Association Défense des Consommateurs de Propane

Accueil » Accidentologie » La disparition de l’odeur du gaz incriminée dans des explosions au propane aux USA

La disparition de l’odeur du gaz incriminée dans des explosions au propane aux USA

Alors que les médias continuent d’en rajouter sur le cas de l’usine Lubrizol qui a empesté le Val de Seine   avec ses rejets involontaires d’odorant gazeux  dans l’atmosphère qui sont allés taquiner jusqu’aux narines de nos amis anglais,  j’ai envie de vous parler, par pur esprit de contradiction, d’une histoire d’odorant qui  disparaît sans crier gare.  Une brève recherche sur Internet montre qu’aucun média français  ne s’est inquiété jusqu’à présent d’informer les consommateurs sur un danger pourtant bien réel. Gageons que  les gaziers français auront simplement oublié de communiquer sur le sujet.  Un danger tellement réel qu’un propanier américain a été  condamné en 2012 à payer 7,5 Millions de dollars à la famille d’une victime d’une explosion au propane pour avoir méconnu le phénomène de désodorisation du gaz propane ( voir archives du site février 2013).

Figurez vous qu’il arrive que le gaz naturel et le propane perdent leur  fameux odorant de manière subreptice et redeviennent inodores….et donc indétectables en cas de fuite. La nouvelle ressemble à un canular de 1er Avril, mais elle n’a malheureusement rien de fantaisiste.  En parcourant la littérature américaine sur le sujet, on se rend compte que les gaziers savent depuis des décennies   que  le gaz naturel comme le  propane peuvent être  « dépouillés » de leur odorant au contact de certains matériaux. Au point qu’une fuite de gaz puisse passer totalement inaperçue pas simplement de ceux qui, l’âge aidant,  ont perdu un peu de leur odorat ou qui ont temporairement le nez bouché, mais aussi de personnes dont le seuil de perception des odeurs est absolument normal.  Il y a même des scientifiques et des ingénieurs qui font des colloques très sérieux sur  la question (« Natural Gas Odorization International Conference & Exhibition », Houston 25 Mai 2010), à commencer par les membres de l’Association Nationale des Ingénieurs Légistes, la NAFE  ou National Association of Forensic Engineering,   l’expression « forensic engineers »  désignant  les experts en sécurité qui viennent enquêter sur les lieux des drames, à la manière des médecins légistes.

forensic_engineering

Les propaniers sont  à présent rattrapés par la justice américaine qui leur demande des comptes au sujet d’ouvriers malencontreusement décédés sur des chantiers à la suite d’explosions au gaz  non détectable à l’odorat au moment de l’explosion. En effet les  gaziers et les propaniers ont de tout temps  laissé croire qu’une fuite de gaz était nécessairement détectable à l’odorat.

Si la justice détermine que les gaziers ont une obligation de résultat en matière de « détectabilité » de l’odeur des gaz explosifs, on comprend qu’après chaque accident les propaniers s’empressent de vider les citernes de gaz de leur « gaz fautif » , histoire de faire disparaître toute trace d’un gaz dont l’absence d’odeur perceptible pourrait être à l’origine du drame.  Malheureusement  pompiers et  gendarmes sont laissés dans l’ignorance   que, ce faisant,   ils demandent aux propaniers de faire disparaître les traces de leur propre forfaiture. Très nombreux sont en effet les survivants d’une explosion au propane qui n’ont rien senti venir, alors que ces mêmes personnes sont en temps normal parfaitement capables de reconnaître l’odeur du gaz sans coup férir.  Les propaniers cherchent-ils à éviter que leur responsabilité puisse être engagée  dans des  accidents où l’odeur du gaz était indétectable ?

Tout  d’abord quelques explications sur les circonstances dans lesquelles  le gaz naturel et  le gaz propane peuvent perdre leur odeur…..

Chacun est familier avec l’odeur d’oeuf pourri qu’on associe naturellement avec l’odeur du gaz. Si cette odeur n’est pas présente, alors que le gaz  se trouve bien à l’intérieur,  quand un plombier ou un mécanicien ouvre une vanne pour purger une conduite de gaz, les conséquences peuvent être dramatiques.

La disparition de l’odeur du gaz se produit quand le tuyau de gaz ou la citerne de gaz adsorbe ( adsorbtion = fixation superficielle d’un gaz sur un solide) le gaz odorant qui est ajouté au propane (le fameux mercaptan). Cette disparition peut être totale selon la quantité de gaz  circulant,  le pouvoir d’adsorbtion,  et la surface d’échange entre le solide et le gaz.  Ainsi du gaz sortant d’un long tuyau de gaz peut sortir totalement rincé de son odorant  et ne plus être détectable au nez. Ce phénomène de disparition de l’odeur de gaz, bien connu des gaziers,  est largement passé sous les radars des médias  et du grand public  jusqu’à une époque récente.  Durant la décennie écoulée, il y a eu quelques histoires de purge de tuyaux  de gaz qui ont très mal fini : les rapports d’enquête ont révélé que la cause de l’accident provenait de l’absence d’odeur du gaz.

Le gaz naturel et le propane sont naturellement incolores et inodores. Suite à une explosion qui se produisit dans une école au Texas en 1937, tuant 295 enfants et enseignants, il fût décidé par les autorités de cet état, puis par les autorités américaines,  qu’un odorant serait ajouté au gaz.

Aux USA la responsabilité du distributeur de gaz naturel s’arrête au compteur  : le gazier  a obligation de rendre son gaz odorant uniquement jusqu’au compteur et c’est la raison pour laquelle il sature  ses conduites  d’ethyl mercaptan de manière à éviter le phénomène d’adsorption et  permettre au gaz de dégager une  odeur suffisamment offensive jusqu’au compteur individuel. Après le compteur, l’entreprise de plomberie  est, elle,  censée savoir que l’odorant résiduel peut être adsorbé sur la longueur de tuyau nécessaire pour arriver jusqu’à la chaudière du pavillon, de la résidence, ou de l’usine où se déroule son chantier.

Les tuyaux d’acier , les citernes en acier sont de bons adsorbants du mercaptan, ce qui explique que le gaz y laisse tout ou  partie de son odeur. Ce phénomène se produit surtout dans les tuyaux neufs, dans les citernes de propane neuves, dans les tuyaux de large dimension, et dans les tuyaux où le gaz est  resté longtemps sans circuler. Mais le phénomène peut aussi se produire dans les tuyaux existants, dans des petits diamètres de tuyauterie, et quand le flux de gaz est faible ou intermittent. Les études en laboratoire, qui ont démarré dans les années 80, ont démontré que les  taux d’adsorption de l’odorant sont  affectés par une diversité de facteurs comme la composition des tuyaux, leur taille, leur porosité naturelle, les variations de température, les raccords de tuyauterie, le taux d’oxydation des tuyaux ou de la citerne, la présence d’eau de condensation ou de saletés dans le tuyau de gaz. Les surfaces oxydées sont  particulièrement efficace pour dépouiller le gaz de son mercaptan du fait d’une surface d’échange beaucoup plus importante. Attention : une citerne de propane s’oxyde naturellement dès qu’il n’y a plus de gaz à l’intérieur ( l’air atmosphérique s’installant dans la citerne  ) sauf si le robinet de sortie de citerne a été fermé dès que le gaz s’est définitivement épuisé.

Tous les plombiers qui doivent purger une nouvelle canalisation se fient à leur nez : dès que le gaz a suffisamment chassé l’air du tuyau, le nez est en principe immédiatement averti par l’odeur du gaz qui commence à sortir : le problème est qu’il peut y avoir des cas où le gaz n’a plus d’odeur. Dans un endroit non ventilé,  le gaz non détecté par le plombier peut très très rapidement atteindre une  quantité suffisante pour exploser.

Un problème similaire peut se présenter dans  les chantiers de construction lorsqu’il y a des interruptions ou des délais importants. Si les tuyaux ont été remplis de gaz puis bouchés, et que le chantier s’arrête plusieurs semaines ou plusieurs mois, l’odeur du gaz peut disparaître complètement des tuyaux d’arrivée de gaz. Dans les grands projets immobiliers, une arrivée principale de gaz de gros diamètre est généralement installée et il arrive qu’on y envoie  le gaz pour des besoins limités à quelques essais. Puis le gaz reste dans le tuyau pendant plusieurs mois avant que le travail ne soit terminé. Pendant cette période, le mercaptan a largement le temps d’être adsorbé.

Aux Etats Unis, plusieurs cas d’explosions au  gaz naturel ou au gaz propane dans des espaces clos ont été liés  à une odeur de gaz indécelable.  C’est pourquoi de plus en plus de  voix s’élèvent pour demander que les gaziers  forment les plombiers et informent les consommateurs des dangers de la disparition de l’odeur du gaz, en distribuant du matériel éducatif et en faisant écho à ce problème de sécurité largement méconnu sur leurs sites Internet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :