprenant une bouteille de gaz de 3 kg (une mini bouteille lancée sur le marché à cette occasion), un tuyau souple pour connecter la  bouteille et le réchaud, ainsi qu’un régulateur. Le coût humain de ce programme de conversion s’est chiffré en centaines de morts et de blessés, victimes tout à la fois  de leur méconnaissance des règles de sécurité, de l’insuffisance des programmes d’information à destination du grand public et des professionnels,  et de la mauvaise qualité du matériel distribué.

Bouteille de GPL de 3 kg spécialement crées pour le programme de conversion

Bouteille de GPL de 3 kg spécialement crées pour le programme de conversion

Avant le démarrage du programme de conversion kerosene-GPL, l’immense majorité des indonésiens utilisait le kérosène dans leur vie quotidienne pour la cuisine et l’éclairage. Comme le gouvernement ne subventionnait que le kérosène de cuisine, beaucoup d’entreprises s’arrangeaient en douce pour substituer le kérosène subventionné au kérosène industriel non subventionné, la différence de prix entre les deux étant importante.  L’augmentation des prix du pétrole avant 2008 a fait grimper en flèche les subventions au kérosène et a englouti une partie significative du budget du gouvernement, l’obligeant à changer son fusil d’épaule. Il est vrai que les réserves de gaz de l’Indonésie seraient sans commune mesure avec ses réserves de pétrole, dont le kérosène est un sous-produit.

Evènements désastreux

Les problèmes ont commencé en 2008 quand beaucoup de bouteilles de 3 kg ont commencé à exploser dans les maisons.  Les fuites de gaz n’étaient  pas détectées par des populations peu averties et s’accumulaient dans les pièces mal ventilées. Quand le réchaud était allumé, les vapeurs de  gaz en suspension prenaient feu ou explosaient, brûlant les occupants  et  consumant les maisons faites de bric et de broc.

Le Public Policy Study Center (PUSKEPI) a enregistré 189 accidents liés à des inflammations ou explosions de gaz  de 2008 à 2010. Pour les 6 premiers mois  de 2010, on a enregistré 95 feux  ou explosions entraînant le décès de  22 personnes, auxquels il faut rajouter 131 hospitalisations et 55 maisons  endommagées. Les accidents les plus nombreux concernent Jakarta , et l’ouest de Java.

Les enquêtes menées sur les incendies causés par les vapeurs de gaz butane propane ont conduit à identifier un certain nombre de problèmes.

Le premier problème concernait les bouteilles dont les accessoires ne respectaient pas les normes de fabrication indonésiennes. Pertamina avait fait le choix de sous traiter la fabrication des mini bouteilles à un nombre  important de fabricants locaux et d’importer le reste de pays étrangers. En principe tout le monde devait respecter les mêmes règles.  Dans la réalité, une étude conduite par l’Agence nationale de protection des consommateurs ( BPKN) révéla en 2010 que parmi un échantillon de package distribués aux  consommateurs,  aucun tuyau souple, 2/3 des robinets  de bouteilles, la moitié des réchauds , 20 pour cent des régulateurs et 7 % des bouteilles ne remplissaient pas les normes de sécurité. La police de Jakarta ( Polda Metro Jaya ) a même dû fermer une  entreprise  de fabrication de bouteilles de GPL  de Tangerang  qui avait produit 200 000 bouteilles non conformes.

Le second problème concernait la contrefaçon ou la contrebande de bouteilles de GPL de qualité sub-standard. La police a arrêté plusieurs revendeurs de GPL parce qu’ils revendaient des bouteilles non-conformes. L’Association des fabricants de bouteilles en acier ( ASITAB) a avancé qu’il y avait en Indonésie 20 millions de bouteilles de gaz non conformes pour un parc total estimé à 80 millions, une information qui intéressera les touristes qui ont l’habitude de manger dans les échoppes, dont la presse indonésienne nous apprend par ailleurs  qu’un certain nombre prend feu chaque année. Bien évidement l’ASITAB se plaint que ces produits de contrebande sont fabriqués en Chine (c’est de bonne guerre commerciale) et ne présentent pas toutes les garanties de sécurité.

Le troisième problème concernait  le gouvernement et l’entreprise publique Pertamina, accusés par les ONG locales de ne pas avoir  fait suffisamment d’efforts pour éduquer les gens à utiliser le matériel dans des conditions de sécurité satisfaisantes. Or un public  novice  a besoin de connaitre les  gestes cruciaux qui préviennent les accidents : comment vérifier l’état d’une bouteille, d’un régulateur, d’un tuyau de raccordement.  Ces derniers  auraient dû être remplacés tous les ans du fait de la  qualité très moyenne  des caoutchoucs utilisés  mais les consommateurs n’étaient pas au courant de cet impératif de sécurité…Or chaque manipulation du tuyau, comme lors d’un changement de bouteille  – d’autant plus fréquents que la bouteille a une capacité très limitée –   rend  le tuyau plus dangereux.

Le quatrième problème concernait spécifiquement les joints d’étanchéïté en caoutchouc. La police a constaté que des joints étaient cassés lors d’opérations de remplissage illégales consistant à acheter des bouteilles subventionnées de 3 kg pour confectionner des bouteilles non subventionnées de 12 kg et empocher l’écart de prix lié aux subventions au passage.  4 bouteilles de 3 kg coûtent 52000 roupies à l’achat  (environ 4 euros) alors qu’une bouteille de 12 kg se vend 75000 roupies (environ 6 euros). La police a mis fin aux activités d’une société  à Bantar Gebang qui arrivait à réaliser 4000 cycles par jour, générant un profit illégal de 4 milliards de roupies par mois (300 k€).

9 millions de bouteilles non conformes

Les explosions au GPL subventionné en Indonésie ont fait beaucoup de victimes et causé beaucoup de dégâts. En 2010, le gouvernement et Pertamina ont décidé de retirer du marché 9 millions de bouteilles non conformes. A partir de 2010 devant le scandale grandissant (une femme est allé déposer son enfant défiguré devant le palais présidentiel en réclamant réparation), Pertamina a commencé à réunir les fonds pour financer un programmes d’aide aux victimes des explosions de bouteilles de 3 kg. Ceux qui souffrent d’invalidité permanente ou la famille des personnes décédées se sont vu attribuer une indemnité pouvant aller  jusqu’à ……..2000 Euros. La vie n’a visiblement pas la même valeur partout.

A noter que l’Indonésie réfléchit à un programme de même ampleur  pour convertir au GPL les véhicules à moteur qui fonctionnent actuellement à l’essence subventionnée. Le gouvernement a bien essayé d’augmenter le coût du carburant automobile de 33 % en 2012 pour inciter les gens à changer de carburant  mais le projet a été enterré devant la levée de boucliers causée par l’annonce de l’augmentation. Le projet se heurte aussi au manque d’infrastructures pour la distribution de GPL carburant.

La conversion des moteurs à essence ne concerne pas seulement les véhicules terrestres: dans plusieurs régions de l’archipel des Célèbes ( Sulawesi) où la pêche est la principale source de revenus et de subsistance, les pirogues de transport ( les Ketinting ) et autres  bateaux de pêche sont eux aussi convertis progressivement au GPL pour permettre aux pécheurs et transporteurs de réaliser de substantielles économies.

Pour finir on notera que d’après la presse, Pertamina est candidate à la reprise d’une raffinerie située sur le territoire français  dont le sort sera probablement scellé en 2013 : la raffinerie de  LyondellBasell sur l’étang de Berre. Cette raffinerie est en cours  de reconstruction et ses unités de raffinage sont mises en veille jusqu’à la fin 2013, le groupe propriétaire n’ayant pas réussi à trouver un repreneur. Si elle devait s’arrêter, la raffinerie de Berre serait la quatrième  à cesser son activité en France ces dernières années après celle de Petit Couronne et de Rechstett  ( appartenant ou ayant appartenu au groupe Petroplus).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :